Ouvrir le menu principal

Gare de Montmoreau

gare française

Montmoreau
Image illustrative de l’article Gare de Montmoreau
Gare de Montmoreau en 2012
Localisation
Pays France
Commune Saint-Amant-de-Montmoreau
Adresse 5, rue de la station
16190 Saint-Amant
Coordonnées géographiques 45° 23′ 55″ nord, 0° 08′ 18″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TER Nouvelle-Aquitaine
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Austerlitz à Bordeaux-St-Jean
Voies 2
Quais 2
Altitude 82 m
Historique
Mise en service

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Montmoreau

Géolocalisation sur la carte : Charente

(Voir situation sur carte : Charente)
Montmoreau

La gare de Montmoreau est une gare ferroviaire française située sur le territoire de la commune de Saint-Amant-de-Montmoreau, à l'est de Montmoreau-Saint-Cybard, dans le département de la Charente, en région Nouvelle-Aquitaine.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 82 m d'altitude, la gare de Montmoreau est située au point kilométrique (PK) 483,472 de la ligne de Paris-Austerlitz à Bordeaux-Saint-Jean, entre les gares ouvertes d'Angoulême et de Chalais. Elle est séparée de la gare d'Angoulême par les gares fermées de La Couronne, Mouthiers, Charmant, Chavenat et de la gare de Chalais par celle de Montboyer.

HistoireModifier

Lors l'inauguration officielle de la ligne le , il est prévu un trajet direct entre Chalais et Angoulême. Mais une foule considérable s'est massée sur le quai et acclame Napoléon III pendant que le train dépasse la gare. Le train, à la demande de Napoléon III va s'arrêter puis reculer jusqu'à la gare de Montmoreau[1].

Située sur la commune de Saint-Amant, la gare a été construite en 1852, puis a été fermée en 1994, avant d'être démolie en 2000, comme ses voisines sur la ligne[2].

Service des voyageursModifier

La gare est desservie par des trains TER Nouvelle-Aquitaine, vers Bordeaux et Angoulême.

Notes et référencesModifier

  1. Histoire des chemins de fer de la Charente, Claude Tavé, atelier graphique du Cognaçais, pas d'Isbn.
  2. Article « Saint-Amant-de-Montmoreau », Charente libre,‎ , p. 7 (lire en ligne).

Voir aussiModifier