Ouvrir le menu principal

Croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne et glaives en or et brillants

distinction allemande

Croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne et glaives en or[a] et brillants
Image illustrative de l’article Croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne et glaives en or et brillants
Croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne et glaives en or et brillants.
Décernée par Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Type Médaille de mérite
Éligibilité Militaires titulaires de la croix de fer
Campagne Seconde Guerre mondiale
Décerné pour Faits de guerre exceptionnels
Statut Plus décernée
Description Croix pattée noire, avec une croix gammée en son centre, et surmontée de feuilles de chêne et de glaives entrecroisés en or brillant
Ruban rouge avec deux bandes blanches et noires sur les bords
Chiffres
Date de création 29 décembre 1944
Première attribution
Total de récompensés 1
Importance

La croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne et glaives en or et brillants[a] (en allemand, Ritterkreuz des Eisernen Kreuzes mit Goldenem Eichenlaub, Schwertern und Brillanten) est une décoration allemande de la Seconde Guerre mondiale. Elle est la classe supérieure de la croix de chevalier de la croix de fer, le troisième grade de la croix de fer.

Le pilote de Stuka Hans-Ulrich Rudel est la seule personne à avoir reçu cette décoration, trois jours après sa création le .

HistoriqueModifier

La croix de fer est réintroduite le par Adolf Hitler, au début de la campagne de Pologne. Il instaure alors quatre grades :

  1. La croix de fer 2e classe ;
  2. La croix de fer 1re classe ;
  3. La croix de chevalier de la croix de fer ;
  4. La grand-croix de la croix de fer.

La croix de chevalier de la croix de fer correspond à la décoration militaire « Pour le Mérite » de la Première Guerre mondiale.

Elle est elle-même ensuite divisée en cinq classes :

DescriptionModifier

La médaille est une croix pattée noire comportant des contours en relief dorés, avec en son centre une croix gammée gravée, et dans la branche inférieure de la croix, la date 1939 gravée.

La croix est rattachée au ruban (collier) par une pièce métallique en or en forme de feuilles de chêne ornées de brillants au-dessus de deux glaives entrecroisés, eux-mêmes en or et ornés de brillants.

Le collier est rouge avec deux bandes blanches et noires sur les bords.

Le symbolisme de ces attributs est ancien. La feuille de chêne qui symbolise dans plusieurs cultures européennes la pérennité, orne aussi en France le képi des officiers généraux et certaines décorations telles que la Légion d'honneur ou la médaille de l'ordre national du Mérite. Le glaive, arme emblématique du légionnaire romain, est l'attribut de plusieurs figures allégoriques guerrières.

RécipiendairesModifier

Environ deux millions trois cent mille (2 300 000) croix de fer 2e classe ont été décernées entre 1939 et 1945, contre seulement :

Seul le pilote de Stuka Hans-Ulrich Rudel a reçu la croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne et glaives en or et brillants le , en même temps que sa nomination au grade d’Oberst (colonel).

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. a et b À la fois, les feuilles de chêne et les glaives sont en or ; des brillants sont en outre apposés dessus.

RéférencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (de) Dietrich Maerz, Das Ritterkreuz des Eisernen Kreuzes, B&D Publishing 2007.
  • Article de François de Lannoy dans le no 229 (décembre 2005) de 39-45 Magazine (éditions Heimdal), p. 20-25 à propos des feuilles de chêne en or et du colonel Rudel.

Articles connexesModifier