Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnefoy.

Edwin Bonnefoy
Image illustrative de l’article Edwin Bonnefoy
Portrait d'Edwin Bonnefoy vers 1901.
Biographie
Naissance
à Lorgues (France)
Ordination sacerdotale
Décès
à Aix-en-Provence (France)
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le
cardinal Richard de la Vargne
Archevêque d'Aix-en-Provence
(décès)
Évêque de La Rochelle

Ornements extérieurs Evêques.svg
Blason d'Edwin Bonnefoy.svg
« Cum Maria matre Iesu »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

François Joseph Edwin Bonnefoy (né à Lorgues le , mort à Aix-en-Provence le ) est archevêque d'Aix-en-Provence de 1901 à 1920.

Sommaire

BiographieModifier

Formation et premières années d'exerciceModifier

Edwin Bonnefoy naît à Lorgues, dans le Var le . Son premier engagement religieux a lieu chez les Oblats de Marie-Immaculée[1]. Il est ordonné prêtre en 1858 par Eugène de Mazenod[2] qui est alors le supérieur de cet ordre religieux. Il part ensuite pour le séminaire de Fréjus[3].

En 1868, il quitte la Provence pour Paris où il entre dans le clergé[1].

Lors de la Guerre franco-prussienne de 1870, il sert comme vicaire à l'église Saint-Ambroise et aumônier d'ambulance[1]. À l'issue de la Commune de Paris, il reste peu de temps à l'église de Saint-Germain-des-Prés puis se fixe treize ans comme curé de l'église de la Madeleine[1]. Doté de « gouts aristocratiques[1] », il se plaît dans cette église.

En 1890, il devient curé de l'église Saint-Jean-Baptiste de Neuilly-sur-Seine[1].

Évêque de La Rochelle (1892-1901)Modifier

Le , il devient évêque de La Rochelle. Il est préconisé le avant d'être sacré à Notre-Dame de Paris le [1]. Cette étape dans sa vie marque aussi un changement dans ses opinions publiques et politiques. De l'aristocrate parisien s'éveillent des idées démocrates et libérales[1]. Son épiscopat bref dut faire face à de nombreuses difficultés : l'institution diocésaine Notre-Dame-de-Recouvrance fait face à de graves difficultés financières et le petit séminaire de Montlieu est menacé de fermeture. Dans son action, il s'appuie notamment sur Jean-Auguste Eyssautier, supérieur de Recouvrance et futur évêque de La Rochelle.[réf. souhaitée]

Archevêque d'Aix-en-Provence (1901-1920)Modifier

Le , Edwin Bonnefoy devient le nouvel archevêque d'Aix-en-Provence en remplacement de Xavier Gouthe-Soulard. Ne pouvant vivre au palais épiscopal où habitaient jusqu'alors tous les archevêques aixois, il loge dans un hôtel du quartier Saint-Jean[4].

Son épiscopat est marqué par deux grands événements de portée nationale : le séisme du 11 juin 1909 qui provoque la mort de 46 personnes dans la région d'Aix-en-Provence et, cinq ans plus tard, le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Ces tragédies révèlent la personnalité d'un archevêque moins pugnace que ses prédécesseurs et sans doute plus modéré[4].

Peu avant le déclenchement de la Grande Guerre, Edwin Bonnefoy prend des positions politiques, incitant à voter, lors des élections législatives de 1914, pour un candidat favorable à la reprise des relations diplomatiques avec le Vatican[4].

Personnalité de l'archevêqueModifier

Lors de son arrivée à la tête de l'archidiocèse d'Aix-en-Provence, Le Mémorial d'Aix note que l'homme est « un prélat d'une grande distinction d'esprit et de manières ; il excelle dans les sermons de retraite et dans les allocutions plus intimes des grands mariages où, même en dehors de son ressort, il est souvent convié, trouvant, dans ces ministères extra-diocésains, des ressources importantes pour les œuvres diocésaines qui lui sont chères[1]. »

ArmesModifier

D'azur à la croix latine rayonnante d'or, au chef d'argent chargé de trois roses de gueules[5].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h et i « Monseigneur Bonnefoy, archevêque d'Aix », in Le Mémorial d'Aix, n°29-30, 64e année, 14 avril 1901, p. 1.
  2. (en) « Archbishop François-Joseph-Edwin Bonnefoy † », fiche sur catholic-hierarchy.org.
  3. Jean-Rémy Palanque (dir.), Le Diocèse d'Aix-en-Provence, « Histoire des diocèses de France. 3 », éd. Beauchesne, Paris, 1975, p. 224.
  4. a b et c Le Diocèse d'Aix-en-Provence, op. cit., p. 225.
  5. André Cosson, Armorial des cardinaux, archevêques et évêques français actuels, résidentiels et titulaires au 1er janvier 1917, Paris, 1917, H/ Daragon éditeur, 288p. Disponible sur Gallica

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Jean-Rémy Palanque (dir.), Le Diocèse d'Aix-en-Provence, « Histoire des diocèses de France. 3 », éd. Beauchesne, Paris, 1975.
  • Alain Marcel. Lorgues Le Temps Retrouvé. Editions Equinoxe, 2017 (ISBN 978-2-84135-939-4)

Articles connexesModifier

Lien externeModifier