Gardiol

variété de l'occitan

Gardiol
gardiòl
Région Calabre
Nombre de locuteurs 340
Typologie SVO syllabique
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-1 oc[1]
ISO 639-2 oci[1]
ISO 639-3 oci [1]
IETF oc[1]
Échantillon
Totes los èssers umans nàisson libres e egals en dinhitat e en dreites. Son dòtets de raison e de consciéncia e se devon comportar los unes amb los autres dins un spìrit de fratèrnitat. (version française)

Le gardiol (en occitan : gardiòl) est la variété d'occitan encore parlée de nos jours à Guardia Piemontese, en Calabre[2].

L'UNESCO le classe comme étant "sérieusement en danger" de disparition dans son Atlas des langues en danger dans le monde[3]. Mais au contraire, Agostino Formica a montré en 1999[4] que l'occitan gardiol se maintenait bien malgré le faible nombre de locuteurs (370). De même, Pietro Monteleone[5] a souligné que le gardiol restait la langue d'usage courant dans les rapports familiaux et amicaux.

Le gardiol est d'origine nord-occitane. La population de Guardia Piemontese est arrivée des Vallées Occitanes du Piémont au XIVe siècle, suite aux persécutions contre les Vaudois. Il se rattache donc au vivaro-alpin [6].

En 2007, selon le linguiste Fiorenzo Toso, il y a 340 locuteurs de gardiol sur 1 860 habitants, les autres utilisant soit l'italien standard, soit le calabrais[7].

Exemple de texteModifier

Ò país de la Gàrdia l’es ò sol país de la Calàbria aont la se parlla la lenga occitana. L’occitan al es parllat dins quarque vall alpina dal Piemont, dins la part meridionala de la França e en Val d’Aran en Spanha. Lhi gardiol ilh son deshindent de Valdés arrivat dins al sègle XIV de les Alp. En 1561 la vai èsser la persecucion dei Valdés e assai persone ilh van èsser massae. (Traduction : "Le pays de Guardia Piemontese est le seul endroit de Calabre où se parle la langue occitane. L'occitan est parlé dans quelques vallées alpines du Piémont, dans la partie méridionale de la France et en Val d'Aran en Espagne. Les gardiols sont les descendants de Vaudois arrivés des Alpes au XIVe siècle. En 1561 eut lieu la persécution des Vaudois et de nombreuses personnes furent tuées").

Réforme linguistiqueModifier

Si les Gardiols ont toujours su que leur langue venait des Vallées vaudoises du Piémont, les Occitans du Piémont ont mis du temps à prendre conscience que leur langue faisait partie de l'ensemble d'oc. Depuis les années 1970, le nom d'occitan s'est diffusé dans les Vallées occitanes. Ce nom a probablement été introduit à Guardia Piemontese par Arturo Genre, qui introduisit aussi la graphie de l'Escolo dòu Po (dont le principe est de noter tous les parlers avec leurs particularités locales). Hans-Peter Kunert, un romaniste allemand, a mis au point l'adaptation au gardiol de la graphie classique de l'occitan, qui rend le gardiol lisible en dehors de Guardia malgré les particularités qui rendent le gardiol parlé absolument incompréhensible à un Occitan de France[8]. Cela a permis le développement de matériel scolaire[9] ainsi que d'un dictionnaire gardiol-italien [10].

Le gardiol comparé au nord-occitan et aux autres langues romanesModifier

latin portugais espagnol français catalan nord-occitan gardiol sarde italien frioulan ladin (nones) roumain
clavem chave llave/clave clef/clé clau clau/clhau quiau crae/crai chiave clâf clau cheie
noctem noite noche nuit nit nueit/nuech nuèit notte/notti notte gnot not noapte
cantare cantar cantar chanter cantar chantar chantar cantare/cantai cantare cjantâ ciantar cânta
capram cabra cabra chèvre cabra chabra chabra cabra/craba capra cjavre ciaura capră
linguam língua lengua langue llengua lenga lenga limba/lingua lingua lenghe lenga limbă
plateam praça plaza place plaça plaça/plhaça piaça pratha/pratza piazza place plaza piaţă
pontem ponte puente pont pont pònt/pont pònt ponte/ponti ponte puint pònt punte
ecclesiam (basilicam) igreja iglesia église església gleia/gleisa guieisa creja/cresia chiesa glesie glesia biserică
caseus
(lat. vulg. formaticum)
queijo queso fromage formatge formatge/fromatge case casu formaggio/cacio formadi formai brânză/caş

RéférencesModifier

  1. a b c et d code générique
  2. Hans Peter Kunert (Università della Calabria), Occitani di Calabria, I Fonì Dikìma - La Nostra Voce - Rivista bilingue dell'area ellenofona, settembre 2006
  3. Atlas interactif UNESCO des langues en danger dans le monde
  4. "Spettro di frequenze e varianti nel linguaggio di Guardia Piemontese d'oggi: sfaldamento, contaminazione o evoluzione?" (contenuto nel volume: AA.VV., Guardia Piemontese le ragioni di una civiltà. Indagine sul mondo occitanico calabrese, Gnisci, Paola, 1999, pagg. 53-87)
  5. "Per una identità di Guardia Piemontese tra dati demografici, riscontri, memoria e territorio", in op. cit.
  6. UNESCO, Atlas des langues en danger
  7. Fiorenzo Toso, Le Minoranze Linguistiche in Italia, ed. Il Mulino, 2008 pag. 141
  8. Hans-Peter Kunerth, "L'application de la graphie classique à l'occitan de Guardia Piemontese", Congrès de l'AIEO, 2008, résumé en ligne
  9. G. Creazzo, A. Formica, H.P.Kunert, 'O libre meu, manuale didattico per l'insegnamento della lingua occitana nella scuola, idea e progetto di A. Formica, Gnisci, Paola, 2001, 240pp.
  10. Vocabolario dell'occitano di Guardia Piemontese, en ligne sur archive.org

Voir aussiModifier

Liens internesModifier

Liens externesModifier