Ouvrir le menu principal
Gabriel Zucman
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (32 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Gabriel Zucman, né le 30 octobre 1986, est un économiste français. Ancien enseignant en économie à la London School of Economics, il est professeur assistant à l'Université de Californie à Berkeley depuis 2015[1]. Il est notamment connu pour ses travaux sur les inégalités sociales et les paradis fiscaux[2].

Ses travaux sont particulièrement influents au sein des milieux politiques de gauche (la France Insoumise le cite régulièrement)[3] et altermondialistes comme Attac[4].

Sommaire

BiographieModifier

Gabriel Zucman intègre l'ENS Cachan en 2005 (concours sciences sociales). Il étudie à la Paris School of Economics et y obtient le master "Analyse et Politique économique" en 2008[5]. Il reçoit son doctorat en sciences économiques à l'EHESS en 2013. Il rédige sa thèse "Trois essais sur la répartition mondiale des fortunes" sous la direction de Thomas Piketty[6].

Après avoir effectué un post-doc à Berkeley (2013-2014), Zucman enseigne l'économie à la LSE (London School of Economics) de 2014 à 2015 et y continue ses recherches avec Thomas Piketty. Il retourne ensuite à Berkeley où il est nommé professeur assistant[5].

Il est également chercheur affilié au CEPR depuis 2014 et au NBER depuis 2015[5].

En octobre 2017, dans une tribune publiée dans le journal Le Monde, Zucman explique que "la “flat tax” est une bombe à retardement pour les finances publiques", ainsi il estime que "le prélèvement forfaitaire unique de 30 % sur les revenus du capital, mesure phare du programme présidentiel de Macron, va coûter beaucoup plus d’argent à Bercy que le 1,5 milliard d’euros budgétisés"[7].

En décembre 2017, le World Inequality Lab, dont Gabriel Zucman est membre du comité exécutif[8], publie le World Inequality Report 2018 qui est alors mondialement commenté par la presse[9].

De 2017 à 2018, il est professeur invité à Stanford[10].

En mai 2018, le journal Le Monde et le Cercle des économistes lui attribuent le prix du meilleur jeune économiste de France[11]. Lors de la réception de son prix à la Banque de France, il tient un discours particulièrement violent contre les banques d'affaires et la finance de marché[12].

OuvragesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Gabriel Zucman | Department of Economics », sur www.econ.berkeley.edu (consulté le 7 janvier 2018)
  2. (en-US) « La richesse cachée des nations | Gabriel Zucman », sur gabriel-zucman.eu (consulté le 7 janvier 2018)
  3. « Flat tax : un budget insincère - La France Insoumise », La France Insoumise,‎ (lire en ligne, consulté le 7 janvier 2018)
  4. Gérard Gourguechon *, « Note de lecture du livre de Gabriel Zucman « La richesse cachée des nations, Enquête sur les paradis fiscaux » », sur Attac France (consulté le 7 janvier 2018)
  5. a b et c (en) Zucman, « CV Zucman », zucman.eu,‎ (lire en ligne)
  6. Zucman, Gabriel, « Trois essais sur la répartition mondiale des fortunes », http://www.theses.fr/,‎ (lire en ligne, consulté le 7 janvier 2018)
  7. Gabriel Zucman (Professeur d’économie à l’université de Berkeley en Californie), « « La “flat tax” est une bombe à retardement pour les finances publiques » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 7 janvier 2018)
  8. (en-US) « World inequality lab – WID – World Wealth & Income Database – cloud », WID - World Wealth & Income Database - cloud,‎ (lire en ligne, consulté le 7 janvier 2018)
  9. (en-US) Eduardo Porter, « It’s an Unequal World. It Doesn’t Have to Be. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 7 janvier 2018)
  10. (en) « Gabriel Zucman | SIEPR », sur siepr.stanford.edu (consulté le 23 janvier 2018)
  11. « Gabriel Zucman a reçu le prix du meilleur jeune économiste 2018 », sur Le Monde.fr (consulté le 30 mai 2018)
  12. Pierre-Henri de Menthon, « Le "meilleur jeune économiste de France" est un ennemi de la finance », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mai 2018)

Liens externesModifier