Démocratisation

Le terme démocratisation est équivoque. Il peut désigner :

  • la Démocratisation au sens économique du terme, c'est-à-dire le processus particulier de changement social, où l'accès à une chose, dont le coût très élevé rendait l’accès restreint à un faible groupe de la population, est facilité par une baisse importante des prix ou une hausse des revenus (démocratisation de l'enseignement, du sport, des loisirs, du système de soins...).

Ce dernier usage est controversé. On peut en effet considérer qu'il procède par glissement de sens, exploitant la connotation positive du terme démocratie pour donner une image favorable à des phénomènes critiquables[réf. nécessaire], en tout cas très éloignés du gouvernement par le peuple. Dans beaucoup de cas, le terme "popularisation", non chargé de jugements de valeur, paraît plus neutre et plus objectif. Néanmoins, il paraît légitime d'user du terme de "démocratisation" lorsqu'il s'agit de faire évoluer un modèle vers une ouverture égale au plus grand nombre. À ce titre, il est important de souligner que les Grandes Écoles sont précisément dans cette démarche face au constat d'une inégalité d'accès à leurs cursus[1].

On peut cependant lier cet emploi au sens premier du terme puisque rendre un bien ou un service accessible au plus grand nombre peut en quelque sorte revenir à donner le pouvoir de décision au peuple quant au produit[réf. nécessaire] : divers courants de pensée économiques admettent l'influence de la demande d'un produit sur son offre. Quoique ce point puisse être contesté[réf. nécessaire], il semble, dans ce cadre de pensée, qu'une forme de "gouvernement par le peuple" puisse se mettre en place, le large panel de la population ayant accès au produit influençant par ce biais le produit lui-même.

Les différentes vagues de démocratisation (politique)Modifier

Depuis l'apparition des premières idées démocratiques, on distingue trois principales vagues de démocratisation :

- À partir de la diffusion des idées des Lumières se développe en Europe puis en Amérique une première vague de démocratisation qui débute à la Déclaration d'indépendance des États-Unis (1776) puis à la Révolution française (1789 - 1799). Elle connaît une progressive diffusion à l'intégralité du monde occidental tout au long du XIXe siècle jusqu'à atteindre la majorité des pays industrialisés à la fin de la Première Guerre mondiale avec le Traité de Versailles qui met un terme aux empires allemand et austro-hongrois. Cette vague prend définitivement fin dans les années 1930 avec la montée des autoritarismes (fascisme, nazisme, stalinisme).

- Encouragée par des mouvements indépendantistes dans plusieurs colonies européennes principalement asiatiques et africaines au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le processus de démocratisation connaît une deuxième vague qui accompagne la décolonisation. Ce mouvement est toutefois rapidement entravé par des conflits internes dans les anciennes colonies[2] qui aboutissent à la mise en place de régimes autoritaires dans nombre d'entre elles.

- Initiée dans les années 1970 en Europe du Sud, la troisième vague fait tomber les derniers régimes autoritaires et autocraties d'Europe et fait rapidement entrer ces pays dans la sphère occidentale : au Portugal, le régime dictatorial (Estado Novo) de Salazar laisse place à une progressive démocratisation à la suite de la révolution des Œillets (1974) et du Processus révolutionnaire en cours ; en Grèce, la dictature des colonels est renversée dans les mêmes années après la crise chypriote ; en Espagne, le régime de Franco entame, à sa mort en 1975, une transition démocratique [3]. Cette troisième vague se propage ensuite dans les années 1980 et 1990 à l'Amérique latine, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale, puis en Asie du Sud-Est et en Afrique subsaharienne[2]. Cette vague tend aujourd'hui à se généraliser, sous la pression des institutions internationales et des populations.

Il est à noter que la démocratisation est un processus de longue durée : l'instabilité politique occasionnée par les renversements de régime brutaux ou les coups d'État étant rarement propices à l'instauration d'une démocratie stable, la majeure partie des territoires stables et démocratisés ont suivi de lentes mutations politiques[réf. nécessaire], à l'exemple de la France où la IIIe République, premier régime démocratique stable, s'est imposée après près d'un siècle de contestations du pouvoir autocratique et a été précédée d'autres idées et projets politiques démocratiques (monarchie constitutionnelle, IIe République...).

RéférencesModifier

  1. Voir site exposant ces nouveaux modèles : http://www.democratisation.fr/category/programmes/ecoles/
  2. a et b « Democratization (DRAFT) - Oxford Reference » (DOI 10.1093/acref/9780199207800.001.0001/acref-9780199207800-e-337, consulté le 7 décembre 2017)
  3. (en) David Robertson, The Routledge Dictionary of Politics, Londres, Routledge, , 515 p. (ISBN 978-1-280-01958-6), p. 139

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :