Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Champlain.

Classe Champlain
Image illustrative de l’article Classe Champlain
Le Francis Garnier en septembre 1998.
Bâtiment de Transport Léger
Caractéristiques techniques
Type Landing Ship Tank
Longueur 262 pieds (79,9 m)
Maître-bau 43 pieds (13,1 m)
Déplacement 770 t (lège) ; 1 330 t (lourd)
Propulsion 2 moteurs Diesel SACM Wärtsilä UD 33 V12 M4
Puissance 3 600 ch (2 700 kW
Vitesse 16 nœuds (29,6 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 2 canons de 20 ou de 40 mm, 2 mitrailleuses de 12,7 mm
Aéronefs Une plateforme héliportée
Rayon d’action 4 500 milles marins (8 334 km) à 13 nœuds (24,1 km/h)
Autres caractéristiques
Électronique 1 radar de navigation
Équipage 3 officiers et 41 hommes d'équipage
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale

Naval Jack of Chile.svg Marine chilienne
Marine de la Côte d'Ivoire
Marine gabonaise
Marine marocaine

Navires construits 13
Navires en activité 9
Navires désarmés 4

Le BÂtiment de TRAnsport Léger (acronyme BATRAL) Classe Champlain est une classe de bâtiment de débarquement de taille moyenne, de conception française, et en service dans la Marine nationale de 1974 à 2017 (5 unités construites) et les marines du Chili (2 unités), de la Côte d'Ivoire (1 unité), du Gabon (1 unité) et du Maroc (3 unités).

CaractéristiquesModifier

 
Le Dumont d'Urville sur une plage à Saint Barthélémy en 2012.

Dans la terminologie OTAN, il s'agit d'un LST ; l'indicatif visuel est un "L" suivi de 4 chiffres.

Le BATRAL est un bâtiment conçu pour le transport de troupe motorisée. Il avait été initialement dimensionné pour le déploiement d’une compagnie « Guépard » de l’armée de terre française, soit 130 hommes et 12 véhicules, y compris des blindés légers de 10 tonnes maximum.

Il est à fond plat ce qui lui permet de s'échouer sur une plage (plageage) ou un slip (rampe en béton servant à la mise à l'eau de bateaux), il ouvre ensuite ses portes d'étrave et à l'aide d'une rampe de débarquement permet aux hommes et aux véhicules de débarquer (ou d'embarquer). Puissant et manoeuvrant.

Il dispose d'un mât de charge (les deux premiers) ou d'une grue (les suivants) lui permettant d'embarquer rapidement depuis un quai du matériel lourd, ainsi que d'une plate-forme pour hélicoptère mais sans hangar. Le tonnage réel mesuré est sensiblement supérieur aux 770 tonnes lège annoncées, supérieur à 1200 tonnes (mesures sur dock flottant).

Pour les opérations de plageage, il dispose d'une ligne de mouillage à l'arrière (ancre de détroit) pour s'embosser, lui permettant ainsi de conserver sa position perpendiculaire à la plage, puis de se déséchouer après avoir déballasté.

Le transit par BATRAL, à charge maximum, avec un minimum de mer formée, ne doit pas excéder quelques jours pour ne pas handicaper sensiblement la capacité opérationnelle des unités transportées[1].

La Marine nationale prévoit de les remplacer avec les bâtiments multi-missions - B2M.

Liste des navires de cette classeModifier

Navires de la classe BATRAL de la Marine nationale françaiseModifier

Nom No  Mise sur cales Mise à l'eau Mise en service Désarmée Base navale Destination
Champlain L9030 Fort-de-France Coulé comme cible le 26 octobre 2004.
Francis Garnier L9031 Fort-de-France En attente à Brest (2011-2017) ;
Démantelé à Gand en 2017.
Dumont d'Urville L9032 juillet 2017[2] Fort-de-France En attente de démantèlement à Brest depuis 2017.
Jacques Cartier L9033 Nouméa En attente à Brest (2013-2016) ;
Démantelé à Gand en 2016.
La Grandière L9034 Le Port En attente à Brest (2016-2018) ;
Brise-lames à Lanvéoc-Poulmic depuis novembre 2018.

Dans la Marine nationale, ces bâtiments ont été déployés dans les DOM-TOM, où leur mission principale était le soutien amphibie aux troupes pré-positionnées et le transport logistique.

Le La Grandière était prévu initialement pour l'Indonésie. Les trois derniers BATRAL, Dumont d'Urville, Jacques Cartier et La Grandière ont été construits par les chantiers du Grand-Quévilly et sont différents des deux premiers car leurs portes d'étrave ont une ouverture supérieure améliorant les capacités de plageage, ils disposent d'un pont supplémentaire au niveau des logements supérieurs avec des aménagements plus confortables, et d'une grue à la place d'un mât de charge.

Marine du ChiliModifier

Article connexe : Armada de Chile.
  • Rancagua (R92)
  • Chacabuco (R95)
  • Maipo (R91),1981-1998 (Décomptabilisé et vendu)

Marine de la Côte d'IvoireModifier

  • L’Éléphant

Marine du GabonModifier

Article connexe : Marine nationale (Gabon).
  • President el Hadj Omar Bongo (L05)

Marine du MarocModifier

Article connexe : Marine royale (Maroc).
  • Daoud Ben Aicha (402)
  • Ahmed Es Skali (403)
  • Abou Abdallah El Ayachi (404)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier