Ouvrir le menu principal

Gare de Grandvilliers

gare française

Grandvilliers
Image illustrative de l’article Gare de Grandvilliers
Croisement d'autorails en gare de Grandvilliers
Localisation
Pays France
Commune Grandvilliers
Adresse Avenue Saget
60210 Grandvilliers
Coordonnées géographiques 49° 39′ 34″ nord, 1° 56′ 18″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Service TER Picardie
Caractéristiques
Ligne(s) Épinay-Villetaneuse au Tréport-Mers
Voies 2 (+ voies de service)
Quais 2
Transit annuel 115 340 voyageurs (2009)
Altitude 194 m
Historique
Mise en service 1er juillet 1875
Correspondances
Réseau interurbain de l'Oise  43D  (à distance)
Réseau Trans'80 Ligne 33 Amiens - Grandvilliers
Transport à la demande Canton de Grandvilliers[1]

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Grandvilliers

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Grandvilliers

Géolocalisation sur la carte : Oise

(Voir situation sur carte : Oise)
Grandvilliers

La gare de Grandvilliers est une gare ferroviaire française de la ligne d'Épinay - Villetaneuse au Tréport - Mers, située à 2 000 mètres du centre de la commune de Grandvilliers, dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Elle est mise en service en 1875 par la Compagnie des chemins de fer du Nord. C'est en 2019 une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par des trains TER Hauts-de-France.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 194 m d'altitude, la gare de Grandvilliers est située au point kilométrique (PK) 111,818 de la ligne d'Épinay - Villetaneuse au Tréport - Mers, entre les gares ouvertes de Marseille-en-Beauvaisis et de Feuquières - Broquiers.

Elle dispose de deux voies banalisées à quais, plus une voie de débord en impasse accessible uniquement depuis le sens de Beauvais au Tréport. Cette voie de débord, située dans la cour de la petite vitesse, se termine par un tiroir d'où se détache une voie biaise raccordée aux deux voies principales[2]. En gare, on trouve également un poste d'aiguillage permettant le croisement des trains sur cette ligne à voie unique équipée du block manuel de voie unique (BMVU).

 
Poste d'aiguillage de la gare.

HistoireModifier

La gare de Grandvilliers est mise en service le par la Compagnie des chemins de fer du Nord, lorsqu'elle ouvre à l'exploitation sa ligne d'intérêt local de Saint-Omer à Abancourt[3].

 
Vue de la gare au début du XXe siècle dans la direction de Beauvais et Paris.

La gare est située avenue du Général-Saget. Elle porte ce nom depuis le 21 mai 1875, et honore l'action de cet homme politique pour Grandvilliers. Henri Saget, né le 5 novembre 1813 à La Flèche, participa à l'élaboration de la carte d'État-Major puis entra en politique en se faisant élire Conseiller général du canton de Grandvilliers, puis président du Conseil général de l'Oise de 1886 à 1890. Il contribua à faire passer la ligne de chemin de fer Paris – Beauvais – Le Tréport - Mers par Grandvilliers, ce qui explique le choix du nom de la rue qui conduit à la gare.

 
La gare vers 1900. Vue vers Abanville.

En 1882, on complète les installations de la gare avec une halle à marchandises, équipée d'une grue roulante, et une deuxième voie de garage longue de 300 mètres. La recette de la gare en 1881 est de 76 942,43 francs, soit une augmentation de 9 622,01 fr par rapport à l'année précédente où elle était de 67 320,42 fr[4].

En 1885, le train dessert « Grandvilliers » entre « Grez - Gaudechart » et « Feuquières »[5].

Durant la Première Guerre mondiale, la gare est située à l'arrière du front et est utilisée pour le déplacement des troupes françaises[6], les besoins d'intendance ou l'embarquement de prisonniers[7],[8].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la gare servit de lieu de déchargement de missiles V1 acheminés par chemin de fer depuis les carrières de Saint-Maximin pour être tirés vers l'Angleterre depuis les lieux avoisinants. Les trains chargés de ces missiles stationnaient dans le tunnel de Marseille-en-Beauvaisis[9].

En 1960, c'est une gare de la SNCF, indiquée « Grandvilliers », disposant d'un bâtiment, d'une voie d'évitement et de plusieurs voies de garage. Elle est alors située au PK « 116+1 » entre les haltes de « P.A. Grez - Gaudechart » et de « P.A. Brombos - Sarcus »[10].

La rénovation de la gare a eu lieu en 2009 dans le cadre d'un programme de modernisation des gares de l’axe BeauvaisAbancourt, destinée à rendre la gare notamment accessible aux personnes handicapées[11],[12]. Toutefois, la présence d'une marche à l'entrée de la gare et l'étroitesse de ses portes d'entrée ne permettent pas l'accès des personnes en fauteuil roulant. En 2009, la fréquentation de la gare était de 316 voyageurs par jour[13].

Service des voyageursModifier

AccueilModifier

Gare[14] SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours.

Un passage planchéié permet la traversée des voies et le passage d'un quai à l'autre.

 
La halle à marchandises n'est plus desservie par la voie de débord qui semble occasionnellement utilisée en 2011.

DesserteModifier

Grandvilliers est desservie par des trains TER Hauts-de-France qui effectuent des missions entre les gares de Beauvais, ou d'Abancourt, et du Tréport - Mers[14].

IntermodalitéModifier

Un parking pour les véhicules y est aménagé[14]. La gare est desservie par la ligne 33 du réseau Trans'80.

Service des marchandisesModifier

La gare, ouverte uniquement aux transports par train massif[15], dispose d'installations marchandises embranchées, utilisées notamment par un céréalier.

Notes et référencesModifier

  1. [PDF] « Règlement intérieur du transport collectif à la demande du canton de Grandvilliers », Communauté de communes de la Picardie Verte, (consulté le 5 juillet 2011).
  2. Schéma Pistes et itinéraires à suivre par les agents - 20 janvier 2011 affichée sur le mur du bâtiment voyageurs.
  3. Conseil général du département de l'Oise, « Ligne d'Abancourt à Saint-Omer », dans Rapports et délibérations, 1875/08, p. 152 lire (consulté le 27 août 2012).
  4. Conseil général du département de l'Oise, « Ligne de Saint-Omer à Abancourt », dans Rapports et délibérations, 1882/08, pp. 220-221 lire (consulté le 27 août 2012).
  5. Adolphe Joanne, Géographie du département de l'Oise, 1885, p. 38 extrait (consulté le 28 août 2012).
  6. Section photographique de l'armée, « Photo : Grandvilliers. La gare : groupe de sapeurs du 2e génie et prisonniers allemands », Fonds des Albums Valois - Département de l'Oise - Volume 26, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 5 août 2017).
  7. Section photographique de l'armée, « Photo : Grandvilliers. La gare : prisonniers allemands venant s'embarquer pour Rouen », Fonds des Albums Valois - Département de l'Oise - Volume 26, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 5 août 2017).
  8. Section photographique de l'armée, « Photo : Grandvilliers. La gare : prisonniers allemands venant s'embarquer pour Rouen (gros plan) », Fonds des Albums Valois - Département de l'Oise - Volume 26, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 5 août 2017).
  9. Pierre-Emmanuel Reger, « L'aviateur australien a été abattu à Grandvilliers, dans l'Eure », Le Réveil, édition Bresle - Oise - Somme,‎ , p. 21.
  10. SNC, « PL section de Beauvais à Abancourt », dans carnet de profils région Nord, 1960
  11. Source : Communiqué de presse de la Région Picardue du 22 mai 2007.
  12. « La gare de Grandvilliers », sur le site du Conseil régional (consulté le 2 août 2009).
  13. résumé de la ligne.
  14. a b et c Site SNCF Ter Picardie, Informations pratiques sur les gares et arrêts : Gare de Grandvilliers lire (consulté le 27 août 2012).
  15. « Nomenclature et gares CIM - Gare de Grandvilliers », sur http://fret.sncf.com (consulté le 5 juillet 2011).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier


Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Beauvais Marseille-en-Beauvaisis TER Hauts-de-France Feuquières - Broquiers Abancourt
ou Le Tréport - Mers