Ouvrir le menu principal

Gerolamo della Rovere

prélat catholique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Della Rovere.

Gerolamo della Rovere
Biographie
Naissance
Turin (Piémont, Italie)
Décès
Turin (Piémont, Italie)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Sixte V
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de S. Pietro in Vincoli
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Fonctions épiscopales Évêque de Toulon (France)
Archevêque de Turin (Italie)

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Gerolamo della Rovere, (né en 1528 à Turin et mort le dans la même ville) est un cardinal italien, archevêque de l'archidiocèse de Turin entre 1564 et 1592.

BiographieModifier

Gerolamo (ou Girolamo) della Rovere naît à Turin en 1528, dans une famille noble italienne. Il est le fils de Lelio della Rovere et de Giovanna Planzasco et le neveu de Giovanni Francesco della Rovere, premier archevêque de Turin.

Dans sa jeunesse, il fréquente l'université de Padoue et la Sorbonne où il étudie le grec, le latin, l'éloquence, la littérature et la lecture. Considéré comme un bon orateur, il est invité par le duc de Savoie à la Cour de France et obtient un emploi auprès des rois de France Henri II et de Charles IX.

Il rentre dans les ordres, et devient le Prévôt de la cathédrale de Turin.

Consacré évêque de Toulon le , il devient archevêque de Turin le .

En 1569, il est fait chancelier de l'Ordre de Savoie[1].

Lors de la 3e promotion, le [2], il est créé cardinal par le pape Sixte V, il reçoit sa titulature le , à San Pietro in Vincoli. Il participe au conclave de 1590 qui a abouti à l'élection du pape Urbain VII, dont le pontificat a été l'un des plus courts de l'histoire et pour cette raison, après une quinzaine de jours, a été contraint de convoquer à nouveau, un conclave pour élire un nouveau pape, Grégoire XIV. Mais Grégoire XIV ne survit qu'un an, et de nouveau en 1591, a participé à un conclave qui élit Innocent IV.

En 1592, il participe à son dernier conclave (élection du pape Clément VIII), et meurt peu de temps après, le . Après sa mort, sa riche et vaste bibliothèque devint la propriété du duc d'Urbino François Marie II et, plus tard, sous le pape Alexandre VII, elle a été transportée à Rome et répartie entre la bibliothèque du Vatican et l'Arciginnasio de Rome (l'archi gymnase de Rome).

DécorationsModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) Ian Verstegen, Patronage and dynasty: the rise of the della Rovere in Renaissance Italy, Truman State Univ Press, , 210 p. (ISBN 1931112606, lire en ligne), xviii et suivantes
  • Pierre Louis Ginguené, Pierre Claude François Daunou et Francesco Saverio Salfi, Histoire littéraire d'Italie, vol. 10, L.G. Michaud, , 2e éd., 535 p. (lire en ligne), p. 192
  • (it) Eugenio Alberi, L'Italia nel secolo decimosesto: ossia, vol. 4, Societa editrice fiorentina, , 507 p. (lire en ligne)

Notes et référencesModifier

  1. Ordine supremo della Santissima Annunziata, Statuts et ordonnances du très-noble Ordre de l'Annonciade, Turin, Impr. royale, , 187 p. (lire en ligne), p. 175.
  2. (Alberi 1858, p. 295)

Source de traductionModifier