Culture de Sintachta

culture archéologique
(Redirigé depuis Culture de Sintashta)

La culture de Sintachta, également connue sous le nom de culture Sintachta-Petrovka[1] ou bien culture Sintachta-Arkaïm[2], est une culture archéologique de l'âge du bronze du nord de la steppe eurasienne sur les piedmonts sud de l'Oural en Russie, datée de la période 2100-1800 avant notre ère[3].

cartographie des :
* Culture d'Andronovo (orange)
* Culture d'Afanasievo (vert)
* Culture Sintachta-Petrovka (rouge).
Expansion des chars de combat rapides (à deux roues à rayons) en Eurasie, à partir des cultures de Sintashta puis Andronovo.

Les plus anciens chars de combat légers (avec deux roues à rayons) ont été retrouvés dans les tombes de Sintachta[4], et la culture est considérée comme une candidate sérieuse pour l'origine de cette technologie, laquelle s'est étendue à travers l'ancien monde et a joué un rôle important dans la guerre antique. Les établissements de Sintachta sont aussi remarquables pour l'intensité de l'extraction du cuivre et de la métallurgie du bronze qui y sont effectuées, ce qui est inhabituel pour une culture des steppes.

En raison de la difficulté d'identifier les restes des sites Sintachta existants sous les restes de cultures ultérieures qui se sont établies sur les mêmes sites, la culture n'a été que récemment distinguée de la culture d'Andronovo[2]. Elle est maintenant reconnue comme une entité séparée faisant partie de « l'horizon Andronovo »[1].

Identité ethnique et linguistique proto-indo-iranienneModifier

Les populations de la culture Sintachta auraient parlé le proto-indo-iranien, l'ancêtre de la famille des langues indo-iraniennes. Cette identification est basée principalement sur les similitudes entre les sections du Rig Veda, un texte religieux indien qui inclut d'anciens hymnes indo-iraniens enregistrés en sanskrit védique, avec les rituels funéraires de la culture Sintachta tels que révélés par l'archéologie. Il existe des preuves linguistiques de l'interaction entre les langues finno-ougriennes et indo-iraniennes, montrant les influences indo-iraniennes dans la culture finno-ougrienne. De la culture sintachta, les langues indo-iraniennes ont migré avec les Indo-Iraniens en Anatolie, en Inde et en Iran. À partir du IXe siècle avant notre ère, les langues iraniennes ont également migré vers l'ouest avec les Scythes dans la steppe pontique d'où sont originaires les Indo-Européens.

Contexte chronologiqueModifier

La culture de Sintachta semble dériver de la culture d'Abachevo, établie au nord-ouest, et de la culture de Poltavka, situé à l'ouest. Elle est suivie par la culture d'Andronovo dans toute l'Asie centrale, et par la culture de Sroubna à l'ouest.

Les principaux site archéologiques sont:

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. a et b (en) Ludmila Koryakova, « An Overview of the Andronovo Culture: Late Bronze Age Indo-Iranians in Central Asia », The Center for the Study of the Eurasian Nomads (CSEN), (consulté le 16 septembre 2010)
  2. a et b (en) Ludmila Koryakova, « Sintashta-Arkaim Culture », The Center for the Study of the Eurasian Nomads (CSEN), (consulté le 16 septembre 2010)
  3. (en) David Anthony, « The Sintashta Genesis: The Roles of Climate Change, Warfare, and Long-Distance Trade », dans Bryan Hanks, Katheryn Linduff, Social Complexity in Prehistoric Eurasia: Monuments, Metals, and Mobility, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-511-60537-6, DOI 10.1017/CBO9780511605376.005), p. 47-73
  4. D'après David W. Anthony, The Horse, The Wheel And Language : How Bronze-Age Riders From the Eurasian Steppes Shaped The Modern World, Princeton University Press, (ISBN 9780691058870), « Chariot Warriors of the Northern Steppes »