Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morley.
Daniel de Morley
Biographie
Naissance
Décès
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Mouvement
École de traducteurs de Tolède (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Maître

Daniel de Morley, Merlai, Merlac ou Marlach (v.1140 - v.1210), est un philosophe anglais connu pour avoir écrit un traité d’astronomie et de philosophie naturelle en deux livres qu’on retrouve sous les titres de Philosophia Magistri Danielis de Merlac ou de Liber de naturis inferiorum et superiorum.

Après ses études en Angleterre, il séjourne brièvement à Paris puis se rend à Tolède où il devient l’élève du traducteur Gérard de Crémone. Il revient éventuellement en Angleterre en rapportant plusieurs livres. En chemin, il rencontre John d’Oxford, évêque de Norwich, son père spirituel. Ce dernier le questionne avec intérêt sur ce qu’il a appris à Tolède et en particulier sur l’astrologie. Incapable de répondre immédiatement à toutes ces questions, il décide d’écrire un ouvrage à son intention. À la fin du XIIe siècle, Daniel de Morley est prêtre d’une simple église de campagne à Flitcham et fait partie de la regis curia, le Conseil du roi en matières juridiques.

La vie et l’œuvre de Daniel de Morley s’inscrivent dans le phénomène culturel que plusieurs appellent la Renaissance du XIIe siècle. Cette époque se caractérise par la multiplication des écoles urbaines qui conduiront à la création des universités, par un intérêt renouvelé pour les textes classiques et par une nouvelle attitude intellectuelle qui donne préséance au raisonnement plutôt qu’à l’autorité des auteurs. Certains érudits comme Daniel de Morley s’intéressent de plus en plus aux disciplines scientifiques comme l’astronomie qui ont été négligées en Europe occidentale. Ce phénomène de renaissance est accompagné et renforcé par la découverte de la culture islamique qui en plus de ses richesses donne accès aux œuvres oubliées des anciens philosophes grecs. La Sicile et la ville de Tolède sont les principaux centres intellectuels où les textes arabes et grecs sont étudiés et traduits en latin.

L’ouvrage de Daniel a survécu dans quelques manuscrits dont le plus étudié est Arundel MS 377 de la British Library. Des transcriptions complètes du texte original en latin ont été publiées, mais n’ont pas été traduites. L’étude philologique de ces transcriptions a notamment permis aux historiens d’identifier les principales sources du savoir de Daniel de Morley et d’émettre des hypothèses quant à l’identification des livres ramenés en Angleterre par Daniel.

Daniel de Morley fut l’un des principaux instigateurs de l'introduction du savoir gréco-arabe en Angleterre XIIe siècle. Avec quelques-uns de ses contemporains comme Gérard de Crémone, Roger de Hereford, Robert de Chester ou Alfred de Sareshel, il poursuivit les efforts d’Adélard de Bath pour le développement des sciences en Europe. Il a peut-être aussi contribué directement à la diffusion du savoir islamique et grec par les livres qu’il a rapportés de Tolède puisque plusieurs de ses présumées sources se retrouvent aussi à Oxford quelques années après son retour, lors des premiers moments de l’université d'Oxford.

Sa vieModifier

Comme le suggère son nom, Daniel est probablement originaire de Morley dans le Norfolk. Presque tout ce qu’on connait sur sa vie est tiré directement de la préface et de l’analyse philologique d’un traité d’astronomie et de philosophie naturelle qu’il a écrit vers la fin du XIIe siècle. Ce traité intitulé Philosophia Magistri Danielis de Merlac ou de Liber de naturis inferiorum et superiorum nous est parvenu à l’intérieur de quelques manuscrits produits de son vivant ou peu après son décès[1].

Daniel serait né vers 1140 et aurait reçu son éducation à Hereford et Oxford[2]. Dans la préface de son traité[3],[4], il retrace son itinéraire intellectuel qui commence par un séjour d’étude à Paris vers les années 1160 ou 1170[5],[6]. Il est vite dégouté par l’ignorance et par l’attitude pédante des clercs. Il est également déçu par la prépondérance de l’étude du droit dans leurs écoles[7],[8],[9]. Il entend alors que la doctrine des Arabes, presque entièrement dédiée aux sciences du quadrivium, est très étudiée et enseignée à Tolède. Il décide donc de s’y rendre au plus vite afin de pouvoir « entendre les philosophes les plus sages du monde »[10].

Daniel s’installe ainsi à Tolède et devient un élève immédiat de Gérard de Crémone[11]. Leurs échanges intellectuels sont directement attestés dans l’ouvrage de Daniel par la référence à un débat animé à propos de l’influence des étoiles sur les affaires humaines[12]. On ne connait pas la durée de son séjour à Tolède, mais il est reparti avant 1184 selon la trace d’une dette qu’il aurait contractée en Angleterre avant cette date[13].

Il écrit être revenu en Angleterre à la demande de ses amis en rapportant une « multitude de précieux livres ». Sa première réaction en est une de déception en constatant que les arts libéraux se limitent chez lui comme à Paris aux sciences du droit, et qu’Aristote et Platon sont tombés dans l’oubli. Mais il apprend que ce n’est pas le cas à Northampton et décide de s’y rendre, craignant sinon de devenir l’unique Grec parmi les Romains[10].

En route vers Northampton, il rencontre John d’Oxford, évêque de Norwich, qu’il nous présente comme son seigneur et son père spirituel. Ce dernier l’accueille chaleureusement et se montre très intéressé par les connaissances acquises à Tolède. La dernière question de John sur le mouvement des astres les amène à parler de l’astrologie. John mentionne alors que « certaines choses sur cette terre semblent être subordonnées à leurs supérieurs, comme sous un lien de réalité »[10]. N’ayant pas le temps de répondre à toutes les questions de John, Daniel décide d’écrire à son intention un ouvrage en deux livres; le premier portera sur la partie inférieure de l’univers, soit le monde terrestre, et le second sur la partie supérieure, c’est-à-dire le monde des astres[10].

Rien n’indique dans la préface ou ailleurs que Daniel se soit rendu à Northampton. Mais il est fort possible qu’il soit passé par Oxford qui se trouve sur le chemin. Deux faits militent d’ailleurs en faveur de cette hypothèse. D’une part, on sait que John a résidé à Oxford au moins deux fois pendant qu’il était évêque de Norwich. D’autre part, on sait que certains des manuscrits qui font partie des sources les plus importantes de Daniel, et qui par conséquent font peut-être partie des livres qu’il a ramenés de Tolède, étaient connus à Oxford à cette époque qui correspond à celle des débuts de l’université[14].

Quelques informations additionnelles sur la vie de Daniel de Morley proviennent d’autres sources historiques[13]. En 1198, il apparait dans une liste de membres de la curia regis c’est-à-dire du conseil du roi en matière législative[15]. L’année suivante, il y est inscrit avec la mention indiquant qu’il est prêtre à Flitcham, dans le Norfolk. On trouve aussi sa trace en 1205 alors qu’il occupe la même fonction ecclésiastique au même endroit[13]. On ne connait pas la date de son décès.

Contexte historiqueModifier

La vie et l’œuvre de Daniel de Morley s’inscrivent dans le phénomène culturel et intellectuel que certains historiens appellent la Renaissance du XIIe siècle. Cette idée de renaissance est née au XIXe siècle et a été popularisée par un ouvrage de Charles Homer Haskins publié en 1927[16]. Du point de vue culturel, le XIIe siècle se caractérise par la multiplication des écoles urbaines[17], par une redécouverte ou un intérêt renouvelé pour les textes latins classiques, et surtout par la découverte des œuvres classiques des anciens philosophes grecs et de la culture islamique. À la fin du siècle, naîtront aussi les premières universités à Bologne, Paris et Oxford.

La multiplication des écoles s’accompagne de nouvelles méthodes d’étude basées sur une utilisation accrue de la dialectique, l’un des 7 arts libéraux qui avec la grammaire et la rhétorique constituent le trivium. Les intellectuels sont amenés à développer une nouvelle attitude dans l’étude des textes qui donne la préséance à la raison plutôt qu’à l’autorité de l’auteur. Ce sera un premier pas vers le développement d’une pensée véritablement originale. Cette attitude est sûrement renforcée par le contact avec la culture islamique. Dans Quaestiones Natural, par exemple, Adélard de Bath associe l’autorité à un licou qui permet aux auteurs de nous diriger comme des bêtes, et écrit avoir appris des Arabes qu’il vaut mieux se laisser diriger par la raison[18].

En même temps, l’intérêt s’accroit pour les quatre disciplines des arts libéraux qui forment le quadrivium, soit l’arithmétique, la géométrie, l’astronomie et la musique. Ces disciplines qui forment la base de ce qu’on appelle aujourd’hui les sciences continuent cependant d’être passablement négligées par la plupart des intellectuels européens. L’historien André Vauchez écrit par exemple que « seuls quelques esprits curieux comme les Anglais Adélard de Bath ou Daniel de Morley manifestèrent un intérêt particulier pour les sciences »[19]. Daniel n’est pas le seul à suivre les traces d’Adélard de Bath. On peut ajouter Gérard de Crémone, Roger de Hereford, Robert de Chester ou Alfred de Sareshel, par exemple, mais il est un des premiers[20]. Encore ici, le contact avec la culture islamique y est pour beaucoup puisque les Arabes cultivaient ce genre de savoir, comme Daniel le reconnait dans sa préface, et que c’est précisément par l’étude de leurs ouvrages que toutes ces personnes se sont initiées aux sciences.

Au XIIe siècle, la Sicile et la ville de Tolède sont les principaux lieux d’origine de la diffusion de la culture islamique et de celle des anciens Grecs. Dans la seconde moitié du XIIe siècle, Tolède est déjà célèbre, comme en témoigne la préface de Daniel, comme un centre intellectuel de tout premier ordre et le principal centre de traduction d’ouvrages arabes en latin[21]. Les chrétiens ont repris la ville aux musulmans en 1085, soit presque 100 ans auparavant, mais l’arabe continue d’être compris et parlé par plusieurs chrétiens, notamment par ceux qu’on appelle Mozarabes. L’un des traducteurs les plus prolifiques à Tolède est Gérard de Crémone. Il a en effet traduit plus de 70 œuvres dans diverses disciplines comme les mathématiques, la médecine, la philosophie[22]. Il a notamment traduit de l’arabe l’Almageste de Ptolémée et plusieurs œuvres d’Aristote. Ces textes d’Aristote sur les sciences naturelles et la médecine sont alors nouveaux dans le monde latin[23]. Les intellectuels sont attirés à Tolède pour l’accès non seulement aux œuvres des Arabes, mais aussi à ceux des auteurs grecs qui ont été traduits en arabe. Les Anglais comme Daniel de Morley y sont d’ailleurs particulièrement bien accueillis depuis le mariage en 1170 d’Aliénor d'Angleterre, la fille d’Henri II et d’Aliénor d'Aquitaine, avec Alphonse VIII, le roi de Castille et de Tolède.

Son œuvreModifier

ManuscritsModifier

L’ouvrage de Daniel a survécu et nous est parvenu dans son entier à l’intérieur de quelques manuscrits. Parmi eux, le manuscrit Arundel MS 377 est celui qui a été le plus utilisé pour l’étude des Principia. Les manuscrits Arundel sont au nombre de 550 et ont été produits entre environ 1100 et 1640. Ils font partie d’une collection rassemblée au XVIIe siècle par Thomas Howard, deuxième comte d’Arundel[24]. Ils ont depuis été acquis par le British Museum et appartiennent maintenant à la British Library.

Le manuscrit Arundel MS 377, qu’on peut consulter en ligne[25], contient le traité de Daniel de Morley. Il a été produit entre le dernier quart du XIIe siècle et le premier quart du XIIIe siècle et provient d’Ely, une petite ville près de Cambridge. Il comporte 146 feuillets recto verso et le traité de Daniel, long de 32 pages, se trouve entre les feuillets 88 recto et 103 verso. Il est intitulé Philosophia magistri Danielis de Merlai ad Johannem Norwicensem episcopum[26]. Les manuscrits du Moyen Âge contiennent souvent plus qu’une œuvre. Dans celui-ci, on trouve des textes astrologiques, un calendrier des saints, ainsi que les traités suivants :

Le manuscrit Berlin, Latin, Quarto 387, 51 f est aussi une source importante pour l’étude du traité de Daniel puisqu’il a été utilisé pour préciser certaines parties du contenu du manuscrit Arundel[27]. Il date du XIIe siècle et la présence de nombreuses notes de copistes indique qu’il n’a pas été écrit directement par Daniel ni copié à partir de l’original. Son existence suggère de plus que le traité de Daniel a connu à l’origine une rapide diffusion[28].

Il existe aussi une autre version, soit le manuscrit Corpus Christi College MS 95 d’Oxford dans lequel le traité de Daniel est faussement attribué à Guillaume de Conches[28]. Des fragments ont par ailleurs été recopiés dans d’autres manuscrits. On trouve par exemple des extraits dans un cahier de notes de Brian Twyne, un antiquaire d’Oxford du XVIIe siècle[29].

TranscriptionsModifier

Le traité de Daniel est mentionné dans la littérature scientifique moderne dès 1838 dans un ouvrage de Charles Jourdain sur la philosophie naturelle au XIIe siècle[28]. Mais c’est à partir du moment où des transcriptions ont été publiées que les études du document se font plus nombreuses. Une transcription partielle a d’abord été publiée en 1874[30] puis une complète en 1918[31]. Cette transcription était basée sur le Manuscrit Arundel, mais dès l’année suivante, des précisions et corrections basées sur le manuscrit de Berlin ont été publiées dans la même revue[32]. Plus récemment, une nouvelle transcription a fait l’objet d’une publication dans laquelle l’auteur découpe le texte en paragraphes et insère des titres de sections pour identifier les sujets traités. Les noms des auteurs cités par Daniel sont de plus imprimés en majuscules[33]. Le contenu de l’ouvrage de Daniel est donc présenté ainsi :

Liber primus Liber alter
Prefatio Prefatio
1. De homine 1. De creatione celi et terre
2. De creatione mundi 2. De immutabilitate celi
3. De Yle 3. Difinitio celi
4. De elementorum primaria ordinatione 4. De celi pondere, luciditate, simplicitate
5. De mundi principio 5. De celi motu et forma
6. De compositione mundi 6. De natura stellarum
7. De dispositione elementorum 7. Quod stelle non sint calide
8. De qualitatibus elementorum 8. De stellarum coloribus
9. De motu elementorum 9. De virtute planetarum
10. Digressio de calumniatoribus astronomie
11. De circulis celestibus
12. De retrogradatione
13. De signis
14. De signorum virtutibus

Sources de Daniel de MorleyModifier

Daniel réfère à 15 ouvrages originaux d’auteurs arabes ou grecs. Parmi eux 4 ont été traduits en latin par Gérard de Cremone et il est apparent que les citations de Daniel proviennent de ces versions[34]. Les principales sources arabes sont :

Du premier de ces traités, qui a été traduit par Jean de Séville, il tire l’astronomie ptoléméenne[36]. De celui d’Al-Fârâbî, il tire sa division de l’astronomie en sous-domaines. Il emprunte notamment 7 des 8 domaines de la science proposés par l’auteur arabe. Ces 7 domaines sont la science des jugements, la science de la médecine, la science de la nécromancie selon les médecins (secundum phisicam), la science de l’agriculture, la science l’alchimie, la science des images et la science des miroirs[37]. Pour le huitième, Daniel remplace la navigation par la science des illusions magiques (scientia de prestigiis)[38],[39].

L’auteur arabe le plus important pour Daniel semble être Abou Ma'shar puisqu’il cite son ouvrage au moins douze fois[40]. Il tire son astrologie d’une version abrégée du Maius introductorium traduite par Adélard de Bath et de la traduction d’Herman le Dalmate du Maius introductorium[36] plutôt que de la traduction produite par son maître Gérard de Crémone[41]. De la science islamique, il utilise aussi le traité d’Adélard de Bath, De opere astrolapsus pour expliquer et illustrer le mouvement des planètes[42],[43].

Daniel cite 4 écrits d’Aristote, soit Physica, De generatione et corruptione, De coelo et mundo, De sensu et sensato[44]. Il semble s’être servi de traductions de Gérard de Crémone[45], mais pas exclusivement puisque plusieurs de ses citations d’Aristote viennent d’Avicenne[12]. Il a pu également avoir accès à des versions gréco-latines provenant de l’Italie[46]. Daniel cite l’Almageste de Ptolémée, le traité d’astronomie le plus important que Gérard ait traduit, mais il ne semble pas très bien connaitre cet ouvrage. Il se limite en effet à des citations vagues ou à des citations provenant d’autres ouvrages comme celui d’Abou Ma'shar[47]. Parmi les œuvres grecques, la traduction de Chalcidius du Timée de Platon est une des sources importantes de Daniel et teinte la partie philosophique de son traité[48]. Dans ce domaine, l’influence de l’École de Chartres est aussi visible dans l’ouvrage[49].

Du côté des auteurs latins, Firmicus Maternus est la principale source de Daniel pour l’astrologie[50]. Il mentionne notamment un débat animé avec Gérard sur l’influence des astres dans les affaires humaines, dans lequel ce dernier a recours à Firmicus pour réfuter une attaque de Grégoire le Grand contre les astrologues[51],[12]. Il cite également Martianus Capella, mais seulement pour rejeter les erreurs qu’il fait à son point de vue, comme presque tous les autres latins, sur le mouvement des planètes[49].

L’influence d’Adélard de Bath est manifeste à plusieurs égards. Daniel copie des passages entiers de De opere astrolapsus et de la traduction du traité abrégé de Abou Ma'shar[35]. Par ailleurs, la façon dont il parle de son itinéraire intellectuel rappelle celle d’Adélard parti pendant sept ans vers la fin du XIe siècle pour apprendre des Arabes[35]. Comme Adélard il formule l’idée d’avoir écrit en latin ce qu’il avait appris des Arabes parce qu’on ne doit pas être ignorant de la composition du monde dans lequel on habite[52],[14].

Impacts de Daniel de MorleyModifier

L’ouvrage de Daniel a peut-être connu une certaine diffusion à l’origine, mais on ne trouve pas d’auteurs qui l’aient cité par la suite. Cela s’explique peut-être par le fait que le contenu n’est pas véritablement original et qu’il paraît alors que les œuvres sur lesquelles il est basé commencent déjà à être connues[53]. Vers la fin du XIIe siècle, l’Europe est en effet inondée de traductions latines des auteurs arabes et grecs[54].

La partie de son contenu qui concerne l’astrologie a peut-être suscité la controverse. Au XIIe siècle, il était naturel de chercher à étendre la portée des lois régissant le ciel et le mouvement des astres pour expliquer les phénomènes terrestres et humains[55]. On cherchait par exemple à établir un parallèle entre le microcosme (le monde intérieur, l’homme) et le macrocosme (le monde extérieur, l’univers). On pouvait ainsi chercher des relations entre les 4 éléments qui composent le monde physique et les 4 humeurs qui composent le corps humain, et même avec certaines qualités intérieures comme la passion, la curiosité ou la cruauté[55]. L’astrologie pouvait donc dans ce contexte être considérée comme une science légitime[56]. Mais ce n’était généralement pas l’avis de l’Église pour qui l’astrologie faisait partie des arts magiques et était considérée comme reliée à l’intervention ou à la suggestion démoniaque[57]. Ces nouvelles connaissances devaient être condamnées selon des moines comme Hugues de Saint-Victor[58].

Avec son traité, Daniel a sûrement eu une influence sur ses contemporains. Avec une poignée de personnes, il fait partie des tout premiers intellectuels à participer au développement du mouvement scolastique en Angleterre après Adélard de Bath[20]. Sa contribution arrive au moment où en plus de la science arabe, les œuvres d’Aristote se répandent en Angleterre[59],[60]. Son ouvrage est ainsi un des premiers en Angleterre à promouvoir la pensée aristotélicienne en philosophie naturelle[61]. Dans le domaine de la philosophie, il a peut-être aussi contribué à propager la pensée platonicienne et la tradition de l’École de Chartres[60].

Daniel de Morley a peut-être eu un impact additionnel par les livres qu’il a ramenés de Tolède. L’analyse de son traité permet d’émettre quelques hypothèses à cet effet puisqu’il a été écrit après son retour en Angleterre. Parmi ces livres il y aurait la traduction d’Hermann du livre d’Abou Ma'shar[62], le De coelo et mundo d’Aristote et peut-être d’autres traductions de Gérard de Crémone[63].

Notes et référencesModifier

  1. A. F. Pollard, « Daniel of Morley », dans Sidney Lee et Sir Leslie Stephen (éd.), Dictionary of National Biography, 1885-1900, vol. 39, London, Elder Smith & Co., 1894, p. 74, https://archive.org/details/dictionaryofnati39stepuoft
  2. J. C. Russell, « Hereford and Arabic Science in England about 1175-1200 », Isis, vol. 18, n°1, 1932, p. 23.
  3. Une traduction française de la préface a été publiée dans J. Le Goff, Les intellectuels au Moyen Âge, Paris, Éditions du Seuil, coll.« Points. Histoire H78 », 2014, p. 23-24.
  4. Une traduction anglaise a également été publiée dans C. Burnett, The Introduction of Arabic Learning into England, London, British Library, coll. « The Panizzi lectures - 1996 », 1997, p. 61-62.
  5. R. W. Hunt, « English Learning in the Late Twelfth Century », Transactions of the Royal historical society, vol. 19, 1936, p. 24.
  6. C. Burnett, The introduction of Arabic learning into England, op. cit., p. 68, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k563279
  7. C. Singer, « Daniel of Morley. An English Philosopher of the XIIth Century », Isis, vol. 3, n°2, 1920, p. 263‑265
  8. C. H. Haskins, « The Reception of Arabic Science in England », The English Historical Review, vol. 30, n°117, 1915, p. 67
  9. Ch.-V. Langlois, « Travaux de Ch.-H. Haskins sur la littérature scientifique en latin du XIIe siècle », Le Journal des savants, Mars-Avril 1919, p. 71, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54729m
  10. a b c et d C. Burnett, The introduction of Arabic learning into England..., op. cit., p. 61-62.
  11. A. Birkenmajer, « Le rôle joué par les médecins et les naturalistes dans la réception d’Aristote », Varsovie, 1930, dans A. Birkenmajer, Études d’histoire des sciences et de la philosophie du Moyen Âge, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, coll.« Studia Copernicana, 1 », 1970, p. 698., http://www.kpbc.ukw.edu.pl/dlibra/plain-content?id=40135
  12. a b et c R. W. Hunt, op. cit., p. 24.
  13. a b et c J. C. Russell, op. cit., p. 22.
  14. a et b C. Burnett, The introduction of Arabic learning into England..., op. cit., p. 63.
  15. « Curia regis (Angleterre) : définition de Curia regis (Angleterre) et synonymes de Curia regis (Angleterre) (français) », http://dictionnaire.sensagent.leparisien.fr/Curia%20regis%20(Angleterre)/fr-fr/
  16. C. Burnett, « The Twelfth-Century Renaissance », dans David C. Lindberg et Michael H. Shank (dir), The Cambridge history of science. Vol. 2, Medieval science, New York, NY, Cambridge Univ. Press, 2015, p. 365.
  17. R. Fossier et A. Vauchez, Histoire du Moyen Âge. Tome III (XIIe - XIIIe siècles), Bruxelles, Éditions Complexe, 2005, p. 189-192.
  18. S. Zaimeche, The Impact of Islamic Science and Learning on England, Foundation for Science Technology and Civilisation, 2004, p. 15, http://www.muslimheritage.com/article/impact-islamic-science-and-learning-england-adelard-bath-and-daniel-morley
  19. R. Fossier et A. Vauchez, op. cit., p. 193.
  20. a et b C. Singer, op. cit., p. 263.
  21. C. Burnett, « The Coherence of the Arabic-Latin Translation Program in Toledo in the Twelfth Century », Science in Context, vol. 14, n°1‑2, juin 2001, p. 249.
  22. C. Burnett, « The Coherence of the Arabic-Latin Translation Program in Toledo in the Twelfth Century », Science in Context, vol. 14, n°1‑2, juin 2001, p. 252.
  23. A. Birkenmajer, « Le rôle joué par les médecins … », op. cit., p. 75.
  24. The Arundel Manuscripts, The British Library (lire en ligne)
  25. « The Digitized Arundel MS 377 Manuscript », The British Library, http://www.bl.uk/manuscripts/Viewer.aspx?ref=arundel_ms_377
  26. « The Arundel MS 377 Manuscript », The British Library, http://www.bl.uk/manuscripts/FullDisplay.aspx?ref=Arundel_MS_377
  27. A. Birkenmajer, « Eine neue Handschrift des Liber de naturis inferiorum et superiorum des Daniel von Merlai », Archiv Fuer Die Geschichte Der Naturwissenschaften, vol. 9, 1920, p. 45‑51, https://archive.org/details/ArchivFuerDieGeschichteDerNaturwissenschaftenVol9yr1920/page/n51
  28. a b et c Lynn Thorndike, « Daniel of Morley », The English Historical Review, vol. 37, n°148, 1922, p. 541.
  29. Lynn Thorndike, « Daniel of Morley », The English Historical Review, vol. 37, n°148, 1922, p. 542.
  30. V. Rose, « Ptolemaeus und die Schule von Toledo », Hermes, vol. 8, n°3, 1874, p. 327‑349.
  31. K. Sudhoff, « Daniels Von Morley - Liber de naturis inferiorum et superiorum », Archiv Fuer Die Geschichte Der Naturwissenschaften, vol. 8, 1918, p. 1‑41, https://archive.org/details/ArchivFuerDieGeschichteDerNaturwissenschaftenVol8yr1918/page/n15
  32. A. Birkenmajer, « Eine neue Handschrift des Liber de naturis … »..., op. cit.
  33. G. Maurach, « Daniel von Morley, Philosophia. », Mittellateinisches Jahrbuch, vol. 14, 1979, p. 204‑255.
  34. T. Silverstein, « Daniel of Morley, English Cosmogonist and Student of Arabic Science », Mediaeval Studies, vol. 10, 1948, p. 180.
  35. a b et c C. Burnett, The introduction of Arabic learning into England..., op. cit., p. 64.
  36. a et b C. Burnett, The introduction of Arabic learning into England..., op. cit., p. 56.
  37. S. P. Marrone, « Magic and the Physical World in Thirteenth-Century Scholasticism », Early Science and Medicine, vol. 14, n°1/3, 2009, p. 165.
  38. T. Silverstein, op. cit. p. 183.
  39. S.P. Marrone, op. cit., p. 165.
  40. T. Silverstein, op. cit. p. 185.
  41. T. Silverstein, op. cit. p. 186.
  42. C. Burnett, The introduction of Arabic learning into England..., op. cit., p. 56.
  43. T. Silverstein, op. cit. p. 187.
  44. A. Birkenmajer, « Le rôle joué par les médecins … », op. cit. p. 75.
  45. T. Silverstein, op. cit. p. 180.
  46. A. Birkenmajer, « Le rôle joué par les médecins … », op. cit. p. 76.
  47. T. Silverstein, op. cit. p. 181.
  48. C. H. Haskins, op. cit. p. 68.
  49. a et b T. Silverstein, op. cit. p. 190.
  50. C. H. Haskins, op. cit., p. 68.
  51. T. Silverstein, op. cit., p. 188.
  52. C. Singer, op. cit., p. 267.
  53. L. Thorndike, op. cit., p. 542-543.
  54. R. W. Hunt, op. cit., p. 23.
  55. a et b C. Singer, op. cit., p. 266.
  56. C. Burnett, « The Twelfth-Century Renaissance … », op. cit. 382.
  57. S. P. Marrone, op. cit., p. 162.
  58. S. P. Marrone, op. cit., p. 162-163.
  59. S. P. Marrone, op. cit., p. 265.
  60. a et b T. Silverstein, op. cit., p. 179.
  61. C. Burnett, The introduction of Arabic learning into England..., op. cit., p. 68.
  62. T. Silverstein, op. cit., p. 186.
  63. T. Silverstein, op. cit., p. 181.

BibliographieModifier

  • BIRKENMAJER, Aleksander, « Le rôle joué par les médecins et les naturalistes dans la réception d’Aristote », dans Aleksander Birkenmajer, Études d’histoire des sciences et de la philosophie du Moyen Âge, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, coll. « Studia Copernicana, 1 », 1970, p. 73-87, http://www.kpbc.ukw.edu.pl/dlibra/plain-content?id=40135 .
  • BIRKENMAJER Aleksander, « Eine neue Handschrift des Liber de naturis inferiorum et superiorum des Daniel von Merlai », Archiv Fuer Die Geschichte Der Naturwissenschaften, vol. 9, 1920, p. 45‑51, https://archive.org/details/ArchivFuerDieGeschichteDerNaturwissenschaftenVol9yr1920/page/n51 .
  • BURNETT Charles, « The Twelfth-Century Renaissance », dans David Lindberg et Michael H. Shank, The Cambridge history of science. Vol. 2, Medieval science, New York, NY, Cambridge Univ. Press, 2015, p. 365-384.
  • BURNETT Charles, « The Coherence of the Arabic-Latin Translation Program in Toledo in the Twelfth Century », Science in Context, vol. 14, no 1‑2, , p. 249‑288.
  • BURNETT Charles, The introduction of Arabic learning into England, London, British Library, coll.« The Panizzi lectures - 1996 », 1997, 110 p.
  • FOSSIER Robert et VAUCHEZ André, Histoire du Moyen Âge. Tome III (XIIeXIIIe siècles), Bruxelles, Éditions Complexe, 2005, 230 p.
  • HASKINS Charles H., « The Reception of Arabic Science in England », The English Historical Review, vol. 30, no 117, 1915, p. 56‑69.
  • HUNT R. W., « English Learning in the Late Twelfth Century », Transactions of the Royal historical society, vol. 19, 1936, p. 19‑42, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k563279 .
  • LANGLOIS Ch.-V., « Travaux de Ch.-H. Haskins sur la littérature scientifique en latin du XIIe siècle », Le Journal des savants, Mars-Avril, 1919, p. 57‑73.
  • LE GOFF Jacques, Les intellectuels au Moyen Âge, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points. Histoire H78 », 2014.
  • MARRONE Steven P., « Magic and the Physical World in Thirteenth-Century Scholasticism », Early Science and Medicine, vol. 14, no 1/3, 2009, p. 158‑185.
  • MAURACH Gregor, « Daniel von Morley, Philosophia. », Mittellateinisches Jahrbuch, vol, 14, 1979, p. 204‑255.
  • POLLARD Albert Frederick, « Daniel of Morley », in Sidney LEE et Sir Leslie STEPHEN (éd.), Dictionary of National Biography, 1885-1900, vol. 39, London, Elder Smith & Co. / Macmillan, 1894, p. 74, https://archive.org/details/dictionaryofnati39stepuoft .
  • ROSE Valentin, « Ptolemaeus und die Schule von Toledo », Hermes, vol. 8, no 3, 1874, p. 327‑349.
  • RUSSELL Josiah C., « Hereford and Arabic Science in England about 1175-1200 », Isis, vol. 18, no 1, 1932, p. 14‑25.
  • SILVERSTEIN Theodore, « Daniel of Morley, English Cosmogonist and Student of Arabic Science », Mediaeval Studies, vol. 10, 1948, p. 179‑196.
  • SINGER Charles, « Daniel of Morley. An English Philosopher of the XIIth Century », Isis, vol 3, no 2, 1920, p. 263‑269, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54729m .
  • SUDHOFF Karl, « Daniels Von Morley - Liber de naturis inferiorum et superiorum », Archiv Fuer Die Geschichte Der Naturwissenschaften, vol. 8, 1918, p. 1‑41, https://archive.org/details/ArchivFuerDieGeschichteDerNaturwissenschaftenVol8yr1918/page/n15 .
  • THORNDIKE Lynn, « Daniel of Morley », The English Historical Review, vol. 37, no 148, 1922, p. 540‑544.
  • ZAIMECHE Salah, The Impact of Islamic Science and Learning on England, Foundation for Science Technology and Civilisation, 2004, 20 p., http://www.muslimheritage.com/article/impact-islamic-science-and-learning-england-adelard-bath-and-daniel-morley .
  • « Curia regis (Angleterre) : définition de Curia regis (Angleterre) et synonymes de Curia regis (Angleterre) (français) », http://dictionnaire.sensagent.leparisien.fr/Curia%20regis%20(Angleterre)/fr-fr/ .
  • « The Arundel Manuscripts », The British Library, http://hviewer.bl.uk/IamsHViewer/Default.aspx?mdark=ark:/81055/vdc_100000000046.0x000187&_ga=2.200341993.635805637.1540389581-30051264.1537402422 .
  • « The Arundel MS 377 Manuscript », The British Library, http://www.bl.uk/manuscripts/FullDisplay.aspx?ref=Arundel_MS_377 .
  • « The Digitized Arundel MS 377 Manuscript », The British Library, http://www.bl.uk/manuscripts/Viewer.aspx?ref=arundel_ms_377 .

Liens externesModifier