Ouvrir le menu principal

Société française de photographie

Société française de photographie
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Domaine d'activité
Objectif
« Concourir aux progrès scientifiques et artistiques de la photographie et de ses applications »
Siège social
no 71 rue de Richelieu
75002 Paris
Pays
Langue
Organisation
Fondateur
Président
Publication
Site web

La Société française de photographie (SFP) est une association française fondée le .

Aujourd'hui, elle se consacre à l'étude de l'histoire de la photographie.

Elle est dépositaire d'une importante collection de photographies et d'appareils anciens.

HistoriqueModifier

La SFP a été fondée le sur le modèle de l'éphémère Société héliographique fondée en 1851 et en opposition avec elle : le procédé du calotype[1], qu'utilisaient de nombreux membres de cette Société, était considéré comme élitiste et dépassé, même si ses partisans estimaient qu'il avait une grande valeur artistique et que sa mise au point n'était d'ailleurs pas achevée[2]. C'est que la SFP avait des visées beaucoup plus commerciales et plus tournées vers l'avenir, ayant pris l'Académie des sciences pour modèle. Les membres de la SFP, composée d'amateurs ambitieux, d'artistes, d'hommes d'affaires et de scientifiques, tenaient des réunions régulières à un endroit établi, il y avait un ordre du jour et les objectifs étaient publiés selon un programme et dans un bulletin paraissant régulièrement. Tout le reste du XIXe siècle, la SFP se consacra exclusivement à l'établissement et au perfectionnement de ce nouveau moyen qu'était la photographie, elle organisa des expositions régulières des travaux de ses membres, donna des conférences et organisa des séminaires où l'on traitait des problèmes posés par les nouvelles techniques photographiques, de leurs possibilités artistiques et de leurs dernières innovations, en publiant des documents d'explication. La SFP se regardait en même temps comme une Académie de photographie et comme une bibliothèque d'archives. Les tirages des œuvres exposées étaient archivés de façon ordonnée et les archives s'enrichissaient des nombreux commentaires dus aux membres.

En 1888, une scission notable eut lieu quand se forma le Photo-club de Paris.

Au XXe siècleModifier

À partir du XXe siècle, la SFP se fixa surtout une tâche historique avec la conservation des incunables de la photographie.

Son activé consiste aujourd’hui à conserver et valoriser ses collections par l'intermédiaire d'expositions et de projet éditoriaux comme par l'accueil de chercheurs et la mise en place et le suivi de projets pédagogiques autour des images historique. Par l'intermédiaire de son agence, la SFP diffuse des images pour la presse et l'édition et prête des œuvres en France et à étranger.

Depuis 1997, elle publie la revue Études photographiques des articles et des essais dus à des photographes connus et des historiens.

La SFP possède une collection concernant l'histoire de l'art, qui se compose d'environ 10 000 tirages et de 50 000 négatifs (dont 5 000 autochromes), et une bibliothèque spécialisée comptant environ 8 000 livres et plus de 650 journaux[3].

Depuis 2000Modifier

Depuis 2011, la SFP est animée par Luce Lebart, directrice des collections jusqu'à 2016, puis par Marion Perceval, assistée par Vincent Guyot. Auparavant Carole Troufléau et Katia Busch étaient responsables des collections.

Sa mission peut être résumée ainsi :

  • l'accueil de chercheurs ;
  • la diffusion d'images pour la presse et édition ;
  • le prêt d’œuvre originaux et/ou retirages pour exposition ;
  • la collecte de fonds photographiques ;
  • le classement, inventaire, récolement, conditionnement, numérisation, mise en ligne de photographies ;
  • une activité de conseil, conférence, formation et commissariat d'exposition ;
  • l'édition de la revue Études photographiques.

OrganisationModifier

PrésidentsModifier

Le premier président de la Société française de photographie fut Henri Victor Regnault. En 1892, la Société a été reconnue d'utilité publique par le président Sadi Carnot. Son président actuel est Paul-Louis Roubert.

Liste des présidents d'honneurModifier

Source : Société française de photographie :

Liste des présidentsModifier

Liste des Présidents du conseil d'administration telle que présentée par la Société française de photographie :

Membres fondateursModifier

La plupart des membres fondateurs étaient français, mais on note quelques exceptions comme Juan de Alava, pharmacien espagnol, l'Anglais Roger Fenton qui venait de fonder la Royal Photographic Society, le Belge Edmond Fierlants, ou l'architecte Pascal Artin Bilezikdji, sujet ottoman d'origine arménienne. Leurs origines socio-professionnelles sont très variées : artiste peintre, chimiste, écrivain, industriel, physicien, ténor, etc.

Comité d'organisation (1855)Modifier

Eugène Durieu (président), Paul Perier (1812-1897, vice-président), Ange Eugène Mailand (1807-1872, secrétaire général), François-Alphonse Fortier (1825-1882, trésorier), Hippolyte Bayard, Jean-Baptiste Bayle-Mouillard (1800-1885), Jules Clément, Charles Cousin, Louis Adolphe Humbert de Molard, Léon de Laborde, Gustave Le Gray, Adolphe Moreau (1827-1882), Auguste Ribot, Léon Tripier, Aimé Girard (1830-1898, secrétaire du Bulletin).

Autres cofondateurs (1854-1855)Modifier

Liste publiée dans le Bulletin de la Société française de photographie[5],[6].

Notes et référencesModifier

  1. Appelé aussi « talbotypie », du nom de son inventeur, William Henry Fox Talbot.
  2. (de) Michel Frizot (éditeur), Neue Geschichte der Fotografie, Köln, Könemann, (ISBN 3829013272), p. 70.
  3. Études photographiques
  4. "Paul-Louis Roubert succède à Michel Poivert à la présidence de la Société française de photographie"
  5. Bulletin de la Société française de photographie, Tome 1, no 1, janvier 1855, p. 22 (en ligne sur Gallica.
  6. Liste complétée par les Archives de la CTHS, en ligne.
  7. Vice-président de la Société photographique de Londres (1855).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Alain Jeanne-Michaud, « La Société française de Photographie », France Photographie, no 176, avril 2002 (ISSN 1625-6433).
  • Michel Poivert, André Gunthert et Carole Troufléau, L'utopie photographique : regard sur la collection de la Société française de photographie, Le Rozel, Le Point du jour éditeur, , catalogue d'exposition (ISBN 291213241X)
  • Musée des arts et métiers (Paris), Le Musée du Conservatoire national des arts et métiers expose les collections de la Société française de photographie, 1961 (Lire en ligne).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :