Ouvrir le menu principal
Georges Vaur
Description de cette image, également commentée ci-après
La première apparition du personnage de Piroulet, le 21 avril 1917 dans Le Cri de Toulouse, page 2 (dessiné par Savignol, repris en 1956 par Charles Mouly pour Georges Vaur).
Surnom Piroulet
Naissance
Toulouse (Haute-Garonne)
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 89 ans)
Toulouse (Haute-Garonne)
Profession Acteur
La fin de Piroulet dans la presse écrite (dessin de Charlas, décembre 1927).

Georges Vaur, né le 19 septembre 1920 à Toulouse dans la Haute-Garonne et mort[1],[2] le à Toulouse, est un comédien, chanteur et humoriste français.

Sommaire

BiographieModifier

Né le 19 septembre 1920 dans le quartier de Saint-Cyprien à Toulouse, il passe sa petite enfance jusqu'à l'âge de 13 ans à Cadours où vivent ses grands-parents. Là, il se passionne pour le théâtre en montant de petits spectacles appréciés. Il monte sur les planches dès l'âge de 10 ans aux côtés de son oncle. Puis la timidité le fait quitter la scène. Quittant l'école dès son certificat d'études, il devient typographe, métier qu'il exerce de 1934 jusqu'à sa retraite en 1980. Il ne connait qu'un seul patron, La Dépêche du Midi.

Avant guerre, il est coureur cycliste amateur et il fait régulièrement des courses.

Prisonnier de guerre, ce n'est qu'à son retour d'Allemagne qu'il remonte sur les planches de Cadours poussé par sa femme Claudine. C'est elle qui l'entraîne au cercle Saint-Nicolas. Il débute dans un répertoire dramatique, le mélodrame qu'il interprète sera le premier et le dernier. Car l'émotion le fait pleurer sur scène. C'est ce qui va le pousser vers la comédie en 1946 et là, le succès est immédiat.

En 1947, il crée avec quelques copains le groupe Les J4 dont fait partie Mady Mesplé[3]. En 1949, il remporte le concours de chant organisé par un grand café toulousain, le Café Paul, dans la catégorie fantaisiste-comique. Il est alors remarqué et fait ses débuts sur la radio régionale de la RTF : Toulouse-Pyrénées en 1950, où durant 6 années il fera rire ses auditeurs dans l'émission Capitole 50 de Marcel Davenay où il crée le duo "Félix et Lavelse"[3].

En 1956 Charles Mouly (nouvel auteur du personnage burlesque La Catinou interprétée par le populaire comédien transformiste : Dominique), réécrit alors tout spécialement pour lui le personnage de Piroulet et une comédie musicale, Sacré Piroulet ! qui sera interprétée 420 fois[3]. Sa (re-)naissance officielle a lieu lors de la première qui a lieu le 31 mars 1957 à Cintegabelle. Georges Vaur enchaîne alors Le Facteur de Cougourdon, Ça sent le pétrole, Oui, mon colonel, Adam et la poire...

Georges Vaur est depuis devenu extrêmement populaire[3] :

Son histoire pittoresque la plus célèbre reste la fameuse partie de rugby de « Rugby à Toulouse ». Il la raconte le 14 janvier 1973 lors de sa première émission de télévision Le Luron du dimanche. Cette histoire fétiche était reprise dans tous ses One Man Show. Elle lui permit notamment de faire patienter le public lors d'un concert de Charles Trenet à Requista car le "Fou chantant" avait été retardé sur la route[3]. Elle était diffusée dans les stades avant les matches au plus grand plaisir du public.[réf. nécessaire]

Il a également immortalisé la fameuse histoire toulousaine « Lé pescaïre de Benerquo ». Arrivant sur scène grimé en pêcheur, épuisette et canne à pêche à la main, il déclenchait l'hilarité du public dès son apparition. Ce célèbre monologue est le plus connu de ceux écrits par Laclau et Veyriès[5].

La carrière de Georges Vaur est décrite dans l'ouvrage Conquérants des Ondes ! L'incroyable aventure... de Sylvain Athiel paru aux éditions Privat[4]. Georges Vaur participe à la soirée de lancement de ce livre à Toulouse. C’est l'une de ses dernières apparitions en public.

Il était le membre unique et le secrétaire perpétuel de l'Académie de Saint-Cyprien.

Sa troupe n'a jamais touché la moindre subvention et elle se produisait dans les moindres petits villages.

L'acteur est victime d'une hémorragie cérébrale le 12 juillet 2010. Les obsèques de Georges Vaur se sont déroulées le jeudi 15 juillet 2010 dans l'église de Cadours (Haute-Garonne). Il est inhumé au cimetière de Lardenne (Toulouse).

Filmographie partielleModifier

Courts-métragesModifier

RéférencesModifier

  1. « L'acteur Georges Vaur est mort », La Dépêche du Midi (consulté le 12 juillet 2010)
  2. « Le dernier voyage de Piroulet », La Dépêche du Midi (consulté le 24 juillet 2010)
  3. a b c d e f et g Charles Mouly, Sacré Piroulet !, Imp. Bouquet, 1996.
  4. a et b Sylvain Athiel, Conquérants des ondes ! L'incroyable histoire de Radio-Toulouse et Radio-Andorre, Privat, 2008.
  5. A.-F. Laclau et J.Veyries. Les Pescaïres de Benerquo. Années 20.

Liens externesModifier