Ouvrir le menu principal

Quemper-Guézennec

commune française du département des Côtes-d'Armor

Quemper-Guézennec
Quemper-Guézennec
L'église Saint-Pierre.
Blason de Quemper-Guézennec
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Canton Bégard
Intercommunalité Guingamp Paimpol Armor Argoat Agglomération
Maire
Mandat
Gilbert Le Vaillant
2014-2020
Code postal 22260
Code commune 22256
Démographie
Gentilé Quemperrois, Quemperroise
Population
municipale
1 113 hab. (2016 en augmentation de 0,72 % par rapport à 2011)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 08″ nord, 3° 06′ 15″ ouest
Altitude 60 m
Min. 2 m
Max. 98 m
Superficie 23,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Quemper-Guézennec

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Quemper-Guézennec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quemper-Guézennec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Quemper-Guézennec
Liens
Site web http://www.quemper-guezennec.com/

Quemper-Guézennec [kɛ̃pɛʁ gezɛnɛk] est une commune du département des Côtes-d'Armor, dans la région Bretagne, en France.

Sommaire

GéographieModifier

La commune est située à 13 km de la côte du Trégor-Goëlo et se trouve entre les rivières Trieux et Leff.

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Kemper en 1235, ecclesia de Kemper vers 1330, Quemper Guezenec à la fin du XIVe siècle, Quenpergueheneuc en 1405, Quemper Gueheneuc en 1426, Quemperguehennec en 1464 [1].

Du celtique ancien -ber (coule) et de kem (ensemble, avec), signifiant littéralement « couler ensemble » d'où le sens global de « confluent »[2] et doit son appellation au confluent du Leff et du Trieux[3].

Étymologiquement Guézennec signifie en breton « planté d’arbres », mais ce nom vient de Guéthenoc ou Guéheneuc, moine irlandais à l’origine de la paroisse primitive[1].

Kemper-Gwezhenneg en Breton[1].

HistoireModifier

Moyen ÂgeModifier

Au XIVe siècle, le seigneur de Kergozou[4] fait don de ses possessions à l'abbaye de Beauport. Dès 1405, il existe une châtellenie de Quemper Gueheneuc et Pontreu. Quemper Gueheneuc est cité comme paroisse en 1426. Devenue Quemper-Guézennec, elle a, sous l'Ancien Régime, pour succursales : Saint-Clet et Notre-Dame des Fontaines.

Époque moderneModifier

La Révolution françaiseModifier

Le XIXe siècleModifier

Le XXe siècleModifier

La Première Guerre mondialeModifier

Le monument aux morts de Quemper-Guézennec porte les noms de 75 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[5].

La Seconde Guerre mondialeModifier

Le monument aux morts de Quemper-Guézennec porte les noms de 12 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale[5].

L'abbé Pierre-Marie Lec'hvien, recteur de Quemper-Guézennec, militant du Bleun-Brug, fut assassiné dans la nuit du 10 au par des résistants FTP de Guingamp.

L'après Seconde Guerre mondialeModifier

Deux soldats (Joseph Le Caoussin, René Guyomard) originaires de Quemper-Guézennec sont morts pour la France pendant la Guerre d'Indochine[5].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 2001 Aimé Stéphan DVG Artisan
2001 En cours Gilbert Le Vaillant DVD[6] auteur financier retraité
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8].

En 2016, la commune comptait 1 113 habitants[Note 1], en augmentation de 0,72 % par rapport à 2011 (Côtes-d'Armor : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 1602 2362 4802 6992 9522 8613 0052 8792 816
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 7522 7752 7602 5502 4722 4522 3282 2392 219
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1762 2692 2702 0091 9771 7801 6611 4921 511
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 3681 2351 1801 1031 0291 0181 0541 0601 065
2013 2016 - - - - - - -
1 1341 113-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

  • Paul Fleuriot, chevalier de Langle (1744-1787), né à Quemper-Guézennec, au château de Kerlouët, capitaine des vaisseaux du roi, commandant L'Astrolabe. Il fut le second et l'ami de Lapérouse qu'il accompagna lors de son expédition autour du monde . Il trouva la mort, le 9 décembre 1787, à Samoa, (Océanie), près des îles Salomon[11]
  • Armand Le Calvez, né à Quemper-Guézennec, prêtre, créateur de l'école bilingue catholique de Plouezec dans les années 1950, directeur de la revue pédagogique bilingue Skol, auteur de la méthode d'apprentissage du breton Herve ha Nora
  • Pierre-Marie Lec'hvien, (1885-1944) est un prêtre et écrivain de langue bretonne, né à Ploubazlanec et décédé recteur de Quemper-Guézennec en 1944.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a b et c infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Quemper-Guézennec »
  2. Article ber du Dictionnaire étymologique du breton, par Albert Deshayes, Coop Breizh, 2003, et Divi Kervella, Noms de lieux bretons, 2008.[réf. non conforme]
  3. Noms de lieux bretons, Paris, Editions Jean-paul Gisserot, coll. « Universels Gisserot » (no 22), Universels Gisserot, p. (ISBN 978-2-877-47482-5, OCLC 2877474828, lire en ligne)
  4. Aussi seigneur de Lanozou, de Trostan et de Kersallic
  5. a b et c http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=55500
  6. https://www.lemonde.fr/bretagne/cotes-d-armor,22/quemper-guezennec,22256/
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. Henri de La Messelière, Filiations Bretonnes, Prudhomme, Saint-Brieuc, 1913,T.II, p.311