Ouvrir le menu principal

Saint-Lô
Image illustrative de l’article Gare de Saint-Lô
Le bâtiment voyageurs et l'entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Commune Saint-Lô
Adresse Place de la Gare
50000 Saint-Lô
Coordonnées géographiques 49° 07′ 01″ nord, 1° 06′ 00″ ouest
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TER Normandie
Caractéristiques
Ligne(s) Lison à Lamballe
Saint-Lô à Guilberville
Voies 3 (+ voies de service)
Quais 2 (dont un central)
Altitude 15 m
Historique
Mise en service
Correspondances
Bus et cars voir Intermodalité

La gare de Saint-Lô est une gare ferroviaire française de la Ligne de Lison à Lamballe, située sur la rive gauche de la Vire, à proximité du centre de la ville de Saint-Lô, préfecture du département de la Manche, en région Normandie.

Elle est mise en service en 1860, par la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest. C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains TER Normandie

Sommaire

Situation ferroviaireModifier

La gare de Saint-Lô est située au point kilométrique (PK) 18,467[1] de la ligne de Lison à Lamballe, entre les gares ouvertes de Pont-Hébert et de Carantilly - Marigny. En aval s'intercalait la gare de Canisy (fermée). Son altitude est de 15 m.

C'était une gare de bifurcation, origine de la ligne de Saint-Lô à Guilberville (fermée).

HistoireModifier

La « station de Saint-Lô » est mise en service le 1er mai 1860 par la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest, lorsqu'elle ouvre à l'exploitation sa ligne de Lison à Saint-Lô, « embranchement de la ligne de Paris à Cherbourg ». Les installations définitives de la station terminus sont également mises en service ce même jour[2]. Le bâtiment voyageurs réutilise la charpente bois du premier bâtiment de la gare de Caen, les espaces sont remplis de briques[3].

Le 3 avril 1892, un embranchement ferroviaire à Guilberville sur la ligne Caen - Vire, ouverte un an plus tôt, permet de relier directement Vire à Saint-Lô[4] (Ligne Saint-Lô - Guilberville).

 
Destructions de juin 1944.

L'ancien bâtiment de bois et briques est remplacé par un plus important édifice et inauguré le [5]. Ce dernier qui est détruit quelques années plus tard lors de la Seconde Guerre mondiale par des bombardements fait par des avions alliés en juin 1944[3].

Le transport de voyageurs cesse sur la ligne Saint-Lô - Guilberville le . Le transport de marchandises a ensuite été limité à la section Saint-Lô - Torigni-Saint-Armand. La ligne a été intégralement fermée dans les années 1960-1970. La ligne est déposée sur la majeure partie mais il subsiste encore des traces de sa présence comme le viaduc de Guilberville. Il reste aussi toujours une partie entre Saint-Lô et Condé-sur-Vire qui est depuis 2007 utilisé pour du vélo-rail en été. Le circuit mesure 11 km mais s'arrête à la gare de Gourfaleur.

Sur la ligne de Lison à Lamballe, la section à voie unique de Lison à Saint-Lô a été électrifiée en 25 kV en janvier 2006. Cela a notamment permis la création, entre décembre 2008 et décembre 2010, d'une relation entre Saint-Lô et la gare Saint-Lazare à Paris via Caen.

Services des voyageursModifier

AccueilModifier

 
Vue sur les quais.

Gare SNCF[6], elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours. Elle est notamment équipée d'automates pour l'achat de titres de transport. C'est une gare « Accès Plus » avec des aménagements, équipements et services à disposition des personnes à la mobilité réduite.

DesserteModifier

Saint-Lô est desservie par les trains TER Normandie (relation de Caen à Rennes) et par les autocars TER Normandie (relation de Granville à Lison).

Entre décembre 2008 et décembre 2010, elle reçut aussi les trains Intercités Normandie pour la relation Saint-Lô - Caen - Paris Saint-Lazare.

IntermodalitéModifier

Un parc pour les vélos et un parking sont aménagés à ses abords[6]. La gare est desservie par les bus du réseau TUSA (lignes 1, 2, 3 et N) et les autocars du réseau Manéo (lignes : 001, 002, 109, 113, 117, 303 et 304).

ProjetsModifier

Depuis quelques années[Quand ?], il est prévu que la gare de Saint-Lô accueille des trains de voyageurs (TER) en direction de Cherbourg, pour la relation Cherbourg – Saint-Lô – Rennes, mais des travaux sont prévus notamment pour la relation Cherbourg – Rennes afin de reconstruire un raccordement abandonné, à côté de la gare de Lison, pour éviter les correspondances et les manœuvres dans cette dernière[7],[8].

Notes et référencesModifier

  1. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, (ISBN 978-2-918758-34-1), volume 1, page 146.
  2. François et Maguy Palau, Le rail en France : Le second Empire (1858 - 1863), tome 2, F. et M. Palau, Paris 2001 (ISBN 2-950-94212-1) p. 95
  3. a et b Site ADPCR, 1860/2010 - 150e anniversaire de l'arrivée du chemin de fer à Saint-Lô, dans ADPCR-Infos, numéro hors série, juin 2010 p. 3 lire (consulté le 19 août 2012).
  4. Histoire chronologique des chemins de fer européens et russes
  5. « L'inauguration de la gare de Saint-Lô », L'indicateur de Bayeux,‎ (lire en ligne)
  6. a et b « Site SNCF TER Basse-Normandie, Informations pratiques sur les gares et arrêts : Gare de Saint-Lô »
  7. projet ligne Cherbourg-Rennes, Page 8
  8. propositions d'ADPCR

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier


Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Terminus Terminus TER Normandie Lison Lisieux
Terminus Terminus TER Normandie Lison Caen
Rennes Coutances TER Normandie Lison Caen
Coutances Coutances TER Normandie Pont-Hébert Caen