Ciriaco De Mita

homme d'État italien

Ciriaco De Mita
Illustration.
Ciriaco De Mita dans les années 1980.
Fonctions
Président du Conseil des ministres d'Italie

(1 an, 3 mois et 19 jours)
Président Francesco Cossiga
Gouvernement De Mita
Législature Xe
Coalition DC-PSI-PSDI-PLI-PRI
Prédécesseur Giovanni Goria
Successeur Giulio Andreotti
Président du conseil national de la Démocratie chrétienne

(3 ans, 7 mois et 11 jours)
Prédécesseur Arnaldo Forlani
Successeur Rosa Russo Jervolino
Secrétaire de la Démocratie chrétienne

(6 ans, 9 mois et 17 jours)
Président Flaminio Piccoli
Arnaldo Forlani
Prédécesseur Flaminio Piccoli
Successeur Arnaldo Forlani
Ministre des Interventions extraordinaires dans le Mezzogiorno

(2 ans, 7 mois et 17 jours)
Président du Conseil Giulio Andreotti
Gouvernement Andreotti III et IV
Prédécesseur Giulio Andreotti
Successeur Michele Di Giesi
Ministre du Commerce extérieur

(1 an, 8 mois et 6 jours)
Président du Conseil Aldo Moro
Gouvernement Moro IV et V
Prédécesseur Gianmatteo Matteotti
Successeur Rinaldo Ossola
Ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat

(1 an, 4 mois et 16 jours)
Président du Conseil Mariano Rumor
Gouvernement Rumor IV et V
Prédécesseur Mauro Ferri
Successeur Carlo Donat-Cattin
Biographie
Nom de naissance Ciriaco Luigi de Mita
Date de naissance
Lieu de naissance Nusco (Royaume d'Italie)
Date de décès (à 94 ans)
Lieu de décès Avellino (Italie)
Nationalité Italien
Parti politique Démocratie chrétienne
(1946-1994)
Parti populaire
(1994–2002)
La Marguerite
(2002–2007)
Parti démocrate
(2007–2008)
Union de Centre
(depuis 2008)

Ciriaco De Mita
Présidents du Conseil des ministres d'Italie
Ministres italiens du Mezzogiorno
Ministres italiens de l'Industrie

Ciriaco De Mita, né le à Nusco en Campanie et mort le à Avellino (Italie)[1], est un homme d'État italien.

Membre de la Démocratie chrétienne, dont il est le secrétaire national de 1982 à 1989 puis président jusqu'en 1992, il est plusieurs fois ministre dans les années 1970 et président du Conseil entre 1988 et 1989.

BiographieModifier

Fils d'un modeste tailleur, membre d'une grande fratrie, Ciriaco De Mita accède à des écoles privés grâce à l'intervention du prêtre de la paroisse puis obtient une bourse pour étudier le droit à l'Université catholique du Sacré-Cœur à Milan[2].

Ciriaco De Mita adhère à la Démocratie chrétienne en 1953 au sein du courant de la « gauche de base » et entre au conseil national en 1956[3]. Il est élu député pour la première fois en 1963 et devient l'homme fort de l'Irpinia au détriment de son camarade, l'ancien ministre Fiorentino Sullo, qui passe au Parti social-démocrate italien[4]. En 1969, Aldo Moro l'appelle au poste de secrétaire général adjoint[2] sous le secrétariat d'Arnaldo Forlani[3].

Secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur en 1968, il occupe ensuite divers portefeuilles ministériels entre 1973 à 1979 : l'Industrie, le Commerce et l'Artisanat dans les cabinets Rumor IV et V (1973-1974), Commerce extérieur dans le gouvernement Moro IV (1974-1976), et Interventions extraordinaires dans le Mezzogiorno auprès d'Andreotti (1976-1979)[3], se forgeant à ce dernier poste, un réseau d'obligés en Italie méridionale[2].

Il est élu secrétaire national du parti de centre de la Démocratie chrétienne en mai 1982, avec 55 % des voix représentant l'aile gauche à laquelle il appartient et une partie du centre[2]. Il rénove son parti[4] et envoie le 2 août 1984 des coordinateurs dans les dix villes clés d'Italie (Turin, Milan , Gênes, Bologne, Florence, Rome, Naples, Bari, Palerme et Catane) pour contrer le pouvoir local et corrompu des barons démocrates-chrétiens locaux, ce que contestent Amintore Fanfani et Carlo Donat-Cattin[5]. Face aux scandales, il impose de nouvelles figures dans son parti, notamment en Sicile[2].

Il est confirmé dans ses fonctions en 1984, malgré la large défaite de la DC aux élections générales de 1983, puis réélu à la quasi-unanimité en 1986. En interne, il affronte le Mouvement populaire proche du mouvement catholique Communion et Libération qui critique la trop grande laicisation de la société en Italie[2]. Il s'oppose également à ses camarades Andreotti et Forlani, ainsi qu'au socialiste Bettino Craxi, allié des gouvernements démocrates-chrétiens[3], se montrant plus ouvert au PCI qu'au PSI[2].

Il est président du Conseil des ministres entre le et le , en négociant la création de son cabinet avec le PSI, le PRI, le PSDI et le PLI[2]. Il doit quitter le secrétariat général et la présidence du Conseil au profit respectivement de Forlani et Giulio Andreotti après la chute du courant de gauche lors du congrès de la DC du printemps 1989 à un peu plus de 30 % des mandats[6].

Il laisse la présidence de son parti après la nomination de Mino Martinazzoli comme secrétaire général[7], peu après avoir pris, en septembre 1992, la présidence de la Commission bicamérale pour les réformes institutionnelles qu'il abandonne en mars 1993[3].

Mis en cause dans l'Opération Mains propres, il est acquitté alors que son frère et des proches sont condamnés[4]. Il quitte la Démocratie chrétienne lors de son effondrement en 1994 pour le Parti populaire italien[3] et soutient ensuite la coalition de centre gauche de L'Olivier (L'Ulivo).

Il ne se présente pas aux élections générales de 1994 mais se porte candidat lors des élections de 1996[4] dont il sort vainqueur. Il siège à la commission parlementaire pour les réformes constitutionnelles entre 1997 et 1998[3].

Il est élu député européen pour le Parti populaire italien lors des élections européennes de 1999, et revient au Parlement italien en 2001 et 2006 avec la Margherita et l'Ulivo[3].

Lors des élections européennes de 2009, il est élu député européen dans la circonscription « Italie méridionale », pour l'Union de Centre.

Il est maire de Nusco de 2014 à sa mort, dans une maison de repos d'Avellino[3].

DécorationsModifier

  • Chevalier de la Grand-Croix de l'Ordre du mérite de la République italienne (2019)

Notes et référencesModifier

  1. (it) « Ciriaco De Mita è morto: il cordoglio dell'Irpinia e non solo », sur avellinotoday.it, 26 mai 2022
  2. a b c d e f g et h « L'inconnu dans la maison », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. a b c d e f g h et i (it) « Addio a De Mita, scompare uno dei leader della Prima Repubblica », sur RaiNews (consulté le )
  4. a b c et d « Ciriaco De Mita ou le réveil du dernier grand dinosaure de la Démocratie chrétienne italienne », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. (it) « QUEL DAVID DI NUSCO - la Repubblica.it », sur Archivio - la Repubblica.it (consulté le )
  6. « ITALIE M. De Mita démissionne de son poste de président de la Démocratie chrétienne », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « ITALIE : pour tenter d'enrayer le déclin du parti M. Mino Martinazzoli a été élu à la tête de la Démocratie chrétienne », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externesModifier