Ouvrir le menu principal

La forme foliaire, ou forme des feuilles, est une part de la morphologie végétale souvent utilisée dans la systématique ou classification des espèces. En effet, la forme des feuilles, qui comprend de nombreuses variantes, est souvent une des caractéristiques les plus visibles pouvant servir à identifier une espèce végétale.

Les feuilles peuvent être simples (un seul limbe foliaire) ou composées (c'est-à-dire composées de plusieurs limbes nommés folioles), à bordure entière ou plus ou moins échancrée, lisse ou porteuse de poils, d’épines, etc. La disposition des folioles (dans le cas des feuilles composées), la forme des limbes ainsi que l'aspect de leur bordure sont des caractéristiques qui participent à la forme foliaire, de même que la disposition des nervures.

Composition des folioles (Foliorum compositio)Modifier

Différentes compositionsModifier

Compositions pennéesModifier

Forme Composition Latin Description
- pennée Compositio
pinnata
Deux rangs de folioles disposés le long de la nervure primaire
  imparipennée imparipinnata Pennée avec foliole terminale
  paripennée paripinnata Pennée sans foliole terminale
  bipennée bipinnata Pennée deux fois (chaque foliole étant elle-même pennée)
  tripennée tripinnata Pennée trois fois (chaque foliole étant elle-même bipennée)

Autres types de compositionModifier

Forme Composition Latin Description
  unifoliée Compositio
unifoliata
Une seule foliole par feuille
  alterne alterna Folioles rattachées en alternance à différents niveaux
  opposée abrupta Paires de folioles rattachées aux mêmes niveaux
  trifoliée, trifoliolée trifoliata Divisée en trois folioles
  digitée
(ou palmée)
digitata Divisée en folioles ressemblant aux doigts d'une main
  verticillée verticillata
aut
stellata
Au moins trois folioles rattachées à un même niveau
  rosette Foliorum rosula Feuilles étalées en cercle au niveau du collet

ExemplesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Forme des feuilles (Foliorum forma)Modifier

Le développement de la forme foliaire en relation avec l'environnement a été étudiée par le botaniste Thomas J. Givnish (en) qui propose des modèles mathématiques pour déduire l'investissement énergétique de la plante dans les supports de l'ensemble de son feuillage (tiges, pétioles et nervures) par rapport au gain apporté par le parenchyme assimilateur. Selon ces modèles, les plantes des sous-bois (milieu à faible niveau d'énergie, ce qui entraîne une faible vitesse de croissance des végétaux) ont une grande diversité de formes foliaires qui rentabilisent au mieux l'énergie investie dans le feuillage. Elles sont généralement plus larges et à nervation réticulée, avec une couche de feuillage unique, ce qui évite un recouvrement des feuilles. Les plantes des milieux ouverts ont des feuilles étroites à nervation parallèle, ou des limbes plus découpés, afin de réduire la transpiration par unité de surface foliaire et d'optimiser le comportement hydrique (potentiel hydrique et foliaire). Elles présentant plusieurs couches de feuillage qui permettent de résister à un ensoleillement trop fort par l'auto-ombrage[1].

Différentes formesModifier

Forme Type Latin Description
  ensiforme Forma
ensiformis
Longue et pointue, en forme d'épée
  aciculaire acicularis En forme d'aiguille, mince et pointue
  subulée subulata En forme d'alêne
  linéaire linearis Longue et très étroite
  oblongue oblonga Forme allongée, aux bords sensiblement parallèles et aux coins arrondis
  lancéolée lanceolata En forme de fer de lance et plus large côté pétiole que côté apex
  oblancéolée oblanceolata En forme de fer de lance et plus large côté apex que côté pétiole
  falquée, falciforme falcata En forme de faux
  aristée aristata Pourvue d'une arête
  elliptique elliptica De forme ovale, et de largeur quasiment égale côté apex et côté pétiole
  orbiculaire orbicularis De forme arrondie
  ovale ovata De forme ovale comme un œuf, avec partie étroite côté apex
  obovale obovata De forme ovale comme un œuf, avec partie étroite côté pétiole
  spatulée spathulata En forme de spatule, le limbe se transformant progressivement en pétiole
  cunée cuneata Base du limbe en forme de coin
  sagittée sagittata En forme de fer de lance, avec des oreillettes dirigées vers le bas
  hastée hastata En forme de fer de lance avec des oreillettes étalées horizontalement
  peltée peltata De forme arrondie, avec le pétiole attaché au milieu du limbe, le limbe entourant le pétiole
  acuminée acuminata Terminaison en fine pointe
  obtus obtusus Apex du limbe arrondi
  tronquée truncata Apex du limbe semblant coupé
  réniforme reniformis Arrondie et en forme de rein
  deltoïde deltoidea Triangulaire, le pétiole étant attaché à un côté
  flabellée flabellata Semi-circulaire, en forme d'éventail
  cordée cordata En forme de cœur, avec la pointe côté apex
  obcordée obcordata En forme de cœur, avec la pointe côté pétiole
  rhomboïdale rhomboidalis En forme de losange
  lobée lobata Divisée en plusieurs lobes (parties arrondies séparées par des sillons ou des sinus)
  pédalée pedata Palmée, avec les lobes latéraux unis à la base
  multifide multifida Divisée en lanières
  perfoliée perfoliata Limbe semblant transpercé par la tige
  palmée
(ou digitée)
palmata Divisée en segments (ou lobes) rayonnant, disposés comme les doigts de la main
palmati- lat. palma paume de la main Morphème de tête de la désignation d'une feuille dont le limbe est divisé en segments divergents, ressemblant à une main ouverte
  palmatilobée lat. palma paume
gr. lobos lobe
Palmée en segments séparés par des sinus (découpures) qui n'atteignent pas le milieu du limbe, tout en étant assez marqués
  palmatifide lat. palma paume
findere fendre
Palmée en segments séparés par des sinus (découpures) atteignant environ le milieu des segments
  palmatipartite lat. palma paume
partiri partagé
Palmée en segments séparés par des sinus dépassant nettement le milieu des segments
  palmatiséquée lat. palma paume
secare couper
Palmée en segments séparés par des sinus profondément enfoncés presque jusqu'à la nervure médiane
pennati- lat. penna plume Morphème de tête de la désignation d'une feuille dont le limbe est divisé en segments disposés symétriquement par rapport à l'axe du pétiole et de la nervure médiane
  pennatilobée lat. penna plume,
gr. lobos lobe
Pennée en segments dont les sinus (découpures séparant les segments) n'atteignent pas le milieu de chaque demi-limbe[2]
  pennatifide lat. pinna plume, findere fendre Pennée en segments avec des sinus (séparant les segments) atteignent environ le milieu de la largeur de chaque demi-limbe[2]
  pennatipartite lat. penna plume, partiri partager Pennée en segments dont les sinus dépassent nettement le milieu de chaque demi-limbe[2]
  pennatiséquée lat. penna plume
secare couper
Pennée en segments dont les sinus atteignent, ou peu s'en faut, la nervure médiane
décurrente Le limbe se prolonge sur la tige par des ailes

ExemplesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bord des feuilles (Foliorum margo)Modifier

Différentes formesModifier

Forme Type Latin Description
  entier Forma
integra
Aucune crénelure ni échancrure
  cilié ciliata Cils fins
  crénelé crenata Dents larges et arrondies
  denté (ou dentelé) dentata Dents plus ou moins larges
  doublement denté duplicato-dentata
  denticulé denticulata Finement denté
  denté en scie, serreté serrata Dents pointées vers l'avant de la feuille
  serrulé serrulata Finement denté en scie
  sinué sinuosa Échancrures arrondies et très ouvertes
  lobé lobata En forme de lobes (de forme arrondie)
  ondulé undulata Sinuosités arrondies
  épineux spiculata Bordé d'épines

ExemplesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Nervure (Nervus)Modifier

Article détaillé : Nervure (feuille).

Différentes formesModifier

Forme Nervation Latin : Nervus Type de feuille Description
  pennée -- Penninerve Nervure secondaire opposée par paires
  arquée -- - Nervure secondaire arquée vers l'apex
  transverse -- - Nervure tertiaire reliant les nervures secondaires
  réticulée reticulatus - Réseau de petites nervures
  parallèle -- Parallélinerve Nervure orientée axialement et sans intersection
  dichotome -- - Nervure divisée par paires égales
  longitudinale -- - Nervure essentiellement parallèle à la nervure primaire
  palmée -- Palmatinerve Nervures primaires bifurquant depuis un seul point[3]
  rayonnante -- - Nervure rayonnante des feuilles peltées

ExemplesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. (en) Thomas J. Givnish, « Ecological aspects of plant morphology : leaf form in relation to environment », Acta Biotheor, 27, 1978, p. 83-142
  2. a b et c Bernard Boullard, Dictionnaire, Plantes & Champignons, ESTEM, , 875 p.
  3. Lorsque toutes ces nervures sont de même épaisseur, on distingue la nervure médiane et les nervures latérales.