Ouvrir le menu principal

François Willème

artiste français
François Willème
Willème photosculpture.JPG
François Willème, Autoportrait (détail), photosculpture,
Rochester, George Eastman House[1].
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
RoubaixVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation
Schéma explicatif de la technique de la photosculpture[2].

François Willème, né à Sedan le 27 mai 1830, mort à Roubaix le 31 janvier 1905[3], est un peintre, photographe et sculpteur français, inventeur de la photosculpture[4] vers 1859-1860.

BiographieModifier

Les débutsModifier

François Willème est le fils d’un débitant de boissons. Il est l'élève d'Henri Félix Emmanuel Philippoteaux à l’École des beaux-arts de Paris.

La photosculptureModifier

François Willème invente la photosculpture vers 1859-1860. Il en dépose le brevet en France le 14 août 1860[5], et aux États-Unis le 9 août 1864[6].

Le 15 mai 1861, dans un article du Moniteur de la photographie intitulé « La photo-sculpture, art nouveau imaginé par M. François Willème »[7], François Moigno donne la description d'un procédé inventé par Willème qui combine l'usage de la photographie et du pantographe[8] et lui permet d'obtenir « de la sculpture exactement semblable au modèle (vivant ou inerte) ».

Willème participe à l'Exposition universelle de 1867. Son procédé est l'ancêtre de l'impression tridimensionnelle[réf. nécessaire]. C'est un grand succès qui amène la célébrité de son inventeur. Parmi ses clients on peut distinguer Charles de Morny, Rainulphe d'Osmond, Sosthène II de La Rochefoucauld, Théophile Gautier, Bernard Pierre Magnan, Ferdinand de Lesseps ou Augustine Brohan. L'atelier parisien de photosculpture ouvert par Willème en 1862 au no 42 avenue de Wagram (alors appelé boulevard ou avenue de l'Étoile) ferme en 1867, malgré le soutien des critiques, artistes et entrepreneurs[9]. Après le départ de Willème en 1869, la société de photosculpture poursuit son activité sans lui. Sa succursale au no 35 boulevard des Capucines fonctionne au moins jusqu'en août 1874[10].

Retour à SedanModifier

Willème retourne vivre dans sa ville natale en 1869. Là, il s'associe avec un photographe, puis donne des cours de dessin au collège Turenne. Il meurt à Roubaix le 31 janvier 1905.

RécompensesModifier

Au cours de sa carrière de photosculpteur, François Willème est récompensé par des médailles aux expositions, et reçoit les insignes de l'ordre de Charles III d'Espagne[4].

La postéritéModifier

En 1899, L. P. Clerc, dans La Science française[13] reconnait que la photosculpture est « la tentative la plus ancienne » pour « obtenir une image en relief sculptural, ronde bosse ou bas-relief du modèle vivant, par l'emploi de méthodes photographiques », mais qu'elle « échoua par suite de sa complication inouïe ». Et lui oppose une nouvelle technique, à son avis plus simple et facile d'emploi, inventée par le photographe Lernac et développée par Nadar : la photostérie.

Après avoir connu la célébrité, l’œuvre de François Willème est par la suite oubliée. Sa nécrologie en 1905, dans Le Rappel, la réduit à une technique concernant seulement portraits en bustes et statuettes[12]. Un article du journal Le Temps, le 21 janvier 1909, parlant d'un nouveau procédé de photosculpture, l'évoque comme une parfaite nouveauté. Et ignore l'invention de François Willème[14].

Le 23 mai 1924, Gabriel Cromer présente à la Société française de photographie une communication intitulée François Willème, inventeur de la photosculpture.

La ville de Sedan conserve, œuvres de Willème, des bustes (Cunin-Gridaine, 1890), un tableau (L’Église du collège : chapelle Saint Louis), et trois albums « Depaquit » avec ses photographies des fortifications qu'il réalise après 1880, lors de leur démolition, après la bataille de Sedan. Des photosculptures sont conservées, notamment à Rochester à la George Eastman House et à Paris au musée Carnavalet.

Notes et référencesModifier

  1. Reproduction dans Image, Journal of photography and motion picture of the George Eastman House, n°61, mai 1958, p.100.
  2. Illustration de l'article de G. H. Niewenglowski La Photosculpture, La Science française, Paris 1897, p.293.
  3. Le Figaro, 6 février 1905, p. 2, 2e colonne. Voir l'annonce du décès reproduit sur la base Commons. La date exacte du décès est indiquée sur la notice d'autorité personne de la BNF.
  4. a et b Précisions rapportées imprimées au dos d'une photo de Charles Willème.
  5. The Grove Encyclopedia of Materials and Techniques in Art, publié par Gerald W. R. Ward, page 500, 2e colonne.
  6. Le brevet déposé aux États-Unis porte le n°43 822 et la date du 9 août 1864. Voir la première page du brevet américain reproduit sur la base Commons.
  7. Abbé François Moigno, « Photo-sculpture, art nouveau imaginé par M. François Willème », in Revue photographique, tome 6, 1861, p. 136. Réédition d'un article de la revue Le Cosmos, tome XVIII, 1861, p. 54.
  8. « Nouvelles et faits divers, Bulletin des sciences », in Journal de l'instruction publique, 1861, p. 122.
  9. Paris en 3 D : de la stéréoscopie à la réalité virtuelle 1850- 2000, dossier de presse de l’exposition tenue du 4 octobre au 31 décembre 2000 à Paris, au musée Carnavalet (en ligne), p. 7.
  10. Argus Chronique, La Semaine des familles, 1er août 1874, page 288, 2e colonne.
  11. Extrait de la rubrique Nécrologie, Le Temps, 6 février 1905, p.3, 5e colonne.
  12. a et b « M. François Willême, l'inventeur de la photosculpture, procédé ayant pour objet la transformation d'une série d'images photographiques d'un même portrait en un buste ou en une statuette, vient de mourir à Roubaix. » Extrait de la rubrique Nécrologie, Le Rappel, 7 février 1905, p.4, 1re colonne. Voir cette nécrologie reproduite sur la base Commons.
  13. L. P. Clerc, « La Photostérie », in La Science française, 1899, p.17-18.
  14. Feuilleton du Temps, 21 janvier 1909, Causerie scientifique, Sciences appliquées, Le Temps, 21 janvier 1909, page 3, 4e et 5e colonnes. Voir l'article reproduit sur la base Commons.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • François Willème, « La sculpture photographique », Le Moniteur de la photographie, 15 mai 1861.
  • Jean-Luc Gall, « Photo/sculpture L'invention de François Willème », Études photographiques,‎ (lire en ligne).
  • « La photosculpture », in Dictionnaire mondial de la photographie, Larousse, 2001.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier