Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Favier.

Denis Favier, né le à Lons-le-Saunier, est un général français de la Gendarmerie nationale, qui a commandé à deux reprises le GIGN. Le 10 avril 2013, en Conseil des ministres, il est élevé aux rang et appellation de général d'armée et est nommé directeur général de la Gendarmerie nationale. Il quitte ses fonctions le et est remplacé par le général d'armée Richard Lizurey.

Officier général francais 5 etoiles.svg Denis Favier
Image illustrative de l'article Denis Favier

Naissance (58 ans)
Lons-le-Saunier, Jura (France)
Origine Drapeau de la France France
Arme Gendarmerie nationale
Grade Général d'armée
Années de service 1979-2016
Conflits Vol AF 8969
Acte de piraterie contre le Ponant
Assaut de Dammartin-en-Goële
Commandement GIGN (1992-1997) puis (2007-2011)
Directeur général de la Gendarmerie nationale (-)
Faits d'armes Prise d'otages du vol 8969 Air France
Distinctions Grand officier de l'ordre national de la Légion d'honneur
Croix de la Valeur militaire avec citation à l'ordre de l'Armée et du régiment
Médaille de la Gendarmerie nationale
Médaille d’honneur pour acte de courage et de dévouement or et argent de 1re classe

Denis Favier quitte la Gendarmerie pour occuper le poste de chef de la sûreté de Total[1],[2].

Sommaire

BiographieModifier

Lycéen au collège militaire d'Autun de 1975 à 1978, puis au lycée militaire d'Aix-en-Provence de 1978 à 1981, il intègre l'école spéciale militaire de Saint-Cyr en 1981, promotion de la Grande Armée. À sa sortie en 1983, il choisit la Gendarmerie et intègre l'École des officiers de la Gendarmerie nationale.

Il est ensuite affecté comme lieutenant à l'escadron de gendarmerie mobile 8/17 de Baccarat[3]. Il retourne ensuite à Coëtquidan comme instructeur, puis prend en 1990 le commandement de la compagnie de gendarmerie départementale de Saint-Gaudens. En 1992, il prend le commandement du GIGN. Le 26 décembre 1994, il conduit la libération des otages du vol AF 8969 sur l'aéroport de Marseille-Marignane.

En 1997, il suit les cours du Collège interarmées de Défense[4]. À l'été 2000, après deux affectations en administration centrale, devenu lieutenant-colonel, il prend le commandement du groupement de gendarmerie départementale de la Haute-Savoie jusqu'en juillet 2003. Durant cette période, de 2002 à 2003, il contribue notamment, dans le ressort de la zone de compétence de la Gendarmerie, à la sécurité du sommet du G8 à Évian-les-Bains.

En août 2007, après deux affectations au sein du service des ressources humaines de la direction générale, il prend le commandement du Groupement de sécurité et d'intervention de la Gendarmerie nationale (GSIGN) et conduit la restructuration de l'unité pour la transformer en une force mieux intégrée, capable notamment de contrer les menaces issues du terrorisme de masse. Cette importante réforme consiste en fait à rebaptiser le GSIGN en lui attribuant l'appellation de GIGN le 1er septembre 2007 tout en renforçant ses capacités de commandement, de planification et de formation et en créant des synergies nouvelles entre ses composantes. La nouvelle unité incorpore en son sein l'ancien GIGN (rebaptisé Force d'intervention), ainsi que les anciennes composantes du GSIGN (l'EPIGN, le détachement gendarmerie du GSPR et le GISA) qui perdent elles aussi leurs appellations d'origine pour devenir des « forces » - ou des composantes de forces - au sein du nouveau GIGN.

En avril 2008, il participe à l'opération Thalathine, qui vise à libérer les otages du voilier Le Ponant, retenus par des pirates somaliens. Au cours de cette mission, il est « tarponné[5] » afin de rejoindre les navires de la Marine nationale.

Le , il est nommé général de brigade, devenant ainsi le plus haut gradé ayant commandé cette unité[6].

Promu général de division à compter du [7], il est élevé aux rang et appellation de général de corps d’armée le .

Il commande la région de gendarmerie d'Île-de-France et la gendarmerie pour la zone de défense et de sécurité de Paris du au [8], date à laquelle il est nommé « conseiller gendarmerie » auprès du ministre de l'Intérieur Manuel Valls[9].

Élevé aux rang et appellation de général d'armée par un décret du , il est simultanément nommé directeur général de la Gendarmerie nationale[10]. Il est directeur général de la Gendarmerie nationale lors de l'opération de rétablissement de l'ordre à Sivens, qui a entrainé la mort de Rémi Fraisse, en octobre 2014.

Le , il prend personnellement la tête de l'opération qui conduit à la neutralisation des frères Kouachi, auteurs présumés de l'attentat contre Charlie Hebdo deux jours plus tôt, à la suite d’une prise d'otages dans une entreprise de Dammartin-en-Goële, près de Roissy-en-France.

Il annonce en juin 2016 qu'il quitte son poste de directeur général de la gendarmerie nationale au pour rejoindre la société Total en tant que directeur de la sûreté du groupe[1]. Il poursuit un internaute en diffamation pour avoir critiqué cette nomination[11].

Vie privéeModifier

Il est marié et père de quatre enfants.

DécorationsModifier

     
     
     
   

IntituléModifier

FilmographieModifier

L'Assaut retraçant l'assaut du GIGN lors de la prise d'otages du vol 8969 d'Air France sur l'aéroport de Marseille Provence, avec Grégori Derangère qui y interprète le rôle du commandant Favier.

SourceModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Le patron de la gendarmerie, Denis Favier, rejoint Total », sur lemonde.fr, (consulté le 1er septembre 2016)
  2. « Total débauche le patron de la gendarmerie Denis Favier », sur latribune.fr, (consulté le 1er septembre 2016)
  3. Escadron 16/7 suivant le système de numérotation actuelle - adopté en 1991.
  4. Rebaptisé « École de guerre » depuis 2010.
  5. C’est-à-dire, parachuté en pleine mer.
  6. Les officiers qui lui ont succédé à ce poste ont également été promus à ce grade pendant leur temps de commandement.
  7. Par décret du publié au Journal officiel du 3 octobre.
  8. Passation de commandement du GIGN.
  9. Denis Favier, nouveau patron des gendarmes français.
  10. Décret du 11 avril 2013 portant nomination du directeur général de la gendarmerie nationale - M. FAVIER (Denis), Journal officiel du 12 avril 2013.
  11. « Mort de Rémi Fraisse : l’ancien chef des gendarmes poursuit un internaute pour diffamation », Reporterre, le quotidien de l 'écologie,‎ (lire en ligne)
  12. Décret du 25 juin 2015 portant élévation
  13. « Présidence du Sénégal »
  14. « Présidence de la République italienne »