Ouvrir le menu principal

Estinnes
Estinnes
L'abbaye de Bonne-Espérance (1130), à Vellereille-les-Brayeux
Blason de Estinnes
Héraldique
Drapeau de Estinnes
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement La Louvière[1]
Bourgmestre Aurore Tourneur (cdH)
(EMC)
Majorité Ensemble pour une Majorité Citoyenne (EMC) (cdH) - MR
Sièges
MR
Génération Plurielle (GP)
EMC (cdH)
19
2

7
10
Section Code postal
Croix-lez-Rouveroy
Estinnes-au-Mont
Estinnes-au-Val
Faurœulx
Haulchin
Peissant
Rouveroy
Vellereille-les-Brayeux
Vellereille-le-Sec
7120
7120
7120
7120
7120
7120
7120
7120
7120
Code INS 58003
Zone téléphonique 064 / 065
Démographie
Gentilé Estinnois(e)[2]
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
7 715 ()
49,46 %
50,54 %
106 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
22,11 %
63,61 %
14,28 %
Étrangers 4,59 % ()
Taux de chômage 15,92 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 12 689 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 23′ nord, 4° 05′ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
72,73 km2 (2005)
79,83 %
10,96 %
8,33 %
0,88 %
Localisation
Localisation de Estinnes
Situation de la commune dans l’arrondissement de Thuin et la province de Hainaut

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Estinnes

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Estinnes
Liens
Site officiel estinnes.be
Estinnes-au-Mont, l'église Saint Rémy.

Estinnes [ɛstin][3] (en wallon L' Estene) est une commune francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Hainaut, non loin de la frontière française. Elle est issue de la fusion en 1977 des anciennes communes d'Estinnes-au-Val et Estinnes-au-Mont.

Sommaire

HistoireModifier

Article détaillé : Les Estinnes.

À Estinnes-au-Val, à cinq cents mètres au nord de la chaussée romaine de Bavay à Cologne, les vestiges d'une importante villa romaine, comptant plus de vingt chambres en son rez-de-chaussée sont retrouvé dans le courant du XIXe siècle, avec des murs décorés de stuc, de marbre et de granit. Des monnaies s'échelonnant du Ier au IVe siècle y sont également retrouvées. Les traces d'autres bâtiments romains qui représentent sans doute une grande propriété de deux milles hectares attachée à la grande villa, sont repérés dans les environs[4],[5].

Ce site devint à l'époque franque le fisc royal des Estinnes, rattaché sous les Carolingiens au Pagus Hainoensis. Un palais royal franc probablement situé au centre de l'actuel Estinnes-au-Val semble construit au IVe siècle et détruit ou abandonné pendant les invasions normandes. Le nom de Liftinas ou Listinas apparaît à propos d'un concile de l'Église du royaume d'Austrasie qui y est organisé le par le maire du palais Carloman. La forme Listina est attestée en 830 dans la Translatio SS. Marcellini et Petri d'Éginhard : « Quidam juvenis de villa regia quæ Listina vocatur ». Au revers d'un denier d'argent de Charles le Chauve, on trouve l'inscription Leptinas fisco[4],[6].

Patrimoine et cultureModifier

Patrimoine architecturalModifier

Pèlerinage de CompostelleModifier

Estinnes est une étape wallonne sur la via Gallia Belgica du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, qui se prolonge par la via Turonensis en France. L'étape notable précédente est Waudrez (Binche) ; la suivante est Vieux-Reng.

SociétéModifier

Enseignement maternel et primaireModifier

École libreModifier

École communaleModifier

  • Estinnes-au-Mont
  • Estinnes-au-Val
  • Faurœulx
  • Peissant
  • Haulchin
  • Vellereille-les-Brayeux

Enseignement secondaireModifier

DémographieModifier

Elle comptait, au , 7 769 habitants (3 829 hommes et 3 940 femmes), soit une densité de 106,82 habitants/km²[8] pour une superficie de 72,73 km².

Le graphique suivant reprend sa population résidente au 1er janvier de chaque année[9]

 

Les chiffres des années 1846, 1900 et 1947 tiennent compte des chiffres des anciennes communes fusionnées.

  • Source : DGS - Remarque: 1806 jusqu'à 1970=recensement; depuis 1971=nombre d'habitants chaque 1er janvier[10]

Personnalités localesModifier

HéraldiqueModifier

 
Blason d'Estinnes. Ce sont les armoiries de la famille de Goegnies qui apparurent sur le sceau de Peissant au XVIe siècle. Les neuf étoiles font référence aux neuf communes ayant fusionné le 1er janvier 1977.
Blasonnement : De sinople à la croix ancrée cantonnée de quatre étoiles [à six rais] et accompagnée de cinq autres, une à chaque canton de l'écu et une en pointe, le tout d'argent[11].
 
Drapeau d'Estinnes : vert chargé d'une croix ancrée blanche posée au 1er tiers du battant, cantonnée de 4 étoiles [à 6 rais] et accompagnées de 5 autres également blanches, 4 disposées en carré autour de la croix, la 5e placée au centre de l'espace entre la croix et le bord flottant[12].


RéférencesModifier

  1. Décret de la Région wallonne du 25 janvier 2018 modifiant les articles L1332-18 et L2212-6 ainsi que l'annexe 3 du Code de la démocratie locale et de la décentralisation publié au Moniteur Belge du 5 février 2018 (Numac : 2018200534)
  2. Jean Germain, Guide des gentilés : Les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française, (lire en ligne), p. 34.
  3. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Louvain-la-Neuve, Peeters, (lire en ligne), p. 105.
  4. a et b Germaine Faider-Feytmans, Les Nécropoles mérovingiennes, vol. II, Mariemont, Musée de Mariemont, coll. « Collection d'archéologie régionale du Musée de Mariemont », , 270 p..
  5. France Pourtois, « Évolution historique des Estinnes depuis les origines jusqu'à la fin du XIIIe siècle », dans Collectif, Au fils de l'Estinnes, les clochers de l'Eptinnes, Estinnes-au-Val, Leptines 1250, , 30 p., p. 45.
  6. France Pourtois, « Évolution historique des Estinnes depuis les origines jusqu'à la fin du XIIIe siècle », dans Collectif, Au fils de l'Estinnes, les clochers de l'Eptinnes, Estinnes-au-Val, Leptines 1250, , 30 p., p. 36-45.
  7. (de) « FL 2500 Noch mehr Wirtschaftlichkeit », Fuhrlaender AG (consulté le 5 novembre 2009)
  8. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/stat-1-1_f.pdf
  9. 3_Population_de_droit_au_1_janvier,_par_commune,_par_sexe_2011_2014_G_tcm326-194205 sur le site du Service Public Fédéral Intérieur
  10. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/population-bevolking-20190101.pdf
  11. Lieve Viaene-Awouters et Ernest Warlop, Armoiries communales en Belgique, Communes wallonnes, bruxelloises et germanophones, t. 1 : Communes wallonnes A-L, Bruxelles, Dexia, , p. 314
  12. Lieve Viaene-Awouters et Ernest Warlop, Armoiries communales en Belgique, Communes wallonnes, bruxelloises et germanophones, t. 1 : Communes wallonnes A-L, Bruxelles, Dexia, , p. 315

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Lien externeModifier