Ouvrir le menu principal

Sylvester Stadler

militaire allemand
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stadler.

Sylvester Stadler
Sylvester Stadler
Sylvester Stadler en uniforme de SS-Obersturmbannführer, en 1943.

Surnom Vestl
Naissance
Fohnsdorf, Autriche-Hongrie
Décès (à 84 ans)
Augsbourg-Haunstetten, Allemagne
Origine Autrichien
Allégeance Flag of Germany (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme Flag of the Schutzstaffel.svg Waffen-SS
Grade SS-Brigadeführer
Années de service 1933-1945
Commandement 4e Panzergrenadier Regiment Der Führer
9e Panzerdivision SS Hohenstaufen
Conflits Seconde Guerre mondiale
Faits d'armes Campagne de Pologne,
Bataille de France,
Front de l'est,
Normandie
Opération Market Garden,
Bataille des Ardennes
Hongrie
Distinctions Croix allemande
Croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne et glaives
Insigne de combat d'infanterie

Sylvester Stadler, né le à Fohnsdorf (Autriche) et mort le à Augsbourg-Haunstetten (Bavière), est un officier général allemand.

Brigadeführer de la Waffen-SS ayant servi durant la Seconde Guerre mondiale, il a été le commandant du 4e Panzergrenadier Regiment Der Führer et de la 9e Panzerdivision SS Hohenstaufen. Il a été décoré de la croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne et glaives.

Il fut un des généraux allemands les plus jeunes de la guerre, âgé de 34 ans à la fin de celle-ci en 1945.

JeunesseModifier

 
Sylvester Stadler en 1943 lors de la troisième bataille de Kharkov.

Stadler fait des études d'électricien avant de rejoindre la SS en 1933. En 1935 et 1936, il fréquente l'école d'officier des SS-Junkerschule à Bad Tölz en Bavière. En , il devient commandant de compagnie (SS-Hauptsturmführer, équivalent du grade de capitaine), et chef de bataillon (SS-Sturmbannführer, équivalent du grade de commandant) en .

Der Führer et le massacre d'Oradour-sur-GlaneModifier

En , Stadler est nommé commandant du 4e Panzergrenadier Regiment Der Führer (unité de la 2e division SS Das Reich). Le , un détachement du 1er bataillon du régiment Der Führer, conduit par le SS-Sturmbannführer Adolf Diekmann, perpètre le massacre d'Oradour-sur-Glane en Haute-Vienne (France), au cours duquel 642 villageois sont assassinés. Bien que Stadler demande la comparution devant une cour martiale pour Diekmann, l'officier présent sur les lieux du massacre, la propre réputation de Stadler est entachée. En outre, Diekmann est tué au combat le et n'a en conséquence pas pu comparaître.

L'HohenstaufenModifier

Le , Stadler est nommé commandant de la 9e Panzerdivision SS Hohenstaufen. Avec Kurt Meyer (surnommé « Panzermeyer »), Stadler fait partie des plus jeunes commandants de division des forces armées allemandes. L'Hohenstaufen a précédemment combattu en Pologne (1939), en France (1940), et sur le front de l'est (1941-1944). Sous les ordres de Stadler, la division combat en Normandie (défendant la célèbre colline 112 et la Poche de Falaise), à Arnhem (opération Market Garden), participe à la bataille des Ardennes (fin 1944-1945) et aux derniers combats en Hongrie. En mai 1945, Stadler se rend aux forces américaines en Autriche, à la tête de sa division[1].

Vie personnelleModifier

Stadler s'est marié en 1936 et a eu deux fils.

Décorations militairesModifier

En 1943, Stadler reçoit la croix de fer à la suite de la seconde capture allemande de Kharkov, ville stratégique située au sud de Koursk en Union soviétique. Pendant le printemps 1943, à sa croix de fer de chevalier sont ajoutées des feuilles de chêne à la suite de la bataille de Koursk (L' Eichenlaub - Nr. 303 - décerné personnellement à Stadler par Adolf Hitler). La récompense est à nouveau améliorée par des glaives, ce juste avant la fin de la guerre (Schwertern - Nr. 152), décernée par Sepp Dietrich.

Stadler a été plusieurs fois sérieusement blessé. Sa bravoure personnelle lui valut également l'Agrafe de combat rapproché en or en tant que commandant de division en 1944.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Berger, Florian. Ritterkreuzträger mit Nahkampfspange in Gold. Selbstverlag Florian Berger, 2004. (ISBN 3-9501307-3-X).

RéférencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :