Famille de Kergorlay

Famille de Kergorlay
Image illustrative de l’article Famille de Kergorlay
Armes

Blasonnement Vairé d'or et de gueules
Devise « Ayde toi, Kergorlay, et Dieu t'aidera »
Période XIVe siècle - XXIe siècle
Pays ou province d’origine Gwenn ha du.svg Bretagne
Demeures Château de Canisy
Château de Cypierre
Charges Député
Conseiller général
Maire
Fonctions militaires Lieutenant-général des armées du roi
Maréchal de camp
Récompenses civiles Pair de France
Récompenses militaires Chevalier de Saint-Louis

La famille de Kergorlay est une famille subsistante de la noblesse française, d'extraction féodale, originaire de Bretagne.

OriginesModifier

Pierre de Kergorlay fut tué à la bataille de Mons-en-Pévèle en 1304. Jean de Kergorlay fut tué à la bataille d'Auray en 1364[1].

La famille de Kergorlay remonte sa filiation prouvée à Jean, seigneur de Kergorlay, marié en 1380[2]. Les seigneurs de Kergorlay possédaient leur château à Motreff , dans le Poher et dans l'actuel département du Finistère.

Cette famille a possédé les seigneuries de Chouffe, du Cludon, du Cosquer, de Coatnouel, de Kersalaun, de Tromeneuc, de Trouzilit, de Trogoff...

PersonnalitésModifier

La branche aînée a eu une descendance prestigieuse[3] :

Parmi les branches collatérales :

PortraitsModifier

PossessionsModifier

Titre de noblesseModifier

Armoiries, deviseModifier

Blasonnement : Vairé d'or et de gueules

Devise : Ayde toi, Kergorlay, et Dieu t'aidera.


Situation contemporaineModifier

La famille de Kergorlay a adhéré à l'ANF en 1933.

AlliancesModifier

Les principales alliances de la famille de Kergorlay sont : de Barbeyrac-Saint-Maurice, de Boisgelin, de Caulaincourt de Vicence (1880), de Chasteigner de La Rocheposay, de Clermont-Tonnerre, de Curel, de Gaulejac, d'Hervilly, Langlois de Rubercy, de La Rochefoucauld d'Estissac, de La Tour-Maubourg, de Liedekerke-Beaufort, de Maistre(de Vaujours), de Montalembert, de Montholon, Mouchet de Battefort de Laubespin, O'Kelly-Farrel, de Percin, de Poilloüe de Saint-Perrier, de Parcevaux, Poute de Puybaudet, de Saint-Pern, de Sesmaisons, de Talhouët, de Verdun, de Bastard, de Moustier (2018) etc...

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Jean de Montfort reprit le nom de son beau-père Guy XII de Laval après la mort accidentelle du fils de celui-ci Guy de Laval.

RéférencesModifier

  1. Pol Potier de Courcy, "Nobiliaire et armorial de Bretagne", tome 2, 1862, consultable [1]
  2. Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France
  3. Pitre-Chevalier, La Bretagne ancienne et moderne, Paris, W. Coquebert, , page 418.
  4. http://www.manoir-trouzilit.com/histoire-de-trouzilit.htm
  5. Francis Démier, La France de la Restauration, 1814-1830), Gallimard 2012, p.623
  6. http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/16689
  7. http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=9451
  8. http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/8943
  9. http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/4126
  10. Élection du prieur d'Avrillé
  11. Site internet : Château de Canisy

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier