Estinnes-au-Val

section d'Estinnes, Belgique

Estinnes-au-Val
Estinnes-au-Val
L’église Saint-Martin
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement La Louvière
Commune Estinnes
Code postal 7120
Zone téléphonique 064/065
Démographie
Gentilé Estinnois(e)
Population 1 354 hab. (31/12/2005)
Géographie
Coordonnées 50° 24′ 46″ nord, 4° 06′ 23″ est
Localisation
Localisation de Estinnes-au-Val
Localisation d'Estinnes-au-Val au sein d'Estinnes
Géolocalisation sur la carte : Hainaut
Voir sur la carte administrative du Hainaut
City locator 14.svg
Estinnes-au-Val
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Estinnes-au-Val
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Estinnes-au-Val

Estinnes-au-Val [ɛstinoval][1] est une section de la commune belge d'Estinnes, située en Région wallonne dans la province de Hainaut.

Estinnes-au-Val était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Petit ensemble clôturé, rue Grande.

HistoireModifier

Les premières mentions d'Estinnes-au-Val et d'Estinnes-au-Mont datent du Xe siècle. Cependant c'est probablement au cours de la période mérovingienne (pas avant le VIe siècle) que, pour des raisons démographiques ou culturelles, la paroisse des Estinnes est divisée en deux. Est-ainsi nommée paroisse d'Estinnes-au-Val (ou Estinnes basse) l'ancienne Estinnes qui reste consacrée à Saint-Antoine. Estinnes-au-Val est probablement plus ancienne d'un siècle qu'Estinnes-au-Mont (ou Estinnes haute) dédiée à Saint Rémi — sur le mont Saint Rémi[2]. Cette division de paroisse se fait sans aucune dégradation du domaine royal des Estinnes. Ce genre de chose n'est pas unique dans la gestion des différents domaines royaux du royaume franc ; il est d'ailleurs à souligner que certains d'entre-eux (comme Chaource ou Trosly-Loire) se divisent en plusieurs paroisses qui prennent également le titre de « haute » et de « basse »[3],[4],[5].

 
La ferme Williot et le gué de la rue de Binche (XVIIIe siècle).

Personnalités localesModifier

RéférencesModifier

  1. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Louvain-la-Neuve, Peeters, (lire en ligne), p. 105.
  2. Jean-Jacques Jespers, Dictionnaire des noms de lieux en Wallonie et à Bruxelles, Lannoo Uitgeverij, , 649 p. (ISBN 978-2-87386-409-5, lire en ligne), p. 241.
  3. Théophile Lejeune, « Histoire et archéologie. Les Estinnes. : Première partie », dans Collectif, Annales du Cercle Archéologique de Mons, vol. 12, Mons, Cercle Archéologique de Mons, , 108 p. (lire en ligne), p. 82.
  4. France Pourtois, « Évolution historique des Estinnes depuis les origines jusqu'à la fin du XIIIe siècle », dans Collectif, Au fils de l'Estinnes, les clochers de l'Eptinnes, Estinnes-au-Val, Leptines 1250, , 30 p., p. 51-52.
  5. Jean Favier, Charlemagne, Paris, Fayard, , 770 p. (ISBN 978-2-213-60404-6), p. 66.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier