Ouvrir le menu principal

Fondation Heinrich Böll
(de) Heinrich-Böll-Stiftung
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association enregistrée à but non lucratif
Zone d’influence Allemagne, monde
Fondation
Fondation 1996 / 1997
Identité
Siège Schumannstraße 8
Berlin-Mitte
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Président Ellen Ueberschär (en)
Présidente Barbara Unmüßig (de)
Affiliation Alliance 90 / Les Verts
Financement 57 millions d'Euros (2015)
Site web boell.de

La Fondation Heinrich Böll (en allemand : Heinrich-Böll-Stiftung e. V., abrégé en HBS) est une fondation politique allemande affiliée au parti Alliance 90 / Les Verts, fondée en 1997, et nommée en mémoire de l'écrivain Heinrich Böll.

Sommaire

HistoriqueModifier

La Fondation Heinrich Böll ou FHB (en allemand : Heinrich-Böll-Stiftung ou HBS et en anglais : Heinrich Böll Foundation ou HBF) est une fondation politique allemande créée en 1987 sous le titre Siftungsverband Regenbogen puis rebaptisée Heinrich-Böll-Stiftung en 1997 en mémoire de l’écrivain Heinrich Böll. Son siège social est à Berlin-Mitte[1],[2] sur la Schumannstraße 8. Elle est affilié à l'Alliance 90 / Les Verts[1],[2].

StructureModifier

 
Siège de la Fondation Heinrich Böll à Berlin.

La Fondation Heinrich Böll a son siège a Berlin. Elle dispose de 30 bureaux dans le monde, dont Beyrouth, Le Cap, Nairobi, Abuja, Rio de Janeiro, Mexico, Santiago, Ramallah, Tel-Aviv-Jaffa, Pékin, Bangkok, Rangoun, Islamabad, Kaboul, New Delhi, Washington D.C., Moscou, Istanbul, Belgrade et Sarajevo, Prague, Varsovie, Kiev, Tbilissi.

Dans les pays membres de l'Organisation internationale de la francophonie, la fondation dispose de bureaux à Phnom Penh (depuis 1994), Bruxelles (1998), Beyrouth (2004), Thessalonique (2012), Tunis (2012), Rabat (2014) et Paris (2016).

Au Maroc, la FHB se concentre sur deux axes. Le premier a trait à l’écologie et au développement durable. Le second axe concerne la démocratisation et les droits humains.[réf. nécessaire]

Le bureau parisien travaille sur quatre axes : la transition énergétique, la transformation écologique de l'économie, la crise démocratique et la rénovation démocratique, les politiques extérieures et de sécurité au niveau européen. Il se fixe pour objectif de renforcer les relations franco-allemandes pour faire progresser l'intégration européenne[3].

Sphères d'activitésModifier

Selon la fondation, ses préoccupations principales sont les suivantes[4] :

Elle se donne pour mission générale l'éducation politique en Allemagne et à l'étranger afin de promouvoir une formation de la volonté politique démocratique, l'engagement socio-politique et l'entente des peuples[4].

La Fondation Heinrich Böll organise des conférences publiques, des réunions d'experts et d'acteurs de la société civile, réalise et publie des rapports, analyses, brochures à destination des décideurs et de la société civile. Elle développe des actions de formation politique et soutient l'essor de la démocratie et d'une société civile active et autonome.[réf. nécessaire]

Elle soutient plus d'une centaine de partenaires dans l'implémentation de projets dans plus de 60 pays[5].

En Inde, elle soutient notamment la communauté tibétaine en exil de longue date, comme le Centre tibétain pour les droits de l'homme et la démocratie (CTDDH) dont elle est la principale source de financement depuis 1996[6][Passage à actualiser] et le Tibetan Centre for Conflict Resolution (TCCR) [7].

FinancementModifier

Le budget annuel 2015 de la Fondation Heinrich Böll s'élève à 57.6 millions d'Euros.[Passage à actualiser] Le financement est assuré principalement par des fonds publics du gouvernement allemand, auxquels s'ajoutent des fonds de soutien de l'Union européenne pour des projets spécifiques[8].

PublicationsModifier

La Fondation Heinrich Böll publie des livres et revues périodiques (Böll Thema, Perspectives) relatives à ses sphères d'activité, notamment :

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Dean Professor of Sociology Helmut K. Anheier, Professor Professor, Helmut K. Anheier, Dictionary of Civil Society, Philanthropy and the Third Sector, Routledge, 2005, (ISBN 1135355975 et 9781135355975), 320 p.
  2. a et b (en) Ann L. Phillips, Power and Influence After the Cold War: Germany in East-Central Europe, Rowman & Littlefield, 2000, (ISBN 0847695239 et 9780847695232), 219 p., p. 128-129.
  3. (de) « Büro Frankreich, Paris », sur boell.de (consulté le 19 septembre 2016).
  4. a et b (de) « Wer wir sind und was wir wollen », sur boell.de (consulté le 17 février 2017).
  5. (de) « Auslandsbüros », sur boell.de (consulté le 2 mars 2017).
  6. (en) Phurbu Thinley, « TCHRD Celebrates 10th Founding Anniversary », phayul.com, (consulté le 23 novembre 2014) : « TCHRD was first founded in 1966 and has been receiving its core funding from the German based Heinrich Bôll Foundation since then. »
  7. (de) Clemens Spieß, Heinrich-Böll-Foundation, POLITISCHER JAHRESBERICHT, Länderbüro Indien, Juli 2005 – Juli 2006, India Office « Die Heinrich-Böll-Stiftung hat ihre langjährige Unterstützung der exiltibetischen Gemeinschaft zum Jahreswechsel 2005/2006 stärker fokussiert. Die Unterstützung konzentriert sich seit diesem Jahr auf zwei tibetische NROs: einerseits arbeitet die Stiftung mit dem Tibetan Centre for Human Rights and Democracy (TCHRD) zusammen. Diese Organisation betreibt mit Workshops und Seminaren Aufklärungsarbeit zum demokratischen Verständnis der exiltibetischen Gemeinschaft und dokumentiert Menschenrechtsverletzungen in Tibet; auch im Frühjahr 2006 hat das Zentrum wieder seinen Jahresbericht zur Thematik herausgebracht haben. Andererseits wird das Tibetan Centre for Conflict Resolution (TCCR) unterstützt, welches mit seinen Veranstaltungen und Trainings Strategien zur Konfliktschlichtung in den tibetischen Siedlungen und im Austausch zwischen Exiltibetern und indischer Gastgesellschaft vermittelt. »
  8. (de) « Jahresbericht 2015 der Heinrich-Böll-Stiftung – dort S. 50 », sur boell.de
  9. (de) Harald Frater, « scinexx - Land und Böden werden immer knapper: Bodenatlas 2015 fordert zum Handeln auf », sur www.scinexx.de
  10. http://globalsoilweek.org/soilatlas-2015
  11. (de) « Wir gehen in die Tiefe: Der Bodenatlas 2015 », sur www.taz.de,
  12. (de) Claudia Ehrenstein, « Bodenatlas 2015: Unbekanntes Öko-Risiko bedroht unsere Ernährung », sur www.welt.de,
  13. (de) Stefan Sauer, « Lebensmittel und Landwirtschaft: Diese Großkonzerne kontrollieren den weltweiten Markt », sur berliner-zeitung.de
  14. (en) « Who controls our food? », sur Deutsche Welle,
  15. (de) « „Konzern-Atlas“ 2017 - Wer hat die Macht über unser Essen? », sur bild.de

Voir aussiModifier