Daisy de Galard

journaliste française

Daisy de Galard, née Marguerite de Gourcuff le à Tendron (Cher)[1],[2], morte le [3], est une journaliste et productrice de télévision française.

BiographieModifier

Rare femme diplômée de l'École supérieure de journalisme de Paris à l'époque, elle est recrutée par Hélène Lazareff et entre en 1952 au magazine féminin Elle. Elle fait ses premières armes sur des sujets divers, puis prend en charge la rubrique des « Échos de la semaine »[4]. Elle est la rédactrice en chef de 1972 à 1975[4].

Simultanément à son activité journalistique, de 1965 à 1971, elle produit l'émission mensuelle de télévision Dim, Dam, Dom sur la deuxième chaine de l'ORTF, avec dans son équipe les photographes Fouli Elia et Peter Knapp, ainsi que le journaliste Michel Polac[4]. Par la suite, elle présente l'émission Cinémalice et Cinéastes de leurs temps. Elle est nommée pour trois ans comme personnalité qualifiée au Haut Conseil de l'audiovisuel en août 1976[5].

Elle devient membre du conseil d'administration de TF1, puis directrice à Gaumont où elle gère les productions télévisées, avant de fonder sa propre maison de production, Angel International, en 1984[4].

Daisy de Galard fait partie de la Commission nationale de la communication et des libertés (CNCL) de 1986 à 1989, puis du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) qui lui succède, de 1989 à 1995. Elle est membre du conseil d'administration de Radio France de 1996 à 2006.

Elle épouse le [1] le journaliste Hector de Galard (1921-1990). Elle épouse en secondes noces le l'homme politique Olivier Guichard.

Elle est nommée chevalier de la Légion d'honneur en 1978, puis promue officier en 2006[6].

Elle repose dans la chapelle de Fontenay, à Tendron (Cher).

RéférencesModifier

  1. a et b Henri Vrignault, Légitimés de France de la maison de Bourbon de 1594 à 1820, 1965, p. 13 et 95.
  2. Who's Who in France : 2003-2004, Levallois-Perret, Jacques Lafitte, , 35e éd., 2175 p. (ISBN 2-85784-042-X), p. 817.
  3. Sylvie Kerviel, « Daisy de Galard, journaliste et productrice de télévision », Le Monde, 8 janvier 2007.
  4. a b c et d Grandpierre 2012.
  5. « Arrêté du Premier ministre en date du 8 août 1976 portant nomination de membres du haut conseil de l'audiovisuel eu titre de personne qualifiée », sur JORF,
  6. Décret du 13 juillet 2006 portant promotion et nomination, JORF no 162 du 14 juillet 2006, p. 10578, texte no 3, NOR PREX0609423D, sur Légifrance.

Lien externeModifier

  • Karine Grandpierre, « ELLE : un outil d’émancipation de la femme entre journalisme et littérature 1945-1960 ? », COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature, no 11,‎ , p. 22 (ISSN 1783-094X, DOI 10.4000/contextes.5399, lire en ligne, consulté le 13 janvier 2020).