De Kaboul à Samarcande : Les archéologues en Asie centrale

ouvrage de Svetlana Gorshenina et de Claude Rapin, dans la collection « Découvertes Gallimard / Archéologie » (nº 411)

De Kaboul à Samarcande
Les archéologues en Asie centrale
Auteur Svetlana Gorshenina
Claude Rapin
Pays Drapeau de la France France
Genre Monographie documentaire
Éditeur Éditions Gallimard
Collection Découvertes Gallimard (no 411)
Lieu de parution Paris
Date de parution
Type de média Livre
Couverture André Godard, « statue trouvée à Hadda (monastère de Tapa Kalan) » ©, photographie, vers 1923.
Nombre de pages 160
ISBN 978-2-0707-6166-1
Série Archéologie
Chronologie

De Kaboul à Samarcande : Les archéologues en Asie centrale est une monographie illustrée sur l’archéologie et l’histoire de l’Asie centrale, co-écrite par l’historienne Svetlana Gorshenina (en) et l’archéologue Claude Rapin (en), et parue chez Gallimard en 2001. Cet ouvrage est le 411e titre dans la collection « Découvertes Gallimard »[1].

Introduction et résuméModifier

 
Chapiteau corinthien d’Aï Khanoum. Une photo archéologique d’un tel chapiteau, plus élaboré, reproduite sur la quatrième de couverture.

Cet ouvrage en format poche (125 × 178 mm), fait partie de la série Archéologie dans la collection « Découvertes Gallimard », il est bourré de cartes comme l’itinéraire d’Alexandre le Grand et l’Asie centrale par rapport aux pays d’aujourd’hui, et de nombreuses illustrations (près de 180 documents, en grande partie rares ou inédits). Selon la tradition des « Découvertes », cette collection repose sur une abondante documentation iconographique et une manière de faire dialoguer l’iconographie documentaire et le texte, enrichie par une impression sur papier couché ; en d’autres termes, « de véritables monographies, éditées comme des livres d’art »[2]. C’est presque comme un « roman graphique », rempli de planches en couleurs.

Depuis l’Antiquité, l’Asie centrale, cette terra incognita suscita un grand intérêt auprès de voyageurs éclairés, nourris de récits d’historiens grecs et romains, relatifs, en particulier, aux conquêtes d’Alexandre le Grand au « pays de Gog et Magog ». Le mythe d’Alexandre cèdera la place, beaucoup plus tard, au XIXe siècle, à un orientalisme teinté d’exotisme et de romantisme. Ici les auteurs retracent l’histoire ancienne et récente de l’Asie centrale préislamique, et relatent deux siècles de fouilles archéologiques occidentales dans cette région multiculturelle[3],[4] ; les premiers voyageurs, les archéologues ont dévoilé les cités préislamiques qui, de l’âge du bronze au VIIIe siècle[5]. Après une brève introduction sur principalement l’occupation russe de l’Asie centrale remontant à l’époque tsariste, il semble que des découvertes d’Asie centrale se retrouvent non seulement à l’Ermitage de Saint-Pétersbourg et ses musées subsidiaires, mais aussi dans les musées nouvellement créés à Samarcande, Tachkent, Ferghana et Achgabat, ainsi que dans d’innombrables collections privées.

Les Français qui ont fouillé en Afghanistan ont été autorisés à conserver la moitié de leurs découvertes qui ont finalement été transférées au musée Guimet à Paris, mais les musées orientaux de Rome et de Turin ont eu leur part avec des parties des reliefs du Gandhara découverts dans la région de Swat. Curieusement, à l’exception des musées de Berne, Copenhague, Berlin, Helsinki et Stuttgart, la plupart des collections des musées d’Europe occidentale ont disparu, à moins qu’elles ne résident dans un coin perdu de leurs sous-sols. Aï Khanoum (Alexandrie de l’Oxus), autrefois la capitale de la Bactriane orientale au confluent du fleuve Amou-Daria (anciennement Oxus) et de la rivière Kokcha, qui a révélé à quoi ressemblait une ville grecque dans cette partie du monde, établissant la relation entre les Grecs et les nomades. Le rôle des parthes philhelléniques est également mis en évidence.

Les manchettes ont été faits avec la découverte du trésor de l’Oxus, composé d’objets en or et en bronze comme des statues, des vases, des bracelets, des colliers, des bagues, des pierres précieuses, des plaques votives avec des prêtres zoroastriens, des bienfaiteurs et des animaux sacrés. Une autre découverte exceptionnelle a été le temple hellénistique de Takht-I-Sangin avec quelque 800 000 artefacts provenant de son trésor.

L’ouvrage consacre également un chapitre à la religion, à partir du gréco-bouddhisme au début de l’Empire kouchan (y compris une carte maniable) dans les premiers siècles après Jésus-Christ avec des villes comme Hadda, Tapa Sardar, Bâmiyân, Bactres, Dilberdjin, Dalverzine-tépé, Shahr-i Sabz, Aïrtam, Adjina-tépé (en), Kara-tépé (en) et Fayaz-tépé (en), près de Termez, et Balalyk-tépé (en), aussi la diffusion du christianisme nestorien et du manichéisme iranien. Les choses changent radicalement avec l’arrivée de l’islam avec un haut niveau de renouveau culturel et économique.

ContenuModifier

Le corpusModifier

  • Ouverture (p. 1–9, une succession d’illustrations pleine page, de statues montrant « la variété des physionomies, kaléidoscope des civilisations »)
  • Chapitre 1 : « Vers le pays de Gog et Magog » (p. 13–25)
  • Chapitre 2 : « Les précurseurs de l’archéologie moderne » (p. 27–49)
  • Chapitre 3 : « L’Asie centrale entre soviétiques et occidentaux » (p. 51–67)
  • Chapitre 4 : « Des premières civilisations à l’époque hellénistique » (p. 69–91)
  • Chapitre 5 : « Des Kouchans à l’Islam » (p. 93–113)
  • Chapitre 6 : « L’espace scientifique sans frontières » (p. 115–127)

Témoignages et documentsModifier

  • Témoignages et documents (p. 129–147)
    • Impressions de pionniers (p. 130–133)
    • Les démarches de l’archéologie (p. 134–137)
    • Politisation des approches (p. 138–139)
    • Origines grecques ou indigènes ? (p. 140–143)
    • Les disciplines associées à l’archéologie (p. 144–145)
    • Iconoclasmes d’hier et d’aujourd’hui (p. 146–147)
  • Chronologie (p. 148–151)
  • Bibliographie (p. 151)
  • Table des illustrations (p. 152–156)
  • Index (p. 156–159)
  • Crédits photographiques/Remerciements (p. 159)

AccueilModifier

Le site Babelio confère au livre une note moyenne de 3,36 sur 5, sur la base de 7 notes[6]. Sur le site Goodreads, le livre obtient une moyenne de 3,50/5 basée sur 6 notes[7], indiquant des « avis généralement positifs ».

Dans la revue Abstracta Iranica (no 25), l’historien français Étienne de La Vaissière pense que « il est heureux que l’archéologie centre-asiatique, dans sa double dimension soviétique et française, puisse toucher le grand public : c’est le cas avec cet ouvrage abondamment illustré qui retrace tout d’abord les origines de l’intérêt pour l’Asie centrale au XIXe siècle, puis la structuration des missions françaises et soviétiques, avec leurs différences de méthode, présente un panorama chronologique des résultats jusqu’à l’arrivée de l’Islam et conclut sur les développements récents de la recherche internationale en Asie centrale[8]. »

L’historien français Maurice Sartre écrit dans la revue L’Histoire (no 261) : « Notion vague et extensive, l’Asie ‹ centrale › n’en possède pas moins une originalité historique qu’un siècle et demi de recherches archéologiques a lentement fait émerger. On est loin d’y voir encore parfaitement clair, mais un petit livre richement illustré permet de mesurer l’ampleur des progrès accomplis ainsi que l’importance des enjeux historiques et, au-delà, politiques de l’archéologie en Asie centrale[9]. »

Édition internationaleModifier

Titre Traduction littérale Langue Pays Collection (numéro dans la collection) Éditeur Traducteur Année de première parution ISBN
De Kaboul à Samarcande : Les archéologues en Asie centrale Français de France France Découvertes Gallimard (no 411) Éditions Gallimard 2001 (ISBN 9782070761661)
Kâbil’den Semerkand’a: Arkeologlar Orta Asya’da « De Kaboul à Samarcande : Les archéologues en Asie centrale » Turc Turquie Genel Kültür Dizisi (sans numéro) Yapı Kredi Yayınları Saadet Özen 2006 (ISBN 9789750810954)

RéférencesModifier

  1. « De Kaboul à Samarcande : Les archéologues en Asie centrale — Collection Découvertes Gallimard (n° 411), Série Archéologie », sur gallimard.fr, (consulté le ).
  2. Daniel Garcia, « L’invention des Découvertes », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  3. Souad Hali, « Svetlana Gorshenina, Claude Rapin, De Kaboul à Samarcande, les archéologues en Asie Centrale », sur parutions.com, (consulté le ).
  4. Lisbeth Koutchoumoff, « Quand l’Afghanistan était une province grecque, radieuse et florissante », sur letemps.ch, (consulté le ).
  5. « De Kaboul à Samarcande : les archéologues en Asie centrale par Svetlana Gorshenina, Claude Rapin », sur bibliomonde.com (consulté le ).
  6. « De Kaboul à Samarcande. Les rchéologues en Asie centrale », sur babelio.com (consulté le ).
  7. (en) « De Kaboul à Samarcande : Les archéologues en Asie centrale », sur goodreads.com (consulté le ).
  8. Étienne de La Vaissière, « Les archéologues en Asie centrale. (Découvertes Gallimard, 411), Paris, Gallimard, 2001, 158 p. », Abstracta Iranica, Paris et Téhéran, Éditions de l’IFRI et CNRS, no 25,‎ (e-ISSN 1961-960X, lire en ligne, consulté le ).
  9. Maurice Sartre, « Afghanistan : le monde perdu des archéologues », L’Histoire, Paris, Société d’éditions scientifiques, no 261,‎ (ISSN 0182-2411, lire en ligne, consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier