Convoi n° 1 du 27 mars 1942

train de déportation des Juifs de France

Convoi n° 1 du 27 mars 1942
Image illustrative de l’article Convoi n° 1 du 27 mars 1942

Contexte Seconde Guerre mondiale
Mode de transport Ferroviaire
Numéro I
Départ Drapeau de la France France ()
Arrivée Auschwitz, Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Déportés Juifs
· Total 1 112
Survivants en 1945 19
But de la déportation Extermination

Le convoi no 1 du , surnommé convoi 1, est le premier convoi de déportation de Juifs de France pendant la Seconde Guerre mondiale. Parti de la gare du Bourget-Drancy, ce convoi fait une halte au camp de Royallieu (situé sur le territoire de la commune de Compiègne dans l’Oise). « Après de multiples comptages, les 565 sont conduits à la gare du Bourget-Drancy. Là, ils montent à bord des voitures de 3e classe d'un train de voyageurs. Il est 17 heures lorsque le train spécial 767 s'ébranle. Arrivé à Compiègne, il s'arrête et, dans la nuit, on fait monter 547 autres hommes. Il s'agit cette fois, en majeure partie, de juifs français arrêtés à leur domicile, à Paris, le 12 décembre 1941 - essentiellement des notables ... » . Puis les détenus sont déportés dans le camp d'extermination d'Auschwitz[1].

On trouve dans ce 1er convoi Israel Slitinsky, demi-frère de l'historien Michel Slitinsky, Théodore Tichauer, père de Eva Tichauer, le polytechnicien Henri Lang, directeur à la SNCF et enseignant à l'École des Ponts. Jacques Smaer, survivant et témoin, Salomon Altermann, brocanteur, Emanuel Mink, résistant et déporté français, un des premiers engagés volontaires dans les Brigades internationales lors de la guerre d'Espagne (survivant), Alter Fajnzylberg (30 ans), David Szmulewski, Natan Darty (survivant), un des fondateurs de Darty, Joseph Rubinsztein (âgé de 23 ans) (survivant)[1], Simon Gutman[1] (âgé de 18 ans) (survivant), Mayer Szyndelman (survivant).

Après la Seconde Guerre mondiale, on compte seulement 19 survivants sur les 1 112 déportés[2].

En 1991, Pierre-Oscar Lévy réalise un documentaire, Premier Convoi, où certains survivants s'expriment[3],[4].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Premier convoi pour Auschwitz », sur lemonde.fr, (consulté le )
  2. « Rescapés du premier convoi, ils témoignent », sur la-croix.com, (consulté le )
  3. « Premier convoi : Dignement, les survivants d'Auschwitz témoignent », sur liberation.fr, (consulté le )
  4. « Premier convoi », sur collections.forumdesimages.fr (consulté le )

Article connexeModifier