Eustathe d'Antioche

Eustathe d'Antioche, né vers 270 à Sidé en Pamphylie, mort en 337 ou 338 à Trajanopolis en Thrace, fut évêque de Bérée (Alep), puis d'Antioche, entre 323 et 331. Il est vénéré comme saint par l'Église orthodoxe et l'Église catholique le 21 février[1].

Eustathe d'Antioche
Image dans Infobox.
Fonction
Évêque
Biographie
Naissance
Décès
Époque
Activité
Autres informations
Religion
Étape de canonisation
Fête

VieModifier

Formé par Lucien d'Antioche à son école théologique, Il fut l'un des premiers à combattre la doctrine d'Arius. Les ariens parvinrent à le faire déposer et exiler en Thrace en 331[2] pour sabellianisme et immoralité (on produisit dans un concile une femme qui prétendait qu'il était le père de son enfant).

Ensuite, un schisme exista assez longtemps sous son nom, les « eustathiens » : il y eut deux évêques « eustathiens » successifs après sa mort (Paulin II de 362 jusqu'à peu après 382, et Évagre jusqu'en 394). L'essentiel des « eustathiens » fut réintégré dans l'Église officielle en 414, un petit groupe se maintint jusqu'en 482.

La même année, ses reliques furent transférées de Thrace à Antioche, à la grande joie des fidèles.

Le seul ouvrage complet qui est resté de lui est Sur la pythonisse d’Endor écrit vers 335 et repris en 1640 par Leone Allacci (Lyon, in-4) qui fait référence au premier Livre de Samuel (28,7-25) dans la Bible.

ÉcritsModifier

  • Explication des États de cause d'Hermogène, Michel Patillon, Belles lettres, collection des universités de France. Série grecque, n° 536, 2018 (ISBN 2-251-00622-2)
  • Édition critique de ses œuvres: Eustathius Antiochenus, Opera omnia. J.H. Declerck (ed.), Turnhout: Brepols, 2002 (Corpus Christianorum Series Graeca, 51), CDLXII+288 p., 155 x 245 mm, (ISBN 978-2-503-40511-7).
  • Clavis Patrum Græcorum 3350-3398.

Notes et référencesModifier

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Gabriel-Nicolas Maultrot, Histoire du schisme de l'Église d'Antioche, chez Dufrene, Paris, 1791 (lire en ligne)
  • Ferdinand Cavallera, Le schisme d'Antioche (IVe – Ve siècle), Alphonse Picard et fils éditeurs, Paris, 1905 (lire en ligne) (thèse principale pour le doctorat ès lettres de Paris)
  • Fernandus Cavallera, S. Eustathii episcopi Antiocheni in Lazarum, Mariam et Martham homilia christologica nunc primum e codice Gronoviano edita cum commentario de fragmentis Eustathianis. Accesserunt fragmenta Flaviani I Antiocheni, Picard, Parisiis, 1905 (thèse complémentaire pour le doctorat ès lettres à Paris - Traduction : « Homélie christologique sur Lazare, Marie et Marthe, de saint Eustathe, évêque d'Antioche, éditée pour la première fois, d'après le manuscrit de Grovonius, avec un commentaire sur des fragments d'Eustathe, auxquels on a ajouté des fragments de Flavien, évêque d'Antioche », compte-rendu par Adhémar d'Alès, dans Études, avril-Mai 1906, p. 72-77 lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier