Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Espérance et Longdoz.

Société des Charbonnages, Hauts Fourneaux et Laminoirs de l'Espérance (1863-1877)

Société métallurgique d'Espérance-Longdoz (1877-1970)
logo de Espérance-Longdoz
Emblème de la Société sur un vitrail de la Croix Rouge de Belgique

Création 1845-1846
Dates clés 1920 : rachat par la société Evence Coppée & Cie
1960 : consortium avec Allegheny Ludlum
1963 : rachat par Cockerill
Fondateurs Les frères Dothée
Forme juridique Société anonyme
Siège social Liège
Drapeau de Belgique Belgique
Actionnaires ArcelorMittalVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Sidérurgie
Produits Tôles d'acier laminé
Société mère ArcelorMittal

Espérance-Longdoz était une entreprise d'extraction de charbon et de production d'acier situé dans la région de Liège en Belgique.

La société fusionne avec Cockerill-Ougrée-Providence en 1970 pour former Cockerill-Ougrée-Providence-Espérance Longdoz (connu sous le nom de Cockerill). En 1998, la société est achetée par Usinor qui fusionnera avec d'autres pour devenir Arcelor en 2002. Le groupe Arcelor fusionne avec Mittal Steel Company formant ArcelorMittal en 2006.

La production au Longdoz cesse dans la dernière partie du XXe siècle, le site de l'usine a été reconverti dans les années 2000 en un complexe commercial Médiacité, une partie des bâtiments de l'usine a été préservée afin de devenir le siège d'un musée industriel, la Maison de la métallurgie et de l'industrie.

Les aciéries, construites à Chertal dans les années 1960, sont toujours en activité (depuis 2010) et fait partie du groupe ArcelorMittal, dans la division de Liège.

Sommaire

HistoriqueModifier

En 1845-1846, les frères Dothée établissent une usine de fer-blanc au Longdoz à Liège[1],[2], puis en 1862-1863 les Dothée fusionnent leurs activités avec la Société anonyme des Hauts Fourneaux, Usines et Charbonnages de l'Espérance (fondée 1836[3]) formant la Société des Charbonnages, Hauts Fourneaux et Laminoirs de l'Espérance. En 1877, la société cède son entreprise minière et devient la Société métallurgique d'Espérance-Longdoz[3],[4],[5].

Le procédé de galvanisation à chaud est introduit en 1881 par Paul Borgnet qui fonde plus tard le Phenix Works à Flémalle en 1911[2]. En 1920, la société Evence Coppée & Cie acquiert la société[6],[7].

La société devient le plus grand producteur belge de tôle, pour atteindre un pic de production de 142 000 tonnes en 1948. Malgré cela, l'usine étant cernée par l'habitat, elle ne peut se développer. À partir de 1957, l'usine cesse le laminage à chaud de l'acier, et n'est utilisée que pour la finition de la tôle et la distribution[5].

En 1960, la société forme en consortium avec Allegheny Ludlum (en) un nouveau producteur d'acier inoxydable : Allegheny-Longdoz (en) à Genk, en Flandre[8].

En 1963, une nouvelle usine est construite sur l'île récupérée de Chertal, un terrain vierge sur un site inondable[9],[10], avec une capacité de 1,6 million de tonnes d'acier produit par le procédé Linz-Donawitz[11].

La société est vendue par Evence Coppée & Cie à Cockerill-Ougrée-Providence en 1970, pour former Cockerill-Ougrée-Providence-Espérance Longdoz (en abrégé Cockerill), qui devient Cockerill-Sambre en 1981, Usinor en 1998[7],[12], Arcelor en 2002 et finalement ArcelorMittal en 2006.

Occupation actuelleModifier

 
Ancienne partie de l'usine du Longdoz qui abrite la Maison de la métallurgie et de l'industrie

LongdozModifier

En 2006, le terrain occupé par l'aciérie désaffectée au Longdoz est vendu afin de créer un complexe commercial et de loisirs connu sous le nom Médiacité[13],[14]. Le complexe, accrédité BREEAM, ouvre ses portes le [15].

Une partie des bâtiments de l'aciérie est préservé pour abriter le musée de la Maison de la métallurgie et de l'industrie qui a ouvert ses portes en 1963. Lorsque la production a été déplacée à Chertal, en 1971, la collection s'est enrichie par l'ajout de reliques de la société Cockerill. En 1976, le musée est légué à la ville de Liège. Le musée contient la reconstruction du premier haut fourneau belge, des machines à vapeur du XIXe siècle, ainsi que d'autres inventions industrielles historiquement importantes, comprenant le deuxième prototype de dynamo de Zénobe Gramme (1871) et une des trois tabulatrices d’Hermann Hollerith (en) (1889)[2],[5].

ChertalModifier

Les installations sur le site de Chertal, toujours en activité, fait partie de la division ArcelorMittal Liège[16]. Le laminage à chaud est brièvement arrêté de mai à avril 2009 en raison du ralentissement économique provoqué par la crise financière de 2007-2010[17],[18].

L'aciérie était fournie par chemin de fer à l'aide de wagons-torpille d'une capacité de 130 tonnes. L'usine avait trois convertisseurs LD, des installations pour la désulfuration du fer et le traitement sous vide. La production, par coulée continue d'une capacité de 3,5 millions de tonnes par an, le produit principal est le coil d'acier jusqu'à 2 mètres de large[16].

En , ArcelorMittal annonce la fermeture de l'acier liquide (« phase à chaud ») de la production de sa division à Liège, y compris les hauts fourneaux de Seraing et une partie de l'usine de Chertal[19],[20].

À partir de 2012 à Chertal, seul le laminoir à chaud est toujours en activité. Il est fourni en tôle provenant d'autres sites de production d'ArcelorMittal. Son avenir est incertain[21]. Le , le laminoir est de nouveau mis à l'arrêt, « sous cocon »[22] pour une période de six ans, et n'a pas redémarré depuis[23].

Après plus de 5 ans « sous cocon », il semble désormais que le site de Chertal est appelé à être redéveloppé et, sans doute, assaini. Une des pistes envisagées est l'extension du Port autonome de Liège[23]. Une armada de wagons-torpilles, inutilisés depuis 2013, est désormais visible sur des voies de garage de part et d'autre du viaduc de la E40.

Notes et référencesModifier

  1. Pasleau 2002-2003, 2.b.1..
  2. a b et c « Site officiel de la Maison de la métallurgie et de l'industrie » (consulté le 30 décembre 2012)
  3. a et b (de) Toni Pierenkemper, Die Industrialisierung europäischer Montanregionen im 19. Jahrhundert, Franz Steiner Verlag, , p. 292
  4. Pasleau 2002-2003, 2.c..
  5. a b et c « Carnets du Patrimoine - La Maison de la Métallurgie et de l'Industrie de Liège », sur http://www.ulg.ac.be, Université de Liège (consulté le 30 décembre 2012)
  6. Evence Coppée & Cie, fondé par Evence Coppée en 1914 qui est titulaire d'un brevet d'un four à coke en 1853, s'est développé en une série de firmes intégrées verticalement s’occupant d’extraction charbonnière et du traitement intégré. Dissous en 1970, les holdings fusionnent avec Lafarge pour former Lafarge Coppée. Sources : « Les archives du Groupe Coppée », sur http://www.avae-vvba.be (consulté le 30 décembre 2012)
  7. a et b Mommen 1994, p. 45
  8. (en) Yves Mény et Vincent, Wright, The Politics of steel: Western Europe and the steel industry in the crisis years (1974-1984), Walter de Gruyter, , 811 p. (ISBN 3110105179), p. 693
  9. « Cockerill Sambre Group », sur http://www.answers.com (consulté le 30 décembre 2012)
  10. (en) Dorothée Imbert, Between Garden and City: Jean Canneel-Claes and Landscape Modernism, University of Pittsburgh Press, , 259 p., p. 223–7, note 61
  11. Mommen 1994, p. 135.
  12. « Société Métallurgique d'Espérance Longdoz, Seraing / Liége », sur http://www.industrie.lu (consulté le 30 décembre 2012)
  13. « Médiacité », sur http://www.mediacite.be (consulté le 30 décembre 2012)
  14. « Longdoz – Médiacité : un pas de plus vient d’être franchi », sur http://www.proxiliege.net, (consulté le 30 décembre 2012)
  15. « 1 200 emplois créés à la Médiacité », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  16. a et b « ArcelorMittal Liège : Le Primary de Liège », sur http://www.cockerill-sambre.com (consulté le 30 décembre 2012)
  17. « Chertal : Arcelor Mittal va relancer le laminoir à chaud », sur https://www.rtbf.be/, RTBF, (consulté le 30 décembre 2012)
  18. « Redémarrage du laminoir à chaud d'ArcelorMittar à Chertal. », sur http://www.rtl.be, RTL Group (consulté le 30 décembre 2012)
  19. « De Cockerill à Mittal ...de 1817 à 2011 ! », sur http://www.rtc.be (consulté le 30 décembre 2012)
  20. « Fermeture de la phase à chaud d’ArcelorMittal: une catastrophe pour l’emploi en région liégeoise », sur http://www.mondial-infos.fr, (consulté le 30 décembre 2012)
  21. « ArcelorMittal met à l'arrêt son site de Chertal : 170 emplois concernés », L'Écho,‎ (lire en ligne)
  22. « Rideau temporaire sur Chertal. Mais pour combien de temps? », sur lameuse.be,
  23. a et b DH.be, « Liège : le port autonome va bien... et lorgne sur Chertal ! », sur www.dhnet.be (consulté le 15 décembre 2018)

SourcesModifier

  • Suzanne Pasleau, « Caractéristiques des bassins industriels dans l'Eurégio Meuse-Rhin », Fédéralisme Régionalisme, no 3,‎ 2002-2003
  • (en) André Mommen, The Belgian economy in the twentieth century, Routledge, , 266 p. (ISBN 0415019362, présentation en ligne)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Léon Willem, 450 ans d'Espérance. La S.A. Métallurgique d'Espérance-Longdoz de 1519 à 1969, Editions du Perron, , 176 p. (OCLC 489903875)
  • (en) A. De Posson, Chertal : Birth of a New Steel Mill on the European Scale, Ministère des affaires étrangères et du commerce extérieur, Services de l'information, , 44 p.

Article connexeModifier

Lien externeModifier