Famille Sadeler

famille de graveurs flamands

La famille Sadeler est la plus grande et probablement la plus reconnue des dynasties de graveurs flamands. Elle domine le marché de l'estampe en Europe du Nord de la fin du XVIe siècle à la fin du XVIIe siècle, aussi bien en tant qu'artistes qu'éditeurs.

Comme pour d'autres familles telles que les Wierix ou les de Passe, le style familial est très homogène et leurs œuvres sont difficiles à attribuer en l'absence de signature, de date ou de localisation[1]. Dans leur globalité, au moins dix Sadeler ont travaillé comme graveur dans les Provinces-Unies, dans le Saint-Empire romain germanique, en Italie, en Bohême et en Autriche.

Les plus représentatifs sont Johan Sadeler (1550 - 1600), Aegidius (ca. 1570 - 1629, cousin germain de Johan) et Justus (ca. 1583 - 1620, fils de Johan).

Leurs meilleurs travaux sont les estampes de reproduction de très grande qualité d'artistes tels que Bartholomeus Spranger ou Jacopo Bassano, qui ont une grande importance dans la diffusion et la réputation de la famille Sadeler.

La familleModifier

La gravure commence chez les Sadeler avec Johan l'Ancien qui est le premier de la dynastie à connaitre un succès européen et se termine avec Tobias dans le dernier quart du XVIIe siècle[2].

Les Sadeler sont des descendants de damasquineurs, graveurs d'armes et d'armures, originaire d'Alost en Flandre. Jan de Saeyelleer ou Sadeleer a eu trois fils, tous usuellement appelés « Sadeler »[N 1] : Johan l'Ancien né en 1550 à Bruxelles et mort en 1600 à Venise[3], Aegidius né vers 1555 à Bruxelles et mort vers 1609 à Francfort-sur-le-Main[4] et Raphaël né vers 1560/1561 à Anvers et mort en 1628 ou 1632[5].

Johan l'Ancien est le père de Justus né vers 1572 ou 1583 à Anvers et mort vers 1620 à Leyde[6]

Aegidius le Jeune né vers 1570 à Anvers et mort en 1629 à Prague est le cousin germain de Johan l'Ancien[7].

Raphaël l'Ancien est le père de Raphaël le Jeune né en 1584 à Anvers et mort à Munich probablement en 1632[8], de Johan le Jeune né vers 1588 et mort vers 1665[9] et de Philippe né vers 1600, actif jusqu'en 1650[10].

Tobias qui fut sans doute le dernier graveur du nom était actif à Vienne de 1670 à 1675. Son origine familiale reste une énigme[11].

Il en est de même pour Marcus ou Marco, qui imprimeur et éditeur a travaillé à Haarlem vers 1586-1587[12].

GalerieModifier

Estampes tirées de Image de divers hommes d'esprit sublime, qui par leur art et science devraient vivre éternellement et desquels la louange et renommée faict estonner le monde,
Anvers : J. Meyssens, 1649. Ces illustrations furent reprises dans le Het Gulden Cabinet de Cornelis de Bie publié en 1662.

Arbres généalogiques des SadelerModifier

D'après Delen 1924, p. 127

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean Sadeler ou Jan de Saeyeleer
coutelier à Bruxelles
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean Sadeler I
né à Bruxelles en 1550
mort à Venise en 1600
 
 
 
 
 
Raphaël Sadeler I
né à Anvers en 1561
mort à Munich vers 1628
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Egide Sadeler
né à Anvers vers 1560
mort à Prague en 1629
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Josse Sadeler
né à Anvers vers 1580
mort à Venise vers 1620
 
Jean Sadeler II
Venise, Munich 1652
 
Raphaël Sadeler II
né à Anvers en 1584
mort à Munich
 
Marc Sadeler
marchand d'estampes
né à Munich
mort à Prague
 
Tobias Sadeler
Prague, Vienne 1670-1675
 
Philippe Sadeler
Munich 1624
 
François Sadeler
né à Anvers en 1580
mort à Prague

D'après Ramaix 1992, p. 9-20 :

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Josse Saedeler
Damasquineur originaire d'Alost
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jan de Saeyeleer
Damasquineur à Bruxelles
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Emmanuel Saedeler van Welle
Damasquineur
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean Sadeler I
Graveur-illustrateur
né à Bruxelles en 1550
mort à Venise en 1600
 
 
 
 
 
Raphaël Sadeler I
Graveur
né à Anvers en 1561
mort à Munich vers 1628
 
 
 
 
 
Egide Sadeler I
Marchand, imprimeur et éditeur d'estampes
né à Anvers vers 1560
mort à Prague en 1629)
 
 
 
Gillis ou Egide Sadeler II
Graveur
né à Anvers en 1570
mort en 1629
 
Emmanuel Sadeler
Damasquineur du duc de Bavière
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Juste Sadeler
Graveur et marchand d'estampes
né à Anvers en 1583 (?)
mort à Leyde en 1620
 
Raphaël Sadeler II
Graveur
né à Anvers en 1584 (?)
mort à Munich en 1632
 
Joan Sadeler II
Graveur
baptisé en 1588
mort à Munich après 1665
 
Philippe Sadeler
Graveur et marchand d'estampes
né à Venise vers 1600
mort ?
 
 
 
 
Tobie Sadeler
Graveur-illustrateur
né à Prague vers 1641
mort à Vienne en 1679
 

Notes et référencesModifier

Notes
  1. On peut voir les notices des 10 principaux Sadelers sur le site de Getty.
Références
  1. Mayor 1971, p. 417.
  2. Cf. Brugerolles 2012, p. 300 et Ramaix 1990, p. 196.
  3. Selon la notice d'autorité ULAN, ce serait à Bruxelles ; selon Bowen p. 348, ce serait à Venise.
  4. (en) Notice d'autorité d'Aegedius I sur ULAN.
  5. (en) Notice d'autorité de Rafael I sur ULAN.
  6. (en) Notice d'autorité de Justus sur ULAN.
  7. Cf. Brugerolles 2012, p. 514.
  8. (en) Notice d'autorité de Rafael II sur ULAN.
  9. (en) Notice d'autorité de Jan II sur ULAN.
  10. (en) Notice d'autorité de Filips sur ULAN.
  11. Cf. Ramaix 1990, p. 196.
  12. (en) John Robert Christianson, On Tycho's Island : Tycho Brahe and His Assistants, 1570-1601, Cambridge University Press, , 451 p. (ISBN 978-0-521-65081-6, lire en ligne), p. 349.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Emmanuelle Brugerolles (dir.), Dürer et son temps : Dessins allemands de l'école des Beaux-Arts, Paris, Beaux-arts de Paris les éditions/Ministère de la Culture et de la Communication, .
  • Isabelle de Ramaix, « Tobie Sadeler, un graveur à la cour de l'empereur Léopold Ier », Le livre et l'estampe, vol. XXXVI, no 134,‎ .
  • Isabelle de Ramaix, Les Sadeler, graveurs et éditeurs, Bruxelles, Bibliothèque royale Albert Ier, .
  • A. J. J. Delen, Histoire de la gravure dans les anciens Pays-Bas et dans les provinces belges des origines jusqu'à la fin du XVIe siècle : Deuxième partie - Le XVIe siècle - Les graveurs d'estampes, Paris, Librairie Nationale d'Art et d'Histoire, .
  • (en) Karen L. Bowen, Dirk Imhof, Christopher Plantin and Engraved Book Illustrations in Sixteenth-Century Europe, Cambridge University Press, 2008, (ISBN 0-521-85276-5), (ISBN 978-0-521-85276-0) (lire en ligne)
  • (en) Michael Bury, The Print in Italy, 1550-1620, 2001, British Museum Press, (ISBN 0-7141-2629-2)
  • (en) Arthur Mayger Hind, A History of Engraving and Etching, Houghton Mifflin, 1923 (États-Unis) puis Dover Publications, 1963 (Londres) (ISBN 0-486-20954-7) (lire en ligne)
  • (en) Hyatt A. Mayor, Prints and People : a social history of printed pictures, Princeton, Metropolitan Museum of Art, (ISBN 0-691-00326-2)
  • (en) Christopher L. C. E. Witcombe, Copyright in the Renaissance: Prints and the Privilegio in Sixteenth-Century Venice and Rome, Brill, 2004, 412 p., p. 194-201 (lire en ligne) (ISBN 9789004137486)
  • (nl) Dieuwke de Hoop Scheffer, Aegidius Sadeler to Raphael Sadeler II, Van Gendt, Amsterdam, 1980, 2 vol. (OCLC 228776149)
  • (de) Thieme-Becker, 1980-1986
  • (fr) Amina Okada, « Les Baigneuses du musée Guimet: une miniature moghole inspirée d'une gravure européenne », La Revue du Louvre et des musées de France, vol. 36 no 2, 1986, p. 107-110

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :