Gauche sociale et radicale

parti politique

La Gauche sociale et radicale est un ancien groupe parlementaire centriste français créé en 1928 à la Chambre des députés par Henri Franklin Bouillon.

FondationModifier

Créé par l'ancien radical-socialiste Henri Franklin Bouillon, les Comités radicaux unionistes qui ont pris le contrôle de la fédération radicale Seine-et-Oise forment un "parti" présent au niveau national en 1928.

Ce groupe parlementaire, fort de 17 membres, regroupe des anciens membres (non élu) de l'aile droite du Parti radical-socialiste et des radicaux indépendants qui refusent un nouveau Cartel des gauches et en appellent à l'Union nationale autour de Raymond Poincaré.

Il se nomme d'abord groupe de la Gauche unioniste et sociale, avant de prendre le nom de Gauche sociale et radicale en 1929.

Positions politiquesModifier

Opposé au Pacte Briand-Kellogg, à la politique de détente internationale, au désarmement. Il est pour une politique de fermeté contre l'Allemagne de Weimar, héritier de la doxa "L'Allemagne doit payer". Mais les membres du groupe sont aussi circonspect sur les alliés de la France, surtout le Royaume-Uni qu'ils accusaient d'avoir joué contre les finances du pays lors de l'épisode de la chute du Franc.

Ils préconisent une Union Nationale, excluant aussi bien les communistes que les socialistes, mais avec toute la droite.

Ce discours très patriotard leur vaut d'être qualifiés de nationalistes par André Siegfried.

Eux-mêmes préfèrent le qualificatif d'"unionistes".

MembresModifier

Député Département XIIIe législature XIVe législature XVe législature
Victor Augagneur Rhône Non-élu Gauche sociale et radicale Décédé en 1931
Georges Boucheron Seine Non-élu Gauche sociale et radicale Gauche radicale
Edmond Boyer Maine-et-Loire Républicains de gauche Gauche sociale et radicale Battu
Fernand Brun Cantal Non élu Gauche sociale et radicale ne se représente pas
Louis Buyat Isère Non-élu Gauche sociale et radicale Battu
Pierre Cathala Seine-et-Oise Non-élu Gauche sociale et radicale Gauche radicale
Clément Cazaud Dordogne Non-élu Gauche sociale et radicale Battu
Charles Delesalle Pas-de-Calais Gauche radicale Gauche sociale et radicale Gauche radicale
Louis Dien Indre-et-Loire Non-élu Gauche sociale et radicale Battu
Henri Franklin Bouillon Seine-et-Oise Radical et radical-socialiste Gauche sociale et radicale Non Inscrits
Jean Goy Seine Non inscrit Gauche sociale et radicale Gauche radicale
Vincent Jacoulot Saône-et-Loire Non élu Gauche sociale et radicale Décédé en 1931
Albert Meunier Ardennes Gauche radicale Gauche sociale et radicale Élu sénateur en 1930
Émile Morinaud Algérie française Républicain socialiste et socialiste français Gauche sociale et radicale Gauche radicale
Louis Poute de Puybaudet Haute-Vienne Non élu Gauche sociale et radicale Décédé en 1928
Étienne Riché Ardennes Non élu Gauche sociale et radicale Gauche radicale
Constant Verlot Vosges Gauche radicale Gauche sociale et radicale Centre républicain


DisparitionModifier

Le groupe n'est pas reconduit en 1932. Cette mouvance se retrouvera au sein du groupe de la Gauche radicale, qui devient en 1936 le groupe de la Gauche démocratique et radicale indépendante afin de signifier son rapprochement avec l'Alliance démocratique.

CitationModifier

La Gauche sociale et radicale, autour de M. Franklin-Bouillon, groupe surtout d'anciens radicaux-socialistes qui, par sentiment de l'union nationale, ont préféré le poincarisme au cartel et qui évoluent dans une atmosphère vaguement teintée de nationalisme. Le radicalisme a de tout temps contenu ce genre de tempéraments, mais a presque toujours fini par les éliminer. Leur place est-elle bien au centre ? Ils s'y sont en tout cas réfugiés sans en partager pleinement l'esprit et du reste ils ne rentreraient pas aisément dans le radicalisme des purs, qui ne leur pardonne pas leur dissidence.

André Siegfried, Tableau des partis en France.

Autres groupes parlementaires radicaux indépendantsModifier

Voir aussiModifier