Ouvrir le menu principal

Georges II
გიორგი II
Illustration.
Peinture murale du XVIe siècle.
Titre
Roi d'Iméréthie
Prédécesseur Bagrat III
Successeur Constantin III
Biographie
Dynastie Bagratides
Date de décès
Père Bagrat III
Fratrie Constantin III
Alexandre
Teïmouraz
Tamar
Conjoint Rousoudan
Thamar
Enfants Alexandre
Bagrat
Léon Ier
Religion Catholicossat d'Abkhazie
Liste des souverains de l'Iméréthie

Georges II d'Iméréthie (en géorgien : გიორგი II, Giorgi II ; mort en 1585) est roi d'Iméréthie de 1565 à 1585.

BiographieModifier

Un règne troubléModifier

Georges II devient roi d’Iméréthie à la mort de son père Bagrat III d'Iméréthie en 1565 ; toutefois dès 1548, il a été étroitement associé au pouvoir[1].

Pendant cette période, le roi doit faire face à des conflits avec les dirigeants des principautés voisines de Gourie et de Mingrélie, avec lesquels des liens familiaux nombreux ont été tissés, ce qui a pour effet d’exacerber les querelles.

Georges II d’Iméréthie doit ensuite faire face aux interventions des Ottomans et les appuyer dans leurs offensives contre le Karthli.

Conflits avec le Gouriel et le DadianModifier

En 1564, le prince Rostom Ier de Gourie meurt après un règne de 30 ans. Le roi Georges II d’Iméréthie n’hésite pas à reconnaître son fils aîné comme nouveau prince sous le nom de Georges II de Gourie (prince de 1564 à 1583 et de 1587 à 1600).

À cette même époque, Georges III de Mingrélie, associé à son propre père le Dadian Léon Ier de Mingrélie (1532-1572) depuis 1546, qui est le gendre du Gouriel Rostom Ier, répudie sa femme, séduit et enlève la très belle épouse de son oncle Bathoula afin d’en faire sa femme. Afin de maintenir la concorde entre les deux principautés, Léon Ier de Mingrélie donne sa propre fille en mariage à Georges III de Gourie. Ce dernier répudie rapidement sa nouvelle épouse et, par haine de son voisin, il fait alliance contre lui avec le roi Georges II d’Iméréthie, qui s’empresse de lui donner comme nouvelle épouse la sœur de sa femme, la reine Rousoudan.

À la même époque, le prince Khosro, fils de Theimouraz, lui-même fils de l’ancien roi Bagrat III d'Iméréthie, émet des prétentions au trône et s’allie avec un puissant féodal, Waraza Dchiladzé, les Liparutians et la population de l’Odich ; les rebelles sont vaincus par le roi en 1568. Le roi décide pour se venger des sujets du Dadian, qui se sont alliés avec le prétendant, d’attaquer la Mingrélie de concert avec le Gouriel. Effrayé, le Dadian s’enfuit à Constantinople et y réclame l’aide des Ottomans, pendant que le roi et son allié s’emparent de l’Odich.

Trop contente d’avoir un prétexte pour intervenir dans la région, la Sublime Porte donne l’ordre aux pachas d’Erzeroum et de Trébizonde d’envahir la Gourie. Terrorisé par l’ampleur de cette riposte, le Gouriel supplie le Dadian de lui accorder la paix et de ne pas ravager son pays. Léon Ier de Mingrélie, qui cherche toujours à venger l’affront fait à sa fille, n’accepte que contre un tribut de 10 000 drachmes et l’aide de Georges III de Gourie pour reconquérir l’Odich. Le roi Georges II d’Iméréthie capture alors Dchiladzé, qu’il considère toujours comme un traître, et confisque ses domaines. Il doit immédiatement faire face aux deux princes de Gourie et de Mingrélie, qui craignent pour la propre sécurité de leurs États et s’opposent à cette spoliation.

Léon Ier de Mingrélie meurt en 1572 à la suite d'une chute de cheval et son fils Georges III, prince de 1546 à1574 et de 1574 à 1582, devient seul prince. Afin de rompre le front des alliés, Georges II d’Iméréthie trouve habile de faire épouser à son jeune fils Bagrat une sœur du nouveau Dadian. Mécontent de ce retournement d’alliance, le Gouriel s’entend avec Mamia, le frère cadet de Georges III de Mingrélie, à qui il donne sa fille comme épouse, et le pousse à revendiquer le trône. Après une courte résistance, Georges III de Mingrélie se réfugie chez les Abkhazes et son frère monte sur le trône en 1574 sous le nom de Mamia IV de Mingrélie. Le Gouriel et le nouveau Dadian demandent au roi Georges II d’Iméréthie de valider cette situation et de rendre la partie des domaines de Dchiladzé qu’il contrôle encore. Le roi donne son assentiment et la paix est enfin rétablie entre les trois principautés.

Georges III de Mingrélie, qui a obtenu de nouveaux secours des Abkhaze et des Tcherkesses, attaque son frère mais il est repoussé et se réfugie de nouveau en Abkhazie. Le Dadian supplie alors le roi de l’assister. Un nouvel accord est finalement conclu entre les parties[2]. Pour garantir la paix, le Dadian épouse la sœur de la reine Rousoudan[3], et Mamia reçoit en compensation les domaines de Dchiladzé[4].

Lorsqu’en 1582, Georges II de Mingrélie meurt, le Gouriel, dont la haine contre son voisin n’est toujours pas assouvie, enlève et retient prisonnier son jeune fils Léon, né en 1577. Mamia IV de Mingrélie, qui reprend le pouvoir, met à profit cet acte pour attaquer en 1583 la Gourie ; Georges III de Gourie se réfugie une nouvelle fois à Constantinople pendant que Mamia impose comme Gouriel un certain Vakhtang Ier de Gourie (1583-1587), réputé être de la famille des « Gouriel ».

Interventions des OttomansModifier

Le général ottoman Moustapha Lala Pacha, qui s’est rendu maître du Karthli, envoie des troupes pour occuper l’Iméréthie. Le roi se réfugie dans les montagnes, puis, à la tête de ses troupes, il s’oppose aux forces ottomanes qui sont repoussées ; le roi peut alors entrer triomphalement dans sa capitale Koutaïssi.

Lorsque les Ottomans interviennent une nouvelle fois en Géorgie avec le général Sinan Pacha, ce dernier, qui vient d’envahir le Karthli, demande à son allié l’Atabeg Qvarqvaré VI Jakéli de Samtskhe de se rendre auprès de Georges II d’Iméréthie, afin qu’il renonce à apporter son aide au roi Simon Ier de Karthli. Georges II accepte et, avec ses troupes et celles des princes de Gourie et de Mingrélie, il entre en Kartlie intérieure qu’il brûle et ravage pour le compte des Ottomans (1578).

Fin de règneModifier

Sentant sa fin approcher, Georges II emprisonne son frère Constantin et le fils de ce dernier, Rostom, parce que son fils et héritier Léon est encore très jeune et qu’il craint qu’ils ne lui disputent le trône. Georges II meurt en 1585.

DescendanceModifier

Georges II a eu trois épouses et trois fils :

  1. une épouse au nom inconnu (morte en 1561) :
    • Alexandre, mort en 1558 ;
  2. en 1563 Rousoudan (morte en 1578), fille du prince Shirvashidzé :
  3. Thamar, fille du prince Chermazan Diasamidzé.

Notes et référencesModifier

  1. Ce qui permet à la Chronique géorgienne de lui accorder un règne d'une durée de 37 ans.
  2. Selon la Chronique, le Gouriel aurait déclaré « Comme j’ai répudié sa sœur et payé le sang, qu’il me paye ce qu’il me doit pour ma sœur répudiée par lui, je saurais persuader Mamia de se retirer pour le faire Dadian de nouveau ».
  3. De ce fait, le roi Georges II d’Iméréthie, le Gouriel Georges III de Gourie et le Dadian Georges III de Mingrélie se retrouvent mariés à trois sœurs.
  4. Qui constitue par après la principauté de Satchilao, où il règne de 1574 à 1590.

BibliographieModifier