Franz Gürtner

politicien allemand

Franz Gürtner
Illustration.
Franz Gürtner en 1938.
Fonctions
Ministre de la Justice du Reich

(8 ans, 7 mois et 28 jours)
Chancelier Franz von Papen
Kurt von Schleicher
Adolf Hitler
Gouvernement Papen
Schleicher
Hitler
Prédécesseur Curt Joël
Successeur Franz Schlegelberger
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Ratisbonne (Royaume de Bavière)
Date de décès (à 59 ans)
Lieu de décès Berlin (Troisième Reich)
Parti politique DNVP
Diplômé de Université Louis-et-Maximilien de Munich

Franz Gürtner est un homme politique allemand, né le à Ratisbonne (Royaume de Bavière) et mort le à Berlin.

Membre du Parti national du peuple allemand (le DNVP), il est ministre de la Justice de 1932 à 1941. Il est responsable de la coordination de la jurisprudence au sein du Troisième Reich.

BiographieModifier

Gürtner est le fils du conducteur de locomotive Franz Gürtner et de Marie Gürtner, née Weinzierl. Après avoir passé son baccalauréat en 1900 au Nouveau lycée (aujourd'hui lycée Albrecht-Altdorfer) de Ratisbonne, il étudie le droit à Munich en tant que boursier de la fondation Maximilianeum (de). Après huit semestres, il passe son examen universitaire en 1904. Il interrompt son service de préparation à la "faillite de l'État" bavarois pour effectuer son service militaire en tant que volontaire d'un an (de) au 11e régiment d'infanterie royal bavarois (de). Après son deuxième examen d'État en 1908, il travaille d'abord comme syndic dans une association de brasseries munichoises. Le 1er octobre 1909, il entre dans la fonction publique au ministère de la Justice de Bavière (de)[1] et s'occupe principalement des questions de personnel et de contrôle au cours des cinq années suivantes. Jusqu'en 1911, il est 3e procureur au tribunal de grande instance de Munich I (de) et, en janvier 1912, il est nommé juge au tribunal d'instance de Munich (de)[2]. Devenu ministre de la justice de Bavière, le 8 novembre 1922, il approuve, le 21 décembre 1924, la libération sous conditions d'Adolf Hitler, alors emprisonné à la prison de Landsberg, pour le putsch de la brasserie, à Munich. Hitler le recompensera en le nommant en 1933, ministre de la justice du Reich[3] Détestant la manière cruelle de la Gestapo et de la Sturmabteilung (SA) dans le traitement des prisonniers de guerre, il a protesté en vain auprès de Hitler[réf. nécessaire][4], mais reste néanmoins membre de son cabinet, dans l'espoir de pouvoir réformer selon ses idées depuis l'intérieur. Au lieu de cela, il fournit officiellement des raisons juridiques pour une série d'actions criminelles dans le cadre de la montée au pouvoir de Hitler, notamment lors de la nuit des Longs Couteaux. Son poste lui permit également de mettre la pression sur la justice concernant les arrestations politiques (Schutzhaft)

Notes et référencesModifier

  1. Robert Volz: Reichshandbuch der deutschen Gesellschaft. Das Handbuch der Persönlichkeiten in Wort und Bild. Band 1: A–K. Deutscher Wirtschaftsverlag, Berlin 1930, (de) « Publications de et sur Franz Gürtner », dans le catalogue en ligne de la Bibliothèque nationale allemande (DNB)., S. 398.
  2. Cuno Horkenbach (de) (Hrsg.): Das Deutsche Reich von 1918 bis heute. Band III, Verlag für Presse und Wirtschaft, Berlin 1933, S. 511.
  3. Laurence Rees, Holocauste, Albin Michel, , p. 162.
  4. Jacques Delarue, Histoire de la Gestapo, Paris, Fayard, , p. 58.

Liens externesModifier