Coup de Prusse

Le coup de Prusse, en allemand Preußenschlag (prononciation allemande : [ˈpʁɔʏsənˌʃlaːk]), aussi appelé Staatsstreich in Preußen (coup d'État en Prusse) du , sous la république de Weimar, est la prise de contrôle de l'État libre de Prusse, le plus grand État allemand, par le gouvernement central qui dissout le gouvernement régional social-démocrate d'Otto Braun.

Arrestation de manifestants à Berlin, juin 1932.
Le ministre-président Otto Braun et le ministre de la culture Adolf Grimme lors de l'ouverture du landtag de Prusse, .

Cette « exécution d'Empire » (Reichsexekution) est prise par le chancelier Franz von Papen en vertu d'un décret d'urgence du président Paul von Hindenburg, édicté sur le fondement de l'article 48 de la constitution de Weimar. Cet évènement est considéré comme une étape majeure dans la chute de la république de Weimar en ce qu'il a facilité la nazification de l'Allemagne après l'accession au pouvoir d'Adolf Hitler.

Contexte historiqueModifier

Depuis 1918, la Prusse est gouvernée presque sans interruption par la social-démocratie, avec Otto Braun comme ministre-président et Carl Severing ministre de l'Intérieur.

Une direction social-démocrate à la tête du Land le plus important du Reich gêne le gouvernement central[1].

La conférence des Länder de janvier 1928 réunissant membres du gouvernement du Reich et ministres-présidents des Länder constate qu'un « pouvoir impérial fort est nécessaire »[2].

Après de longues discussions, deux rapports d'expertise sont adoptés le 21 juin 1930[3], qui définissent les limites des responsabilités entre le Reich et les Länder et une réorganisation de ces derniers. L'un des points abordés est notamment la fin de la Prusse en tant qu'État indépendant[2].

Situation en Prusse après les élections au Landtag du 24 avril 1932Modifier

Agissements de von Papen et d'HindenburgModifier

Le coup de PrusseModifier

Source et référencesModifier

  1. Gilbert Badia, Histoire de l'Allemagne contemporaine, p. 299.
  2. a et b (de) Evehard Holtmann, « Die Weimarer Republik, tome 3, chapitre 5 » [archive], sur www.blz.bayern.de (consulté le 7 mai 2020)
  3. par 15 voix pour, 3 contre et 2 abstentions.

BibliographieModifier

  • Gilbert Badia, Histoire de l'Allemagne contemporaine, 1917/1933, Les Éditions sociales, 1962, rééd. 1964, 1975, 1987.