Egidius Sadeler

Egidius Sadeler le Jeune[1], né vers 1570 à Anvers et mort en 1629 à Prague, est graveur et peintre flamand de style maniériste et baroque.

Egidius Sadeler
Image dans Infobox.
Portrait gravé d'Egidius Sadeler dans le Het Gulden Cabinet de Cornelis de Bie (1662)
Naissance
Vers ou Voir et modifier les données sur Wikidata
AnversVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activités
Maître
Lieux de travail
Famille

Il est probablement le plus connu d'une dynastie célèbre de graveurs qui étaient aussi marchands d'estampes, parmi lesquels on compte ses oncles, Raphaël et Johan Sadeler.

Selon le dictionnaire Bouillet il « traitait avec un égal talent le portrait et le paysage : on l'a surnommé le Phénix de la gravure »[2]. La majeure partie de sa carrière se déroule à Prague, où il reçoit de nombreuses commandes de l'empereur Rodolphe II.

BiographieModifier

À la fois autodidacte et apprenti de Jan, son cousin germain, Gilles se distingue en gravant de grands cuivres[3]. Il voyage en Italie et grave une Descente de Croix d'après le peintre Joseph Heintz l'Ancien originaire de Bâle et établi à Rome. En 1594, il se rend à Munich où il travaille en s'inspirant de la technique de Hendrik Goltzius. En 1595, il se rend, semble-t-il, de nouveau en Italie, à Venise et Vérone, en compagnie de Jan et sa famille[4]. Il s'installe à partir de 1597 à Prague où il est nommé graveur impérial par l'empereur Rodolphe II. Il grave de nombreux portraits ainsi que des paysages. Vers la fin de sa vie, il produit des gravures moins nuancées et se consacre à la peinture[5].

ŒuvreModifier

   
Dessin préparatoire à la gravure d'Egidius Sadeler avec l'effigie de l'empereur Rodolphe II par Hans von Aachen, Bibliothèque nationale de Pologne[6] et l'empreinte par Sadeler de 1603, Metropolitan Museum of Art.

On lui doit une version gravée du Massacre des Innocents du Tintoret.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Isabelle de Ramaix, Les Sadeler: graveurs et éditeurs (Catalogue d'exposition), Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, .
  • Emmanuelle Brugerolles (dir.), Albrecht Dürer et son temps : De la Réforme à la guerre de trente ans, Paris, École nationale des beaux-arts de Paris, , p. 515-527
  • (en) Dorothy Limouze, Egidius Sadeler (1570-1629): drawings, Prints and Art Theory (Ph D dissertation), Princeton, Princeton University, .
  • (en) Ruth Margaret Edquist, Sadeler catalogue, Parkville, The University of Melbourne Library, .
  • (en) The Illustrated Bartsch, vol. 72 : « Ægidius II Sadeler »
  • (nl) Cornelis de Bie, Het Gulden Cabinet, , p. 482

RéférencesModifier

  1. Son prénom est connu sous divers formes : Aegidius, Aegidius II, Gillis ou Gilles.
  2. Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang, « SADELER (Hans) », dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie Bouillet Chassang, t. 3, Librairie Hachette, (lire sur Wikisource), p. 1659.
  3. Ramaix 1992, p. 14.
  4. Limouze 1990, p. 101-102.
  5. Ramaix 1992, p. 16.
  6. Marcin Latka, « Preparatory drawing for Aegidius Sadeler's print » (consulté le )

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :