Ouvrir le menu principal

Ernest André (banquier)

banquier français et député du Second Empire
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ernest André.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille André.
Ernest André
Album des députés au Corps législatif entre 1852-1857-André.jpg
Ernest André
Fonction
Député
Gard
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Homme politique, banquierVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Fratrie
Jean André (d)
Louis André (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
Propriétaire de
Distinctions

César Ernest André, né le 28 octobre 1803 à Paris où il est mort le 16 février 1864, est un banquier et homme politique français.

BiographieModifier

Issu d’une famille protestante de la haute bourgeoisie nîmoise, Ernest est le fils de Dominique André et de Mira Rivet. En 1832, il épouse Louise Cottier (†1835), fille de François Cottier, régent de la Banque de France, puis Aimée Gudin, fille du général-comte Charles Étienne Gudin. Un fils, Édouard André (1833-1894), naîtra de cette première union.

Ernest André est associé à la Banque André de 1835 à 1842 et directeur de la Caisse d'épargne en 1859. Il contribue à la création de la commune du Vésinet et est l'un des souscripteurs de la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France lors de sa création. Il est membre du premier conseil d'administration du Crédit mobilier et du conseil supérieur de la Société du Prince Impérial

Il acquiert le château de Rentilly à Isaac Thuret en 1846.

Il est élu député le 22 juin 1857 (Quatrième circonscription du Gard). Élu avec l'appui du gouvernement, il vote à la Chambre avec la majorité impérialiste. Il est réélu dans la même circonscription le 1er juin 1863.

En 1856, il achète aux héritiers de la comtesse Dupont de l’Étang le magnifique hôtel de Beauvau, rue du Faubourg-Saint-Honoré, qu’il entreprend de faire luxueusement restaurer par l’architecte Jean-Baptiste Pigny. Il agrandit également la propriété en achetant un terrain adjacent. Mais, dès 1859, avant même l’achèvement des travaux, il revend le bâtiment à l’État.

 
Buste d'Ernest André, par Carpeaux.

Il fait construire à Vichy la villa Therapia, dans le prolongement des chalets de Napoléon III ; elle est aujourd'hui détruite.

AnnexesModifier

SourcesModifier

BibliographieModifier

  • André Encrevé, « Ernest César André », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 63 (ISBN 978-2846211901)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :