GitHub

plateforme web collaborative

Logo de GitHub

Adresse github.com
Slogan Build software better, together. ; Where software is built
Commercial  Oui
Écrit en Javascript, Golang, Ruby, C, et quelques autres
Publicité  Non
Type de site Gestion de versions collaborative
Langue Anglais
Inscription Requise (Facultative en lecture seule)
Nombre d'inscrits 65 millions (novembre 2021)
Propriétaire Microsoft
Lancement (13 ans)

GitHub (/ɡɪt hʌb/ ; exploité sous le nom de GitHub, Inc.) est un service web d'hébergement et de gestion de développement de logiciels, utilisant le logiciel de gestion de versions Git. Ce site est développé en Ruby on Rails et Erlang par Chris Wanstrath, PJ Hyett et Tom Preston-Werner. GitHub propose des comptes professionnels payants, ainsi que des comptes gratuits pour les projets de logiciels libres. Le site assure également un contrôle d'accès et des fonctionnalités destinées à la collaboration comme le suivi des bugs, les demandes de fonctionnalités, la gestion de tâches et un wiki pour chaque projet.

En , GitHub a annoncé avoir dépassé les quatorze millions d'utilisateurs et plus de 35 millions de dépôts de projets le plaçant comme le plus grand hébergeur de code source au monde.

Le nom GitHub est composé du mot « git » faisant référence à un système de contrôle de version open-source et le mot « hub » faisant référence au réseau social bâti autour du système Git, mais aussi à une plate-forme de correspondance qui est appelée en anglais un « hub ».

Octocat.

Octocat est la mascotte de la marque. Il a été dessiné par Simon Oxley[1] (également créateur du logo de Twitter) dans un style épuré inspiré par les arts populaires japonais (manga). On voit une partie de son visage dans un déguisement lui donnant des oreilles de chat et des tentacules de céphalopode[2].

Le , Satya Nadella, PDG de Microsoft, annonce que son entreprise Microsoft est dans un processus d'acquisition de GitHub pour 7,5 milliards de dollars.

FonctionnalitésModifier

GitHub est centré vers l'aspect social du développement. En plus d'offrir l'hébergement de projets avec Git, le site offre de nombreuses fonctionnalités habituellement retrouvées sur les réseaux sociaux comme les flux, la possibilité de suivre des personnes ou des projets ainsi que des graphes de réseaux pour les dépôts (en anglais repository). GitHub offre aussi la possibilité de créer un wiki et une page web pour chaque dépôt. Le site offre aussi un logiciel de suivi de problèmes (de l'anglais issue tracking system). GitHub propose aussi l'intégration d'un grand nombre de services externes, tels que l'intégration continue, la gestion de versions, badges, chat basés sur les projets, etc.

Les documentations des projets sont écrites en langage Markdown (fichiers .md).

L'option webhook permet de communiquer avec des outils d'intégration continue.

ParticularitéModifier

Alors que le système traditionnel open source amène chaque contributeur à télécharger les sources du projet et à proposer ensuite ses modifications à l’équipe du projet, GitHub repose sur le principe du fork (embranchement) par défaut : toute personne « forkant » le projet devient publiquement de facto le leader de son projet portant le même nom que l’original[3].

ChronologieModifier

GitHub a été lancé le .

Dans un discours au siège de Yahoo! le , les membres de l'équipe GitHub ont annoncé que durant la première année, le site avait accumulé 46 000 dépôts publics, dont 17 000 dans le seul mois précédent. À cette époque, environ 6 200 dépôts avaient été « forkés » au moins une fois et 4 600 fusionnés.

Le , le GitHub Blog a annoncé le dépassement de la barre des 100 000 utilisateurs inscrits sur le site.

Dans un autre discours avec Yahoo! le , Tom Preston-Werner a annoncé que le nombre était passé à 90 000 dépôts publics uniques, 12 000 ayant été « forkés » au moins une fois, pour un total de 135 000 dépôts. En , GitHub a annoncé qu'il accueille un million de dépôts. En , GitHub a annoncé qu'il accueille deux millions de dépôts.

Le , GitHub a annoncé qu'il avait atteint plus d'un million d'utilisateurs[4].

Le , sur sa page d'accueil, GitHub a annoncé qu'il avait plus de 2,1 millions d'utilisateurs et plus de 3,7 millions des dépôts.

Le , GitHub a annoncé qu'il avait plus de 2,8 millions d'utilisateurs et plus de 4,6 millions de dépôts.

En , GitHub ouvre un bureau au Japon[5].

Le , GitHub annonce son acquisition par Microsoft pour 7,5 milliards de dollars. Cela inquiète de nombreux développeurs. Parmi ses concurrents, le site de forge, GitLab voit 50 000 nouveaux projets apparaître sur sa plateforme dans la journée via l'outil de migration depuis GitHub[6]. Le mercredi , 100 000 projets avaient migré sur les 75 millions de projets que comporte GitHub[7]. D'autres se sont tournés vers Bitbucket[8]. SourceForge.net, une des plus anciennes forges publiques voit aussi un important pic d'imports et comme les précédents proposent un outil spécialisé pour l'import depuis GitHub[9]. Enfin, d'autres se sont probablement portés vers des solutions d'auto-hébergement libres de leurs dépôts[10].

En 2019, est mis en place une restriction d'échanges des États-Unis d'Amérique (anglais : U.S. trade restrictions), dont l'Iran, la Syrie, la Crimée, et potentiellement d'autres pays (Github mentionne Cuba et la Corée du Nord) sont concernés. Github bloque alors fin juillet l'accès à ses services à ces pays. Ainsi les utilisateurs depuis ces pays se voient également bloquer l'accès à leurs dépôts privés, à la place de marché GitHub, ainsi qu'à la maintenance des comptes des organisations privées rémunérées[11].

Une étude de 2018 montre que le contributorat des personnes disposant d'un mail officiel issu d'une GAFAMI pèse davantage que le contibutorat de personnes indépendantes. Les entreprises qui constitue la plus grosse part des contributions sont : Microsoft, Google, Jetbrain, Apple, Facebook, Red Hat / IBM, Intel et Pivotal[12],[13]. Ceci vient tempérer la vision d'une guerre entre le libre et les GAFAMI, et cache en partie une vision commune partagée de recherche d'efficacité, les différences idéologiques passant alors au second plan[14].

En , le dépôt de youtube-dl et tous ses forks sont clôturés de GitHub, un logiciel permettant de conserver en local une copie d'une vidéo disponible sur un certains nombres de sites de diffusion vidéo. D'après le site, c'est en raison de la loi américaine du Digital Millennium Copyright Act (DMCA) de 1998 et à la demande du Recording Industry Association of America (RIAA), représentant les industriels de la musique. Le logiciel est toujours disponible sur le site des développeurs, mais pour la Freedom of the Press Foundation, cela pose une menace sur ce logiciel et sur le travail des journalistes qui l'utilisent fréquemment pour conserver une trace de vidéos pour leurs enquêtes et reportages, notamment pour les contenus concernant les extrêmistes ou les controverses[15].

En , à la suite de plaintes DMCA de Google, GitHub clôture le dépôt du projet « Widevine L3 Decryptor », permettant de contourner DRM Widevine (en), propriété de Google[16].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Michael Cavna (en), « The Interview: 'Twitter Bird' Artist Simon Oxley », The Washington Post, .
  2. (en) Kelsey Campbell-Dollaghan, « Meet The Accidental Designer Of The GitHub And Twitter Logos », sur fastcodesign, .
  3. Frédéric de Villamil, « Github a-t-il tué les communautés open source ? », t37.net, 27 janvier 2011.
  4. « Le répertoire GitHub revendique 3 millions de membres », Clubic.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. (en-US) « GitHub Expands To Japan, Its First Office Outside The U.S. », sur TechCrunch (consulté le ).
  6. « Méfiance des codeurs après le rachat de GitHub par Microsoft », sur Makery, .
  7. (en) Bogdan Popa, « GitLab Says It Imported 100,000 Repositories After Microsoft’s GitHub Takeover — Developers leave GitHub for GitLab after Microsoft deal », sur Softpedia, .
  8. (en) Matt Weinberger, « Programmers all over the world are furious about Microsoft's $7.5 billion deal for GitHub — and it's the biggest test so far for CEO Satya Nadella's master plan », sur Business Insider, .
  9. (en) Bogdan Popa, « Microsoft Buying GitHub Pushes Developers to GitLab, BitBucket, SourceForge », sur Softpedia, .
  10. (en) James Sanders, « If Microsoft buying GitHub freaks you out, here are your best alternatives », sur TechRepublic (en), .
  11. (en) Rita Liao Manish Singh, « GitHub confirms it has blocked developers in Iran, Syria and Crimea », sur techcrunch.com, .
  12. « Open source : les Gafam en tête des plus gros contributeurs sur GitHub », sur www.journaldunet.com (consulté le )
  13. (en) "Megan"] ["Deas", « Mapping the co-production of digital infrastructure by peer projects and firms », sur www.canberra.edu.au, (consulté le )
  14. (en) Gilles Lecerf, « Les GAFAM, champions de l’opensource ? », sur Medium, (consulté le )
  15. (en) Parker Higgins, « Music industry forces widely used journalist tool offline », sur Freedom.press, .
  16. Louis Adam, « Github fait la chasse aux outils de contournement de DRM », sur ZDNet, .

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :