Ernesto Carricaburu

Ernesto Carricaburu[1] est un ancien pilote automobile cubain.

Ernesto Carricaburu, vainqueur des 100 miles de Cuba 1905 sur Mercedes 90 hp (au départ).
Joe Tracy, deuxième des 100 miles de Cuba 1905, sur Renault AK 40 hp (au départ).

BiographieModifier

 
Joe Tracy à la première Course Cubaine, le 15 février 1905 sur sa Renault ex-Paris-Madrid AK.

Il remporte le premier Grand Prix automobile organisé à Cuba (appelé la Course cubaine), sur Mercedes. Il s'agit de la deuxième course dans l'île, la première ayant eu lieu en grâce au garagiste Honoré Lainé[2], pour fêter la fondation du Havana Automobile Club dont il était membre et présidé alors par Enrique J. Conill, propriétaire également d'une Mercedes 90HP (vainqueur Dámaso Lainé frère du garagiste, sur une Darracq française)[3].

La Course cubaine est établie à la mi- à la suite de l'affiliation du Havana Automobile Club à l'International Association of Automobile Racing. Appelée Arroya Arenas-San Cristobel-Arroya Arenas, elle se dispute sur un aller-retour La Havanne-San Cristóbal, et elle est déjà internationale. Carricaburu gagne avec la Mercedes 90HP de Conill et son mécanicien embarqué Oscar Martinez, en établissant au passage un record mondial de vitesse à 85.3 km/h sur 100 miles, après près de deux heures de course (en notant la participation de la Renault 40HP deuxième du Paris-Madrid[4], ici encore dauphine entre les mains de Joe Tracy). Il reçoit des mains du premier Président de la République de Cuba Tomás Estrada Palma la Habana, dont il deviendra le chauffeur personnel[5], une coupe en or et en argent[6].

En , Carricaburu parcourt les 108 kilomètres séparant La Havane de Matanzas en seulement 1 heures et 12 minutes.

Ernesto Carricaburu créée et dirige en 1914 la première compagnie de taxis de La Havane, avec dix voitures Ford modèle T (ayant pu prendre un premier contact avec Henry Ford en 1906, alors que ce dernier vint personnellement dans l'île pour y assister à la seconde course cubaine[7]). Ces dix conduites intérieures représentent alors le plus gros contingent de voitures jamais importées dans l'île. Carricaburu les a commandées auprès de la récente agence Ford locale, Shameway & Ross., société fondée par Lauwrence Ross, l'un des premiers gros vendeurs urbains d'automobiles[8].

Notes et référencesModifier

  1. (nom d'origine basque, littéralement au bout de la rue)
  2. (remarque: en 1898, le français Honoré Lainé fut un correspondant de guerre du New York Journal, pour couvrir à Cuba la guerre hispano-américaine alors qu'il était un planteur de canne à sucre local -L'ombre de Némésis (réalité historique)-, mais expulsé du pays en mars 1898 -Cables, Crises, and the Press: The Geopolitics of the New International Information System in the Americas, 1866-1903, John A. Britton, éd. University of New Mexico Press, p.221 (ISBN 978-0826353979)-)
  3. Che's Chevrolet, Fidel's Oldsmobile: On the Road in Cuba, Richard Schweid, chap. Locomobiles and Model T's, éd. The University of North Carolina Press & Chapel Hill and London, 2004, p.34 (ISBN 0-8078-2892-0) (citation de Fernando López Ortiz).
  4. (avec Louis Renault)
  5. El Automovilismo Cubano (Deportes, Emilio J. Lezcano).
  6. Le français Victor Demogeot remporte l'épreuve en 1906 à la même période, sur une Darracq 80HP déjà utilisée lors de la Coupe Vanderbilt de 1905. L'organisateur est un certain Morgan, déjà promoteur de la semaine du Florida Speed Carnival aux États-Unis.
  7. Biographie de Victor Demogeot (UniqueCarsandParts), alors que furent également présents pour l'évènement Vincenzo Lancia et Bob Burman.
  8. (cf. ouvrage cité, p. 33)

Liens internesModifier

Liens externesModifier