Ouvrir le menu principal
Drapeau LGBT lors d'une marche des fiertés au Cap (2014).
Mariage en 2007.

Les droits LGBT en Afrique du Sud sont les plus avancés du continent africain[1], qui est l'une des zones géographiques les plus homophobes du monde[2] (en 2014, 38 des 55 pays africains condamnent encore pénalement, sous une forme ou une autre, les pratiques homosexuelles[1]).

Après l'arrêt Ministère de l'Intérieur v. Fourie, l'Afrique du Sud légalise le mariage homosexuel en 2006[3].

Desmond Tutu, ancienne haute figure religieuse co-lauréat du Prix Nobel de la paix, a publiquement déclaré sa ferme opposition à l'homophobie[4], comparant les législations homophobes de l'Ouganda avec le processus raciste de l'apartheid sud-africain[1].

Toutefois, les agressions homophobes y sont fréquentes : entre juin et novembre 2012, deux homosexuels et cinq lesbiennes ont été tués dans le pays[5].

RéférencesModifier

  1. a b et c (en) « South Africa Progressive on LGBT Rights but Gays Still Battle for Social Reform », sur International Business Times UK, (consulté le 20 janvier 2019)
  2. (en) David Smith, « Why Africa is a hotbed of homophobia », The Observer,‎ (ISSN 0029-7712, lire en ligne, consulté le 20 janvier 2019)
  3. (en) « South Africa to legalize gay marriage », sur msnbc.com, (consulté le 20 janvier 2019)
  4. (en) « Tutu won't worship 'homophobic God' », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 20 janvier 2019)
  5. Raoul Mbog, « Les pays africains qu'il vaut mieux éviter si vous êtes gay », sur Slate Afrique, (consulté le 20 janvier 2019)