Culture protovillanovienne

Culture protovillanovienne
Description de cette image, également commentée ci-après
Objets protovillanoviens de Bismantova, Emilia-Romagna.
Définition
Lieu éponyme Villanova dans la région de Bologne, en Italie
Auteur Giovanni Patroni en 1937
Caractéristiques
Répartition géographique péninsule italienne
Période Âge du bronze
Chronologie 1200 - 901 av. J.-C.
Type humain associé culture des champs d'urnes
Description de cette image, également commentée ci-après

La culture protovillanovienne est une culture de l'âge du bronze tardif apparue en Italie dans la première moitié du XIIe siècle av. J.-C. et qui a duré jusqu'au Xe siècle. Elle dérive, comme en témoigne sa culture matérielle, de la culture des champs d'urnes d'Europe centrale.

HistoireModifier

La culture protovillanovienne faisait partie du système d'Europe centrale de la culture des champs d'urnes ; des similitudes ont été notées en particulier avec les groupes régionaux de Bavière-Haute-Autriche[2] et du moyen-Danube[2],[3]. Cependant, une dérivation de la précédente culture Terramare de la vallée du Pô est également supposée[1]. Divers auteurs, comme Marija Gimbutas, ont associé cette culture à l'arrivée, ou à la propagation, du proto-italique dans la péninsule italienne[2], mais la culture protovillanovienne est également associée à la culture de Golasecca, où une langue celtique est documentée, et il n'y a aucune preuve que tous les différents groupes des champs d'urnes parlaient la même langue.

Les sites protovillanoviens sont présents dans toute la péninsule, principalement dans la partie nord-centrale, mais aussi, dans une moindre mesure, dans les régions de l'Italie du Sud et de la Sicile orientale. Parmi les plus importants, on peut citer : Frattesina (Veneto), Bismantova et Ripa Calbana (Émilie-Romagne), Cetona et Saturnia (Toscane), Monti della Tolfa (Latium), Pianello di Genga (Marches), Ortucchio (Abruzzes), Timmari (Basilicate), Canosa (Pouilles), Tropea (Calabre) et Milazzo (Sicile).

Les agglomérations, le plus souvent de petites dimensions, étaient généralement construites sur des collines et entourées de fortifications.

Les Protovillanoviens pratiquaient la crémation : les cendres étaient placées dans des urnes biconiques, souvent décorées de motifs géométriques, puis enterrées dans le sol.

Économie et échangesModifier

 
Urne cinéraire protovillanovienne du cimetière Poggio della Pozza, Monte Rovello près d'Allumiere dans les montagnes de Tolfa (Latium) datant du XIe siècle av. J.-C.

L'économie était principalement basée sur les activités agro-pastorales, la métallurgie et le commerce.

Le village de Frattesina a notamment été étudié. Fondé à l'âge du bronze tardif , il s'étend sur environ 20 hectares le long du « Po di Adria », un paléocanal du Pô. Il a connu son plus grand développement entre les XIIe et XIe siècles avant notre ère. Il a alors un rôle économique dominant grâce à une gamme extraordinaire de productions artisanales (travail des métaux, travail des os et des cornes de cerf, verre) et à une influence commerciale majeure du fait des échanges commerciaux avec la péninsule italienne et la Méditerranée orientale[4].

Ceci est démontré par la présence d'objets exotiques et de matières premières telles que la poterie mycénienne, l'ambre, l'ivoire, les œufs d'autruche et la pâte de verre. Pour les tessons mycéniens trouvés dans les villages des vallées de Vérone et du delta du Pô, l'analyse des poteries a montré que certaines d'entre elles venaient très probablement de centres situés dans les Pouilles, où il y avait des artisans et des travailleurs de la mer Égée, alors que d'autres semblaient provenir de Grèce continentale[4].

Dans ce contexte, un système particulier de relations semble lier une région alpine spécifique à la structure sociale et économique des groupes installés entre l'Adige et le Pô et le système commercial de la Méditerranée orientale. Dans la partie orientale du Trentin, à Acquafredda, la production métallurgique à une échelle proto-industrielle a été démontrée entre le XIIe et le XIe siècle av. J.-C.. Ces produits doivent avoir alimenté des marchés s'étendant au-delà de la région, liés à la culture Luco / Laugen typique de l'environnement alpin central. Selon Pearce et De Guio (1999), une production aussi importante aurait dû être destinée à la fourniture de métal vers d'autres marchés, en premier lieu vers d'autres centres de la plaine du Pô, où des transactions portant sur des matériaux d'origine méditerranéenne ont également eu lieu[4].

L'image de l'âge du bronze final de ces régions, qui semble correspondre au développement du cadre culturel du premier âge du fer, montre que la naissance des centres proto-urbains villanoviens de Bologne en Émilie et de Verucchio en Romagne, au début de l'âge du fer, semble suivre une ligne de continuité commençant avec le rôle joué par Frattesina dans l'âge du bronze final[4].

RégionalisationModifier

Après une période d'uniformité considérable du nord au sud, la culture protovillanovienne montre un processus de régionalisation. À partir de 950 av. J.-C., de nouvelles cultures régionales telles que la culture de Villanova, la civilisation atestine et la culture latiale sont apparues. Bien que ces nouvelles cultures partagent de nombreuses similitudes avec la culture protovillanovienne précédente, en particulier les coutumes funéraires, elles présentent aussi des innovations.

Notes et référencesModifier

  1. a et b F. di Gennaro, « Protovillanoviano », Enciclopedia dell'arte antica (1996).
  2. a b et c M. Gimbutas, Cultures de l'âge du bronze en Europe centrale et orientale, p. 339-345.
  3. John M. Coles, The Bronze Age in Europe: An Introduction to the Prehistory of Europe c. 2000-700 BC, p. 422.
  4. a b c et d (en) Franco Nicolis, Northern Italy, The Oxford Handbook of the European Bronze Age, juin 2013

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier