Dumont d'Urville (bâtiment de transport)

bâtiment de transport léger français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir Dumont d'Urville (navire).

Dumont d'Urville
Image illustrative de l’article Dumont d'Urville (bâtiment de transport)
Le Dumont d'Urville plagé à Saint Barthélemy
Type Bâtiment de transport léger
Classe Champlain
Histoire
A servi dans Ensign of France.svg Marine nationale
Chantier naval Rouen
Lancement 27 novembre 1981
Armé 18 septembre 1982
Statut en cours de désarmement[1]
Équipage
Équipage 55 personnes
(dont 4 officiers, 8 officiers mariniers supérieurs et 12 officiers mariniers subalternes, 23 militaires du rang)
Caractéristiques techniques
Longueur 80 mètres
Maître-bau 13 mètres
Tirant d'eau 3,50 mètres
Tirant d'air 27,10 mètres
Déplacement 1 400 tonnes
Port en lourd 400 tonnes max.
Propulsion 2 lignes d'arbres entraînées par 2 moteurs diesels SACM-Wärtsilä UD 33 V l2 M 4
2 hélices à pas variable
Vitesse 14 nœuds, 11 en transit
Caractéristiques militaires
Armement 2 affûts de 20 mm Bofors antiaériens
2 mitrailleuses de 12,7 mm
3 AANF1 7,62 mm
Électronique 1 radar Decca 1226 ou Racal-Decca
Système de transmissions par satellite Inmarsat
Rayon d'action 4 500 milles nautiques à 13 nœuds
Aéronefs plateforme hélicoptère
Carrière
Port d'attache Fort-de-France, Martinique
Indicatif L 9032

Le Dumont d'Urville (L 9032) est un bâtiment de transport léger de classe Champlain français de la Marine nationale affecté aux Forces armées aux Antilles. Il porte le nom du navigateur et explorateur français Jules Dumont d'Urville.

HistoireModifier

 
1983 - Admission au service actif du Batral Dumont d'Urville

Le Dumont d'Urville a été mis sur cale le 15 décembre 1980 aux chantiers de Normandie puis admis au service actif le 5 février 1983. Le Batral est un bâtiment amphibie capable de « plager », c'est-à-dire s'échouer volontairement sur une plage afin de débarquer des troupes, des véhicules ou du fret. Il dispose d'une capacité d'emport totale de 300 tonnes. Il peut en outre transporter une compagnie de 120 personnes et 12 véhicules.

Ce type de bâtiment est avant tout orienté vers le travail interarmées en accueillant notamment du personnel de l'armée de terre. Des exercices communs d'entraînement sont organisés régulièrement avec le 33e régiment d'infanterie de marine basé en Martinique.

Le Dumont d'Urville est basé à Fort-de-France, siège du commandement militaire des Forces armées aux Antilles, de décembre 2010 à juin 2017.

En juin 2017, le navire effectue son dernier voyage pour être désarmé[2]. Après avoir rejoint le port de Brest fin juillet, il est désormais en attente de son démantèlement, dès que son désarmement sera terminé[1].

DrômeModifier

Le Batral Dumont d'Urville dispose également de moyens complémentaires de projection :

  • Deux embarcations pneumatiques de 40 ch.
  • Un LCVP (Landing Craft Vehicle & Personnel).

Historique des déploiementsModifier

  • Expédition Vanikoro en octobre 2008 (sur les traces de La Pérouse) lorsque le bâtiment était affecté à Papeete.
  • En Haïti (2011, 2012, 2013) ;
  • Exercice français interarmées CARAIBES (2011, 2013) ;
  • Exercice multinational et interarmées DUNAS (2012, 2013) en partenariat avec la République dominicaine.

Le Dumont d'Urville effectue également de nombreuses patrouilles dans tout l'arc antillais allant d'Haïti au Venezuela. Lors de ces périodes à la mer, le bâtiment reconnait de nouveaux sites de débarquement dans les différents pays en collaboration avec les autorités locales[3].

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes, sources et référencesModifier