Ouvrir le menu principal

La dysphorie (du grec δύσφορος (dysphoros), de δυσ- : « difficile », et φέρω : « à supporter »), ou humeur dysphorique, généralement labile, désigne une perturbation de l'humeur caractérisée par un sentiment déplaisant et dérangeant d'inconfort émotionnel ou mental, symptôme de la tristesse, de l'anxiété, de l'insatisfaction, de la tension, de l'irritabilité, ou de l'indifférence.

Sommaire

CaractéristiquesModifier

La dysphorie (sémantiquement opposée à l'euphorie) est le trouble émotionnel et mental perçu chez un individu insatisfait ou mécontent, et dans certains cas, le trouble caractérisé par l'indifférence concernant son entourage[1]. Les troubles de l'humeur peuvent induire la dysphorie, souvent avec un risque élevé de suicide, en particulier chez les individus atteints de trouble bipolaire en phase dépressive[1]. Le terme désignant uniquement la condition liée à l'humeur, la dysphorie peut apparaitre en réponse à divers événements de la vie, telles qu'une maladie importante ou un deuil, et plus couramment lors d'une rupture amoureuse. La dysphorie peut être également causée par les substances chimiques des psychotropes, tels que les antipsychotiques typiques et atypiques[2].

Dysphorie de genreModifier

Article détaillé : Dysphorie de genre.

Le terme spécial de « dysphorie du genre » désigne un diagnostic à part attribué par les psychologues et médecins pour décrire les individus significativement malheureux (dysphorie) du genre assigné à la naissance. La cinquième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux utilise le terme de « dysphorie du genre » plutôt que celui de « trouble de l'identité sexuelle ». Le DSM-5 utilise le terme d'« incongruence de genre » pour une meilleure identification et moins de stigmatisation[réf. souhaitée][3].


Trouble dysphorique prémenstruelModifier

Article détaillé : trouble dysphorique prémenstruel.

Le trouble dysphorique prémenstruel (TDPM) est une forme sévère du syndrome prémenstruel (SPM). Ce trouble est associé à la phase lutéale du cycle menstruel tandis que les symptômes disparaissent pendant la phase folliculaire. Les symptômes émotionnels sont généralement présents, et les troubles de l'humeur prennent généralement le dessus[4]. Ces humeurs incluent humeur dépressive, irritabilité et agressivité[5]. Un isolement social n'est pas exclu chez les femmes atteints de TDPM[4]. Les principaux symptômes, n'affectant pas forcément l'individu[6].

Affections liéesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) Abbess, John F, « Glossary of terms in the field of psychiatry and neurology », sur www.abess.com (consulté le 18 novembre 2006).
  2. (en) Neuroleptic (antipsychotic) dysphoria | biopsychiatry.com
  3. (en) Fraser, L., Karasic, D., Meyer, W. et Wylie, K., « Recommendations for Revision of the DSM Diagnosis of Gender Identity Disorder in Adults », International Journal of Transgenderism, vol. 12, no 2,‎ , p. 80–85 (DOI 10.1080/15532739.2010.509202).
  4. a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Steiner
  5. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées dsm
  6. (en) Premenstrual Syndrome: "What is Premenstrual Dysphoric Disorder (PMDD?)"
  7. (en) Gavrin J Chapman CR, « Suffering: the contributions of persistent pain », Lancet, vol. 353, no 9171,‎ , p. 2233–7 (DOI 10.1016/S0140-6736(99)01308-2)
  8. (en) Bonnet MH Rosa RR, « Reported chronic insomnia is independent of poor sleep as measured by electroencephalography », Psychosom Med, vol. 62, no 4,‎ , p. 474–82

Voir aussiModifier