Georges Morand (prêtre)

Georges Morand
Image illustrative de l’article Georges Morand (prêtre)
Le père Georges Morand à Josselin, en 2009.
Biographie
Naissance
Ordination sacerdotale
Décès (à 84 ans)
à Toulouse
Autres fonctions
Fonction religieuse

Georges Morand, né le et mort le à Toulouse, est un essayiste et prêtre catholique français, exorciste officiel du diocèse de Paris jusqu'en 2013.

BiographieModifier

Georges Morand, fils de Charles Morand et de Germaine Morel, est titulaire d'un D.E.S.S. de lettres ainsi que d'une licence de théologie. Il est ordonné prêtre, dans la nuit pascale du , pour le diocèse de Paris. Il écrit, dans son ouvrage Sors de cet homme, Satan : « avoir consacré sa vie pour faire connaître aux hommes que Jésus les aime ... que Jésus nous aime tant et qu'il y a si peu d'hommes qui l'aiment »[1].

Il entre à la Compagnie de Saint-Sulpice[2], pour une année de solitude. Il sera professeur et directeur spirituel au grand séminaire de Versailles (1960-1962), secrétaire particulier du cardinal Feltin, archevêque de Paris (1962-1966), puis vicaire à la paroisse Saint-Sulpice (Paris 6e) et aumônier de l'école Saint-Sulpice (1966-1970). Il est nommé aumônier du lycée Camille-Sée (1970-1971). Il est ensuite chapelain à la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre durant onze ans (1971-1982), où il anime le groupe Saint-Jean et crée un groupe du renouveau charismatique. Il y rencontre la théologienne Georgette Blaquière et son époux.

À partir de 1982, il est successivement vicaire de la paroisse de la Trinité (1982-1987), de Saint-Léon (1987-1990), aumônier de l'hôpital Saint-Joseph (1990-1995), curé de Saint-Gilles-Saint-Leu (1995-1999). Il fut l'un des interlocuteurs de l'émission de Radio Notre-Dame Écoute dans la nuit. Il a cofondé un foyer pour sourds en 1985 dans la paroisse de La Trinité. Il sera chargé de l'accueil à Notre-Dame de Paris, avant de rejoindre, en , la Communauté du Verbe de Vie à Josselin[2],[3],[3].

Il a été exorciste officiel du diocèse de Paris[3]. Il se retire, en , à Castelnau-d'Estrétefonds, près de Toulouse, dans une maison de la congrégation des Petites Sœurs de Marie, Mère du Rédempteur, la maison Notre-Dame du Bon Accueil, où il parvient au terme de sa vie, le . Il repose à Villeurbanne auprès de ses parents.

Sa vie aura été marquée par son expérience du Renouveau charismatique et du ministère de délivrance (exorcisme). Il a assuré un important ministère de direction spirituelle et prêché de nombreuses retraites.

PublicationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Sors de cet homme, Satan, p. 14, « Je feuilletais assis par terre une vieille histoire sainte de ma grande sœur et tombai en arrêt sur une lithogravure en noir et blanc représentant la Passion : Jésus sur sa croix, Marie et saint Jean, les deux brigands ... Et soudain, inattendus, d'énormes sanglots [...] comment ça se fait que Jésus nous aime tant et qu'il y a si peu d'hommes qui l'aiment ? [...] Ce jour-là, la semence avait été déposée en la terre vierge de mon cœur d'enfant, la semence d'une vie possédée d'un grand et unique amour, de cet Amour qui devait me conduire au séminaire pour que ma vie fût toute consacrée à faire connaître aux hommes que Jésus les aime. »
  2. a et b Fiche auteur sur le site des éditions du Jubilé
  3. a b et c Le prêtre, le diable et le psychanalyste, - Publié le 19/10/1996, par Luc Ferry, Le Point

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier