Ouvrir le menu principal

Filippo Maria Pandolfi

politicien italien

Filippo Maria Pandolfi
Illustration.
Filippo Maria Pandolfi.
Fonctions
Vice-président de la Commission européenne
Commissaire européen à la Science, à la Recherche, au Développement, aux Télécommunications et à l'Innovation

(3 ans, 11 mois et 25 jours)
Président Jacques Delors
Gouvernement Commission Delors II
Prédécesseur Karl-Heinz Narjes
Successeur Aucun (VP)
Antonio Ruberti (Science)
Ministre italien de l'Agriculture et des Forêts

(4 ans, 7 mois et 7 jours)
Président du Conseil Bettino Craxi
Amintore Fanfani
Giovanni Goria
Gouvernement Craxi I et II
Fanfani VI
Goria
Prédécesseur Calogero Mannino
Successeur Calogero Mannino
Ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat

(8 mois et 3 jours)
Président du Conseil Amintore Fanfani
Gouvernement Fanfani V
Prédécesseur Giovanni Marcora
Successeur Renato Altissimo

(6 mois et 8 jours)
Président du Conseil Arnaldo Forlani
Gouvernement Forlani
Prédécesseur Antonio Bisaglia
Successeur Giovanni Marcora
Ministre du Trésor

(2 ans, 7 mois et 7 jours)
Président du Conseil Giulio Andreotti
Francesco Cossiga
Gouvernement Andreotti IV et V
Cossiga I et II
Prédécesseur Gaetano Stammati
Successeur Nino Andreatta
Ministre des Finances

(1 an, 7 mois et 9 jours)
Président du Conseil Giulio Andreotti
Gouvernement Andreotti III
Prédécesseur Gaetano Stammati
Successeur Franco Maria Malfatti
Député italien

(20 ans, 9 mois et 21 jours)
Élection -
Réélection -
-
-
-
-
Circonscription 6e (Brescia)
Législature Ve, VIe, VIIe, VIIIe, IXe, Xe,
Groupe politique DC
Successeur Aldo Gregorelli
Biographie
Date de naissance (91 ans)
Lieu de naissance Bergame (Italie)
Nationalité italienne
Parti politique DC

Filippo Maria Pandolfi, né le à Bergame, est un homme politique italien issu de la Démocratie chrétienne (DC).

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Né en à Bergame, dans le nord du royaume d'Italie, il étudie la philosophie à l'université catholique de Milan. Il devient par la suite enseignant, puis travaille chez un éditeur de manuels scolaires.

Engagement politiqueModifier

DébutsModifier

Membre de la Démocratie chrétienne (DC), il postule aux élections générales de dans la 6e circonscription — qui correspond aux provinces de Brescia et de Bergame — et est élu à la Chambre des députés avec 41 439 voix de préférence.

Réélu aux élections anticipées de avec plus de 49 000 suffrages, il intègre le gouvernement deux ans plus tard, au poste de sous-secrétaire d'État du ministère des Finances.

Carrière ministérielleModifier

Le , un mois après avoir été réélu député avec plus de 67 000 voix, Filippo Maria Pandolfi est nommé à 49 ans ministre des Finances du troisième gouvernement du démocrate chrétien Giulio Andreotti. Quand celui-ci constitue son quatrième cabinet le , Pandolfi devient ministre du Trésor. Il est maintenu dans ses fonctions au sein du gouvernement Andreotti V.

Il conserve son mandat de parlementaire au cours des élections anticipées de en totalisant 85 000 préférences. Le mois suivant, alors qu'Andreotti puis Bettino Craxi ont échoué à constituer une majorité, le président de la République Sandro Pertini confie une mission d'exploration à Pandolfi le . Il y renonce six jours plus tard, après que le Parti socialiste a rejeté son idée d'un gouvernement minoritaire formé par la DC, le Parti socialiste démocrate (PSDI) et le Parti républicain (PRI). C'est finalement Francesco Cossiga qui accède à la présidence du Conseil, et désigne Pandolfi ministre du Trésor.

À la formation du gouvernement d'Arnaldo Forlani le , il est remplacé par Nino Andreatta et quitte l'exécutif, où il avait siégé quatre ans. Il est rappelé dès le , comme ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat. Forlani ayant dû céder le pouvoir à Giovanni Spadolini, un nouveau cabinet est installé le , dont il se trouve exclu.

Le , le nouveau président du Conseil Amintore Fanfani l'intègre à son cinquième gouvernement, de nouveau comme ministre de l'Industrie. Reconduit en tant que député de Brescia avec 75 000 voix au cours des élections de , il devient ministre de l'Agriculture et des Forêts suivant et exerce cette responsabilité sous l'autorité du socialiste Bettino Craxi puis des démocrates-chrétiens Amintore Fanfani et Giovanni Goria. Il est entretemps réélu à la Chambre avec 76 000 suffrages en .

Commissaire européenneModifier

Il n'est pas confirmé par Ciriaco De Mita le , et quitte définitivement le gouvernement italien. Il démissionne neuf mois plus tard du Parlement, afin de prendre le le poste de vice-président de la Commission européenne et commissaire à la Science, à la Recherche, au Développement, aux Télécommunications et à l'Innovation dans la commission Delors II[1].

Il n'est pas maintenu dans la commission Delors III le , le diplomate Raniero Vanni d'Archirafi lui succédant comme commissaire italien. Il met alors un terme à 25 ans de vie politique.

RéférencesModifier

Liens externesModifier