Culture de Maïkop
Description de cette image, également commentée ci-après
Sépulture Maïkop : un seul individu en position fœtale, avec offrandes et entourée d'un mur de pierre carré semi-enterré.
Définition
Lieu éponyme Kourgane de Maïkop
Auteur Nikolaï Vesselovski
Caractéristiques
Répartition géographique Kraï de Krasnodar, Adyguée, Caucase du nord-ouest
Période Âge du Bronze
Chronologie

Pre-Maikop de −4 800 à −3 800 ans[1]

Maikop de −4 000 à −2 500 ans[1]
Type humain associé Peuples de langues abkhazo-adygiennes ou proto-indo-européen ?
Description de cette image, également commentée ci-après
Cartographie de la culture Maïkop

Subdivisions

Culture de Novosvobodna

Objets typiques

Kourganes, or, argent et bronze

Dalle sculptée de la culture de Novosvobodna, considérée soit comme une variante de la culture Maïkop, soit comme une culture indépendante intrusive au milieu de la culture Maïkop.

La culture de Maïkop est une culture archéologique de l'âge de bronze dont l'aire se trouve en Ciscaucasie à partir de la péninsule de Taman, jusqu'aux contreforts du Grand Caucase et du littoral de la mer Noire (anciennement Pont-Euxin), jusque vers l'actuelle Tchétchénie à l'est. Elle doit son nom au kourgane de Maïkop, daté entre le milieu du IVe millénaire av. J.-C. et le milieu du IIIe millénaire av. J.-C., qui a été trouvé en 1897 par l'archéologue Nikolaï Vesselovski (1848-1918) près de Maïkop. Ce tumulus comprenait une sépulture royale avec de nombreux objets d'or et d'argent.

Elle a subi l'influence de la culture Kouro-Araxe (3500 à 2000 av. J.-C.) qui la borde au sud et s'étend vers l'Anatolie orientale. Au nord et à l'est se trouve l'aire de la culture Yamna qui lui est contemporaine et immédiatement au nord, la culture de Novotitorovka (3300-2700).

La culture de Maïkop apparaît entre 4000 et 3900 avant notre ère. Elle est surtout connue pour ses pratiques d'inhumation. Les sépultures sont bordées de pierres et surmontées d'un kourgane. C'est donc de cette première culture qu'apparaissent les premiers kourganes. Plus tard, les tumulus de pierres soutiennent les kourganes. Cette culture est remarquable par l'abondance des objets de bronze finement décorés, ainsi que des objets d'or et d'argent.

HypothèsesModifier

Selon l'hypothèse kourgane de Marija Gimbutas en 1956, qui a étudié les rites funéraires de ces populations, elle proviendrait d'intrusions originaires des steppes pontiques en direction du Caucase. Elle participe à la deuxième vague du milieu du IVe millénaire qui s'est ensuite étendue en Europe du Nord vers l'an 3000[2]. Ces tribus auraient des liens linguistiques et ethniques avec des Proto-Indo-Européens et serait liée au groupe inférieur de Mikhaïlovka et à la culture de Kemi Oba (3700-2000) qui s'étendait dans l'actuelle péninsule de Crimée.

Les archéologues Tamaz Gamkrelidzé et Viatcheslav Ivanov estiment quant à eux en 1984 que les tribus proto-indo-européennes de la culture de Maïkop s'étaient arrêtées dans ces territoires en provenance du sud du Caucase et du nord de l'Anatolie pour trouver un Urheimat dans les steppes, ce qui serait en concordance avec l'hypothèse anatolienne de Colin Renfrew.

CaractéristiquesModifier

La culture Maykop est connue pour ses vastes et riches tumulus funéraires, en particulier sur le site éponyme de Maïkop, qui reflètent l'émergence d'un nouveau système d'organisation sociale[3].

ÉchangesModifier

La culture de Maïkop a également des liens plus distants avec la culture des amphores globulaires et la culture de la céramique cordée et seulement en ce qui concerne les échanges économiques.

Le fleuve Kouban est navigable pendant une bonne partie de l'année. Il permet de rejoindre la mer d'Azov et le territoire de la culture de Yamna, et par les cours d'eau le Don et la région de l'actuelle ville de Donetsk. La culture de Maïkop jouissait donc d'une position géographique propice aux échanges commerciaux.

ÉconomieModifier

L'économie de ces tribus est basée sur l'agriculture par la houe (en pierre ou en bronze) et l'élevage de troupeaux bovins ou ovins, ainsi que de chevaux et de porcs. Il semble aussi que la cueillette joue aussi un certain rôle. Les établissements humains sont de peu de durée et sont constitués de huttes de planches jointes par de l'argile, de forme carrée ou ovale, d'environ 5 m2. Le sol est de terre battue ou de galets. Ils utilisent la roue et se déplacent en chariots. Un chariot a notamment été découvert dans le kourgane de Starokorsunskaya dans le Kouban au nord du Caucase[4]

L'agriculture est souvent faite en terrasses, ce qui constitue un des exemples les plus anciens du monde.

Ils font commerce de bronze et possèdent des turquoises en provenance de l'actuel Iran et du lapis-lazuli, de l'actuel Afghanistan. L'épée de bronze la plus ancienne du monde date de la culture de Maïkop (2e tiers du IVe millénaire). Elle a été découverte dans une sépulture près de Novosvobodnaïa et est exposée au musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg (longueur 63 cm).

GénétiqueModifier

A l'intérieur de la culture de Maïkop, les études génétiques ont révélé qu'il existe une différence entre les groupes des steppes et ceux du Caucase qui sont génétiquement distincts. Les individus étudiés des tumuli de la zone steppique herbeuse, associés archéologiquement au complexe culturel « Steppe Maïkop », n’ont pas de composante liée aux agriculteurs anatoliens à la différence des individus contemporains de Maïkop des contreforts. Au lieu de cela, ils portent une troisième et une quatrième ascendance qui est profondément liée aux Sibériens et aux Amérindiens du Paléolithique supérieur, respectivement, et aux Asiatiques du Nord actuels, tels que les Nganassanes en Sibérie du Nord[3].

Les individus étudiés situés dans les contreforts nord, ressemblent beaucoup aux individus précédents de l'Âge du cuivre caucasien et présentent une continuation du profil génétique local. Globalement, ce profil d'ascendance caucasienne se situe entre les individus chalcolithiques arméniens et iraniens et ne peut pas être distingué des individus de la culture Kouro-Araxe (EBA arménien), suggérant une double origine impliquant le néolithique anatolien/levantin et une ascendance irano-caucasienne (CHG), avec seulement une contribution minimale de chasseurs cueilleurs du Nord Ouest ou Est de l'Eurasie (EHG/WHG) éventuellement dans le cadre de l'ascendance liée aux agriculteurs anatoliens[3].

La distinction est nette dans la distribution des haplogroupes du chromosome Y, avec les types R1/R1b1 et Q1a2 dans les types Steppe et les types L, J et G2 dans le groupe Caucase. En revanche, la distribution des groupes mitochondriaux est plus diverse et similaire dans les deux groupes[3].

La preuve d'une interaction entre les groupes du Caucase et de la steppe est visible dans les données génétiques associées à la dernière phase de la steppe de Maykop, il y a environ 5 300 à 5 100 ans[3].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Voir dates radiocarbones calibrées en annexe de l'article : Mariya Ivanova, « The chronology of the Maikop culture in the Northern Caucasus: changing perspectives » (consulté le 22 novembre 2018).
  2. Culture des amphores globulaires, culture de Baden, Culture de la céramique cordée
  3. a b c d et e (en) Chuan-Chao Wang et al., Ancient human genome-wide data from a 3000-year interval in the Caucasus corresponds with eco-geographic regions, Nature Communications, volume 10, Article numéro: 590, février 2019
  4. (en) Christoph Baumer, The History of Central Asia: The Age of the Steppe Warriors, I.B.Tauris, 2012 (ISBN 1-7807-6060-4) p. 90

BibliographieModifier

  • (en) Philip L. Kohl, La formation de l'Eurasie à l'âge de bronze, Cambridge World Archaeology (2007), (ISBN 9780511266959), pp. 73sq.
  • (ru) N. A. Nikolaïeva, Problèmes de classification, de chronologie et d'attributions ethniques de la culture de Maïkop dans la littérature archéologique, in « Chronologie de l'âge de bronze dans le Caucase du Nord », Ordjonikidzé, 1982, pp. 9-28.
  • (ru) N. V. Ryndvina, I. G. Ravitch, À propos de la production métallurgique des tribus de Maïkop de Ciscaucasie selon les données chimiques, in « Le Messager de l'archéologie, de l'anthropologie et de l'ethnographie », 2012, n°2 (17), pp.4-20 (Вестник археологии, антропологии и этнографии)
  • (ru) (en) N. V. Anfimov, L'Or ancien du Kouban, 2012

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier