Gauche radicale (groupe parlementaire)

groupe parlementaire sous la Troisième République

Gauche radicale
Image illustrative de l’article Gauche radicale (groupe parlementaire)
Chambre Chambre des députés
Législature(s) VIIIe, IXe, Xe, XIe, XIIe XIIIe XIVe et XVe (Troisième République)
Fondation
Scission de Union républicaine
Disparition
Fusionné dans Gauche radicale-socialiste (1914)
Gauche démocratique et radicale indépendante (1936)
Partis membres Radicaux indépendants
Parti radical-socialiste
Positionnement Extrême gauche à centre gauche (1881-1914)
Centre à centre droit (1914-1936)
Idéologie Radicalisme

La Gauche radicale est un groupe parlementaire français, formé à la Chambre des députés en 1881 et plusieurs fois renommé jusqu’à la fin de la Troisième République.

Initialement, le groupe réunit les « radicaux modérés », siégeant à l'extrême gauche et à gauche, avant d’évoluer au centre gauche à la Belle Époque.

En 1914, le Parti radical-socialiste demande à ses membres de rejoindre le groupe de la Gauche radicale-socialiste. Ne demeurent alors à la Gauche radicale que les radicaux indépendants qui refusent cette injonction, le groupe devenant alors centriste, puis s'ancrant au centre droit dans les années 1930.

HistoireModifier

1881 : formationModifier

Le groupe de la Gauche radicale à la Chambre des députés est créé en à l'initiative d’Henri Chéneau, député du Cher[1].

Il est constitué de parlementaires issus des rangs de l'Union républicaine (opportunistes gambettistes) et, dans une moindre mesure, de l'Extrême gauche (radicaux intransigeants). Il s'agit de radicaux qui veulent aller plus loin dans les réformes, comme les membres de l'Extrême gauche, mais qui apportent leur soutien aux républicains de gouvernement[2].

Au cours de la troisième législature (1881-1885), le groupe compte une cinquantaine de membres[3], dont :

1881-1895  : aile gauche des gouvernements opportunistesModifier

Dans les années 1880-1990, le groupe s'oppose au boulangisme, ainsi qu'au socialisme naissant.

1895-1913 : orientation au centre gaucheModifier

La Gauche radicale soutient activement le gouvernement Pierre Waldeck-Rousseau et prend parti pour Alfred Dreyfus lors de l'affaire affaire Dreyfus.

Dans les Années 1910, il au plus fort de son influence, avec plus d'une centaine de députés. Ses membres soutiennent le gouvernement Émile Combes dans son combat anticlérical et votent la loi de séparation des Églises et de l'État en 1905, sous le gouvernement Rouvier.

Ils sont en revanche réservés sur les lois sociales, telles que les retraites ouvrières et paysannes ou l’impôt sur le revenu.

1913-1914 : scission avec le Parti radical-socialisteModifier

À l'origine, les parlementaires élus sous l'étiquette du Parti radical-socialiste, fondé en 1901, choisissent le groupe parlementaire dans lequel ils siègent : soit la Gauche radicale, soit la Gauche radicale-socialiste.

En 1913, le Parti radical-socialiste décide que tout député élu avec l'appui du parti doit adhérer au second de ces groupes. Cette décision conduit au départ d'une cinquantaine de membres de la Gauche radicale, le nombre de députés membres du groupe chutant à 70. Ceux qui restent sont les radicaux les plus modérés, qui regardent maintenant plus à droite qu'à gauche, ainsi que les plus laïques de l'ARD.

1919-1924 : union au centre avec le PRDSModifier

Le groupe fait ensuite partie du Bloc national, soutenant les gouvernements conservateurs qui en découlent. Pour marquer cette volonté d'union, il fusionne avec les plus avancés des « républicains de gauche », proches du PRDS (ex-ARD). Ce nouveau groupe, qui compte presque cent députés se baptise groupe de la « Gauche républicaine démocratique ».

1924-1936 : virage à droiteModifier

L'opposition entre « républicains de gauche », de plus en plus conservateurs et violemment opposés au cartel des gauches, et radicaux, qui y participent, amènent en 1924 à la recréation du groupe de la Gauche radicale.

L’année 1924 est d'ailleurs la dernière élection où les députés de la Gauche radicale s'allient avec les socialistes : leur virage à droite, à partir de 1926, l'échec du cartel et leur soutien à l'orientation droitière du gouvernement Poincaré d'Union nationale les amènent à rompre avec les alliances à gauche.

Après 1926, le groupe opte pour le mot d'ordre « ni réaction, ni révolution », et prône une politique de « concentration républicaine » incluant le Parti radical, qu'ils veulent éloigner des alliances avec la SFIO, et les Républicains de gauche, qui forment désormais la droite républicaine modérée.

Le groupe est décrit par André Siegfried comme étant constituée de députés « socialement conservateurs qui voudraient ne pas rompre avec la gauche et qui votent donc, à droite sur les questions d'intérêts, à gauche sur les questions politiques ». Par sa position centriste, la Gauche radicale est souvent l'arbitre des différentes majorités.

1936 : opposition au Front populaireModifier

En 1936, le dirigeant de l'Alliance démocratique (ex-PRDS), Pierre-Étienne Flandin, tente d'ancrer durablement les radicaux indépendants dans le sillage de l'Alliance en remplaçant le vieux groupe parlementaire des Républicains de gauche par une « Alliance des républicains de gauche et des radicaux indépendants ».

Cette tentative échoue : le groupe de la Gauche radicale devient le groupe de la « Gauche démocratique et radicale indépendante », en absorbant au passage l'essentiel du groupe des Indépendants de gauche.

DisparitionModifier

Le groupe disparaît avec le l’instauration du régime de Vichy et n’est pas reconstitué sous la Quatrième République. La plupart de ses anciens membres, devant l'envol des partis marxistes et le discrédit de la droite, préfèrent adhérer au Parti radical, qui vient de rejeter les alliances à gauche, ou à des formations de droite modérée, comme le PRL. Son électorat, essentiellement masculin, se tourne davantage vers le MRP.

Le Rassemblement des gauches républicaines (1946-1958), qui malgré son nom n'est pas de gauche, est considéré comme le continuateur de cette mouvance du centre droit laïque.

ÉvolutionModifier

Chambre Année Nom Nombre de députés Évolution
Chambre des députés 1881 Gauche radicale (GR) 55
1885 91   36
1889 62   29
1893 Gauche progressiste (GP) 45   17
1898 Gauche démocratique (GD) 45
1902 Gauche radicale (GR) 94   49
1906 125   31
1910 118   7
1914 70   48
1919 Gauche républicaine démocratique (GRD)
(groupe commun avec l'ARD)
94   24
1924 Gauche radicale (GR) 43   51
1928 54   11
1932 51   3
1936 Gauche démocratique et radicale indépendante (GDRI) 35   16

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an ao ap aq ar as at au av aw ax ay az ba bb bc bd et be Le Globe, 14 décembre 1881, p. 1.
  2. Paolo Pombeni, Introduction à l'histoire des partis politiques, Paris, Presses universitaires de France, , 439 p. (lire en ligne), p. 299
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak et al Le Temps, 11 décembre 1884, p. 1.

Voir aussiModifier