Famille Folch de Cardon

Folch de Cardon
Armes de la famille.
Armes de la famille : Folch de Cardon

Blasonnement De gueules à trois chardons d'or, posés 2 et 1. Variante : d'or à trois chardons de sinople sans feuilles fleuris au naturel.
Lignées Issue des vicomtes d'Ausona, XIe siècle.
Branches Espagne (plusieurs branches), Italie, France, Hongrie.
Période XIe – XXIe siècles
Pays ou province d’origine Catalogne, Aragon.
Fiefs tenus Duché de Cardona, duché de Segorbe.
Charges Vice-rois de Catalogne, de Sicile, de Sardaigne, de Naples, de la Nouvelle-Grenade. Président du royaume de Sicile. Ambassadeurs.
Fonctions militaires Généraux, amiraux.
Fonctions ecclésiastiques Un religieux béatifié.
Quatre cardinaux. Plusieurs archevêques et évêques.
Maîtres provinciaux de l'ordre du Temple.

La famille de Cardona, Folch de Cardona ou Folch de Cardon est une ancienne famille ducale espagnole originaire de la Catalogne. C'est la deuxième famille la plus importante de la Couronne d'Aragon, juste après la famille royale d'Aragon. Le prénom Foulques (Folc ou Folch en catalan) est très répandu dans cette famille, au point de passer pour un nom de famille.

Les plus éminents de ses membres sont ducs de Cardona, grands d'Espagne, vice-rois de Catalogne, de Sicile, de Sardaigne, de Naples, de la Nouvelle-Grenade. Ils comptent aussi quatre cardinaux, des évêques, un bienheureux.

Une branche de cette famille s'est établie en Italie sous le nom de Folch de Cardone. Un rameau s'en serait détaché et se serait établi en France, ce serait l'origine de la famille qui y est connue sous le nom de Folch de Cardon de Sandrans. Elle compte des illustrations lyonnaises et un député.

HistoriqueModifier

Ducs de CardonaModifier

 
Le château de Cardona.

Les Folch de Cardona se disent d'ascendance française, descendant d'un Folc d'Anjou ou Foulques d'Anjou. Raimundo Folc aurait été un compagnon de Charlemagne, qui l'aurait nommé « seigneur de Cardona » ; son fils Ramón Folc aurait été nommé vicomte de Cardona par le comte de Barcelone. La fréquence du prénom et nom Foulques ou Folch a peut-être créé une confusion avec Foulques Ier d'Anjou qui a vécu près d'un siècle après l'hypothétique donation de Charlemagne.

Au-delà de cette légende, les Cardona sont les descendants de la famille des vicomtes d'Osona, qui prend au XIe siècle le nom de son principal château, Cardona. À la fin du siècle, la première maison de Cardona s'éteint et son héritage passe à la famille de Claramunt, qui prend à son tour le nom de Cardona. La vicomté de Cardona est érigée en comté en 1375 par le roi Pierre IV d'Aragon.

Jean Raymond IV Folch de Cardona est titré duc de Cardona par Ferdinand II d'Aragon en 1491. En 1543, Alfonso de Aragón y de Sicilia, deuxième duc de Segorbe, hérite du titre de duc de Cardona par sa femme. Leurs descendants prennent le nom de Folch de Cardona y Aragón et portent le double titre de duc de Cardona et de Segorbe. De nouveau en 1575, le titre est transmis par les femmes, et parvient à Luis de Aragón Folch de Cardona y Córdoba (1557-1596), puis à Enrique Ramón de Aragón Folch de Cardona (1588-1640), duc de Cardona et de Segorbe, qui est vice-roi de Catalogne à trois reprises.

En 1690, le double duché passe finalement à la famille de Medinaceli, qui en porte encore le titre de nos jours.

La famille de Cardona s'est divisée en de nombreuses autres branches, aujourd'hui toutes éteintes, celles des marquis de Guadalest, des comtes de Collessano, des comtes de Cardona et des seigneurs de Maldà.

Branche italienneModifier

Plusieurs personnalités de cette famille exercent des responsabilités de responsables militaires ou de vice-rois dans la péninsule italienne, comme Antonio de Cardona, Raimond de Cardona, Raymond II de Cardone et Enrique de Cardona y Enríquez, aux XVe et XVIe siècles. Ceux qui y font souche forment la branche italienne de la famille.

Branche françaiseModifier

À la fin du XVe siècle, un rameau de cette branche italienne aurait quitté l'Italie pour la France, où ils francisent leur nom en Folch de Cardon. Cette ascendance n'est confirmée par aucun nobiliaire espagnol, mais cette famille s'illustre néanmoins par des alliances avec d'influentes familles italiennes, comme les Strozzi au XVIIe siècle.

Horace Folch de Cardon et son frère Jacques s'établissent à Lyon et défendent la ville contre la Ligue. Ils reçoivent d'Henri IV des lettres de naturalisation avec confirmation de leur noblesse d'extraction[1]. L'aîné des deux, Horace, porte le titre de baron de Sandrans et obtient le droit d'exercer son activité de libraire en gros, sans déroger ; il y fait de fructueuses affaires, est échevin en 1610 et 1611, possède un splendide hôtel particulier et dote la ville de Lyon de plusieurs monuments et institutions. Le cadet, Jacques, épouse une Strozzi et devient grand prévôt[2],[1]. Les Cardon de Sandrans descendent d'Horace[3]. Un d'entre eux, Joseph Folch de Cardon de Sandrans, est élu député aux États généraux de 1789, y vote avec la droite et proteste contre la diminution des pouvoirs du roi[1].

Principales personnalités de la familleModifier

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Jean-Irénée Depéry, Biographie des hommes célèbres du département de l'Ain..., volume 1, Bourg, Bottier, 1835, pp. 393-394 [lire en ligne].
  2. Jean Étèvenaux, Les grandes heures de Lyon, 1992, rééd. 1995 p. 344.
  3. Antoine Péricaud, Biographie lyonnaise..., Paris, Techener, 1839, p. 59 [lire en ligne].

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier