Ouvrir le menu principal

Controverse sur les rapports entre race et intelligence

Article général Pour un article plus général, voir Intelligence humaine.

La relation entre les notions de race et d'intelligence a été l'objet de recherches et de débats dans la recherche scientifique et la vulgarisation depuis le début du XXe siècle et l'invention des tests de quotient intellectuel[1]. Auparavant déjà, à l'époque des grandes explorations, l'idée de différences naturelles d’intelligence entre les groupes humains était répandue. Il n'y a pas de définition acceptée universellement de ces notions et aujourd'hui encore, le sujet est extrêmement polémique compte tenu du risque de récupération idéologique et politique de ce thème.

L'étude de ce sujet est pluridisciplinaire et fait appel à des références multiples notamment la psychologie, l'anthropologie, la biologie et la sociologie.

Sommaire

Controverse sur les frontières génétiques entre groupes humainsModifier

Article détaillé : Race humaine.

Dans les faits, il n’existe pas de rupture génétique complète entre les groupes biologiques humains actuellement présents sur Terre. La génétique permet de distinguer des groupes biologiques, cependant, la notion de « races humaines » est rejetée par la communauté scientifique, le problème taxinomique de l’existence ou de la non-existence de races au sein de l'humanité est un sujet de polémique scientifique[2]. Le discours universitaire sur les différences biologiques au sein de l’humanité a évolué. Pendant les décennies qui ont suivi la seconde guerre mondiale, en réaction à l’exacerbation de la notion de race par les nazis, l’existence de races ou de groupes biologiques au sein de l'humanité a été fortement remise en question. Les travaux de l'ethnologue Claude Lévi-Strauss, par exemple, insistaient beaucoup sur l'idée que les ethnies humaines se distinguaient par la culture et non par la biologie[3]. Le biologiste moléculaire et généticien Bertrand Jordan, considère que la notion de race est une construction sociale, et non un état de fait biologique[4].

Actuellement, l'existence de « races » est un concept largement réfuté en anthropologie et en biologie en Europe de l'Ouest et aux États-Unis. Les principales explications de ces réfutations à l'heure actuelle dans ces domaines proviennent de raisons historiques, politiques[2],[5]. Le concept est toujours majoritairement accepté et employé en Chine — où les scientifiques semblent être même « encouragés » à l'utiliser à la fois dans les discours public et scientifique[6] — ainsi qu'en Europe de l'Est[2].

Défense du conceptModifier

En juin 2009, une analyse des données issues des génomes SNP de l'International HapMap Project a été publiée qui porte sur l'étude de 53 populations. Selon cette étude, les population comprenaient trois groupes génétiques fortement distincts : les Africains, les Eurasiens, et les Asiatiques de l'est[7],[8],[9].

Depuis les années 2000 et 2010, tout en prévenant qu'elles ne rendent pas compte de manière convenable de la diversité de l'espèce humaine[10], des études sur la génétique humaine affirment qu'il est possible de distinguer des groupes biologiques au sein de l'humanité[10]. L'introduction d'un article du magazine La Recherche, de 2004 résume ainsi la situation dans l'introduction d'un article traduit de « Race: a genetic melting-pot », paru originellement en 2003 dans Nature :

« Contrairement à l'idée défendue depuis le milieu du XXe siècle, on peut définir scientifiquement des races dans l’espèce humaine. La connaissance du génome humain permet en effet de regrouper les personnes selon les zones géographiques d’où elles sont issues. En revanche, les usages que l’on prétend faire en médecine d’une classification raciale sont sujets à caution »[11].

Bruce Lahn, un généticien de l'université de Chicago qui a effectué des recherches dans le domaine de la génétique humaine a publié dans la revue scientifique Nature une demande de reconnaissance de la diversité génétique qui existe au sein de l'espèce humaine, à l'intérieur des groupes et entre les groupes, selon lui l'affirmation de l’homogénéité génétique de tous les humains est une erreur scientifique[12].

Réfutation du conceptModifier

Cependant, la pertinence du concept est remise en cause en biologie, au profit d'autres outils comme la variabilité génétique ou l’analyse génomique individuelle[13].

Également, la notion de « race » définie comme « population génétiquement distincte » de par la présence de « barrières nettes » entre ces populations, une des définitions du concept usée par Templeton, ne semble pas correctement représenter la diversité génétique humaine. En effet, il est, selon lui :

« essentiel de noter que la différenciation génétique seule est insuffisante pour définir une sous-espèce ou une race sous l'une ou l'autre de ces définitions de la race. Les deux définitions exigent que la différenciation génétique existe à travers des limites précises et non pas comme des changements progressifs, avec des frontières reflétant les divisions historiques. [...] Par conséquent, la différenciation génétique est nécessaire mais pas suffisante pour déduire une race. Les populations humaines montrent certainement des différences génétiques à travers l'espace géographique, mais cela ne signifie pas nécessairement que les races existent chez les humains »[14].

Or, même en usant de plus de 10 000 loci, la classification des populations humaines (Africains sub-saharien, Européens, et Asiatiques d’extrême-orient) qui atteint une précision proche de 100%, devient après l'ajout de populations intermédiaires alors plus arbitraire. La diversité génétique humaine décrivant plus un continuum que des groupes séparées clairement identifiables[15]. Selon Rosenberg et son équipe de chercheurs, ce continuum n'est cependant pas ininterrompu et présente des brisures de la distance génétique en corrélation avec les frontières géographiques comme les océans, l'Himalaya et le Sahara, qui peuvent servir de base pour identifier des « noyaux » correspondant aux régions géographiques[16]. La notion, lorsqu'elle se base sur l'identification de « populations génétiquement distinctes » de par la présences de « barrières nettes » entre ces mêmes populations, rend alors peu compte d'une réelle représentation de la diversité génétique humaine[14],[15].

« Les études d'ADN n'indiquent pas qu'il existe des sous-espèces classifiables distinctes (races) chez les humains modernes. Alors que différents gènes pour les traits physiques tels que la couleur de la peau et des cheveux peuvent être identifiés entre les individus, aucun modèle cohérent de gènes à travers le génome humain n'existe pour distinguer une race d'un autre. Il n'y a pas non plus de base génétique pour les divisions de l'ethnicité humaine. » - Human Genome Project, affirmation possiblement véritable pour la notion de « race » lorsqu'elle correspond à des « populations génétiquement distinctes, séparées par des barrières nettes »[17].

Histoire de la polémique à propos du quotient intellectuel et des groupes ethniquesModifier

Articles détaillés : Eugénisme et Quotient intellectuel.

Les premiers tests montrant des différences de quotient intellectuel entre les différents groupes ethniques aux États-Unis ont été les tests des recrutement de l'armée américaine au cours de la Première Guerre mondiale. Dans les années 1920, des groupes de lobbyistes eugénistes ont soutenu que ces résultats démontraient que les Afro-Américains et certains groupes d'immigrants étaient intellectuellement inférieurs aux Européens anglo-saxons en raison de différences biologiques qui auraient été innées ; les résultats des tests d'intelligence ont donc été utilisés comme un argument pour les politiques de ségrégation raciale. Par la suite, d'autres études ont paru, contestant ces conclusions et arguant plutôt que les tests de l'armée n'avaient pas été correctement contrôlés des effets de biais statistiques liés à des facteurs environnementaux tels que les différences socioéconomiques et éducatives entre les Afro-Américains et les Euro-américains[18].

Le débat a repris en 1969, lorsque Arthur Jensen affirmait que pour des raisons génétiques, les afro-américains étaient moins intelligents que les blancs et que les tentatives d'amélioration des conditions socio-économiques des noirs grâce a l'éducation des enfants afro-américains était donc vouée à être inefficace.

Les études sur les différences de QI entre les groupes humains font l'objet de débats virulents en raison notamment du risque qu'elles peuvent représenter en donnant une base scientifique au racisme.

Le QI a en effet été instrumentalisé pour étayer des propositions élitistes, eugénistes. Au cours du XXe siècle, des groupes de personnes ont par exemple été soumis à un programme de stérilisations contraintes à la suite de mauvais résultats à des tests de QI. Par exemple au Canada consécutivement à la loi Sexual Sterilization Act of Alberta (en) (1928).

Médiatisation du sujet et point de vue des spécialistesModifier

Des sondages d'opinion réalisés parmi les universitaires sur l’existence d'un lien entre race et intelligence montrent a quel point le sujet divise encore. En effet, une part non négligeable des universitaires américains considère que les différences de QI mesurés entre les races sont d'origine biologique. Cependant, la majorité des scientifiques insiste sur l'importance fondamentale des facteurs socio-environnementaux, culturels, nutritionnels et éducatifs pour expliquer les variations de quotient intellectuel entre individus, entre groupes et entre pays[19],[20].

Une enquête d'opinion sur le sujet a été réalisée en 2016 auprès de 71 scientifiques spécialistes du quotient intellectuel et des capacités cognitives. Les scientifiques ont répondu à plusieurs questions concernant les causes des écarts de quotient intellectuel mesuré dans le monde. Les résultats de cette enquête montrent que 21,64 % des spécialistes pensaient que l'éducation était la cause principale des différences de quotient intellectuel moyen à travers le monde, tandis que 17 % des interrogés considéraient que la génétique était le facteur principal expliquant ces différences, et 10,88 % pensaient que c'était la santé. Cependant, même parmi les scientifiques qui considéraient que l'éducation ou la santé étaient les causes principales des écarts mesurés, très peu considéraient que la génétique n'avait aucune influence, seulement 5 des 71 experts (7 %) qui ont répondu pensaient que les gènes ne jouaient pas de rôle dans ces écarts. Environ 90 % des experts interrogés croyaient que les gènes avaient au moins une certaine influence sur les différences internationales de quotient intellectuel, même si, d'après cette enquête, l'importance du facteur génétique reste a relativiser par rapport a l'influence de l'éducation ou de la santé selon l'opinion des scientifiques[19].

Dans une publication en l'honneur de Darwin parue dans Nature, un groupe de chercheur souligne l'importance prise par les perceptions subjectives de l'intention des scientifiques qui semblent déterminer l'acceptabilité d'une étude en dépit de son intérêt strictement scientifique. Ainsi le travail est célébré s'il promeut et donne une image positive de groupes sous-représentés (comme les femmes ou les minorités dans le cadre de la recherche en médecine personnalisée), mais les travaux sont rejetés et les auteurs injuriés si les travaux sont perçus comme donnant une base scientifique à des discriminations entre le sexe et les différences de race notamment dans le domaine de l'intelligence. Les auteurs concluent en rappelant que « lorsque les scientifiques sont réduits au silence par des personnes qui pensent que simplement poser certaines questions est inapproprié, cela commence à ressembler à une religion plutôt qu'à la science »[21].

Déterminisme supposé et différencesModifier

Différences de réussite scolaire entre groupes ethniques aux États-UnisModifier

Dans le système scolaire américain, il est constaté depuis des années que les groupes ethniques affichent des différences de réussite scolaire importantes, les asiatiques affichent en moyenne des résultats scolaires plus élevés que la moyenne des euro-américains qui eux-mêmes affichent des résultats scolaires plus élevés que les hispaniques et les afro-américains[22],[23],[24]. Les universitaires américains ont insisté sur le rôle primordial de l’environnement socioculturel dans lequel l'enfant évolue et de l'éducation reçue durant l'enfance pour expliquer ces écarts, l'importance de la perception des stéréotypes positifs ou négatifs a été soulignée comme cause de ces différences de réussite. Pour pallier ces différences, les États-Unis ont mis en place l'affirmative action, le but étant que chaque groupe atteigne une « masse critique » dans les cursus universitaires.

Le système scolaire américain a mis en place depuis de nombreuses années des programmes scolaires spéciaux pour les enfants surdoués. Ces enfants sont regroupés en classes spéciales avec des programmes et des activités adaptés ainsi qu'un suivi spécifique. Or on constate que dans ces classes regroupant les enfants surdoués, les enfants noirs et hispaniques sont sous représentés par rapport à leur proportion dans la population américaine, tandis que les enfants asiatiques américains sont surreprésentés dans ces classes de surdoués[25],[26]. Ainsi en 2006, 8 % des enfants blancs scolarisés dans les écoles publiques primaires et secondaires étaient considérés comme surdoués, tandis que 3,6 % des enfants noirs scolarisés dans les écoles publiques primaires et secondaires étaient comptabilisés comme surdoués, la proportion des enfants asiatiques surdoués étant de 13,1 %[27],[25]. Certains spécialistes mettent en cause des biais statistiques du fait que des stéréotypes positifs favorisent les enfants asiatiques tandis que des stéréotypes négatifs pénalisent les enfants afro-américains et hispaniques[25]. Là encore, ces données ont été utilisées pour tenter de donner du crédit à l'idée d'une hypothétique différence d’intelligence entre groupes humains.

Adoptions interethniquesModifier

Dans une étude publiée en 1976 intitulée « Minnesota Transracial Adoption Study », les psychologues américains Sandra Scarr et Richard A. Weinberg ont mesuré le quotient intellectuel de 265 enfants de différents groupes ethniques adoptés par des familles blanches de classe moyenne recrutés sur tout le territoire américain et suivis pendant plusieurs années[28]. Les résultats de cette étude indiquaient que le quotient intellectuel moyen était différent selon les origines ethniques des enfants, malgré un environnement apparemment uniforme[28]. Les enfants afro-américains adoptés présentaient des quotients intellectuels plus faibles que les euro-américains adoptés. Certains scientifiques ont vu dans ces différences de QI entre enfants adoptés une preuve empirique de différences d’intelligence entre groupes humains d'origine biologique. Pour certains psychologues, des facteurs socioculturels et socio-psychologiques expliquent ces écarts de QI moyen entre des groupes ethniques. Ainsi, des stéréotypes négatifs ou positifs reçus dans l'éducation des enfants adoptés peuvent expliquer les différences. Cependant, Sandra Scarr, l'un des deux scientifiques à l'origine de l'étude sur les adoptions interethniques du Minnesota, est l'un des 52 scientifiques signataires du « Mainstream Science on Intelligence », une tribune publiée dans le Wall Street Journal, qui affirmait que des différences d’intelligence d'origine génétique existaient entre les ethnies. Cette tribune fut à l'origine du vives polémiques scientifiques.

En 1989, une étude a été menée pour mesurer le quotient intellectuel d'enfants coréens adoptés par des familles belges. Ces enfants présentaient un QI moyen de 119. Après correction des effets de variation liés au revenu des parents, le QI des enfants coréens adoptés était encore de dix points plus élevé que le QI moyen des enfants belges d'ascendance européenne[29].

Les données sur les enfants adoptés en France montrent que parmi les enfants adoptés de différentes origines, la proportion de bacheliers change selon l’origine géographique : ainsi 80 % des enfants adoptés d’origine asiatique étaient bacheliers contre 54 % pour les enfants adoptés originaires de France et 43 % pour les enfants adoptés originaires d'Afrique ou d'Amérique Latine. La répartition des âges au moment ou les enfants ont été adoptés, qui est globalement la même selon la région d'origine des enfants, ne peut pas expliquer les différences entre les enfants originaires d'Asie et les autres pays d’origine : 40 % à 55 % des enfants, quelle que soit leur région d'origine, ont été adoptés avant l’âge de 1 an et 25 % à 30 % entre 1 et 3 ans. La encore, le rôle de potentiels stéréotypes positifs à propos des enfants asiatiques a été mis en cause pour expliquer ces différences[30].

Rapport de l'Association américaine de psychologie à propos des différences de quotient intellectuel entre groupes ethniquesModifier

L'Association américaine de psychologie a rapporté des différences de quotient intellectuel entre ce qu'aux États-Unis sont désignés « groupes raciaux ». En moyenne, les asiatiques américains et les juifs ashkénazes américains auraient de meilleurs résultats que la moyenne, tandis que les hispaniques et les afro-américains afficheraient des QI plus faibles que la moyenne. Elle déduit que les groupes ethniques ayant le niveau de vie le plus élevé, c'est-à-dire les asiatiques de l'est et les ashkénazes affichent des QI plus élevés que la moyenne des euro-américains qui eux-mêmes ont des QI plus élevé que les minorités ethniques plus pauvres, c'est-à-dire les afro-américains et les hispaniques[31]. Ces résultats sont à l'origine de vifs débats dans le monde universitaire.

« The Bell Curve »Modifier

Article détaillé : The Bell Curve.

Les débats sur les « races » et les différences entre les QI ont été particulièrement virulents aux États-Unis après la publication du livre The Bell Curve de Richard J. Herrnstein et Charles Murray. Les auteurs y ont commenté les différences de QI entre groupes ethniques aux États-Unis où les minorités noires ont des scores plus faibles que les euro-américains, eux-mêmes ayant des scores plus faibles que les minorités asiatiques et ashkénazes, ce qui a des implications politiques et idéologiques importantes[32]. À la suite de la parution de ce livre, certains spécialistes ont avancé des explications qualifiées de racistes par d'autres spécialistes. L'Association Américaine de Psychologie et le Conseil national des affaires scientifiques américains ont commandé un rapport d'experts indépendants pour faire le point sur la question[32].

« Mainstream Science on Intelligence »Modifier

Article détaillé : Mainstream Science on Intelligence.

En 1994 paraît une tribune dans le Wall Street Journal intitulée « Mainstream Science on Intelligence ». Ce texte rédigé par une psychologue a été signé par 52 des 121 universitaires auquel il a été proposé. Il prétend exposer les détails des connaissances sur le sujet, ainsi que les questions non résolues scientifiquement à cette date. Les spécialistes signataires de cette tribune défendaient l'idée que les différences de QI entre les groupes seraient d'origine biologique comme l'affirmait Murray et Richard J. Herrnstein dans le livre The Bell Curve[33],[32].

Cette tribune a été vivement critiquée, tout comme les thèses défendues dans le livre The Bell Curve. Une partie des universitaires américains n'étaient pas d'accord avec ces thèses jugées « racistes et nauséabondes ». Les anthropologues défendant l'idée de l'existence de différences raciales dans l’intelligence étaient minoritaires depuis la fin du XXe siècle[34],[35].

Effets environnementaux et ré-équilibrationModifier

Éducation et ré-équilibrationModifier

Adoption inter-ethnique revisitéeModifier

Malgré les différences de QI montrées lors des expériences menées par l'étude « Minesota transracial adoptees », de plus récentes études ont été effectuées par Dalen & al. en 2008, Lindblad & al. en 2009 et Loman & al. 2009, et ont montré des différences non-significatives (allant de 1 à 1,5 points de QI) entre les adoptés noirs, blancs et asiatiques, montrant ainsi une quasi-ré-équilibration des scores de QI comparé aux résultats menés par la précédente étude[36].

Différences de réussite scolaire entre élèves de différentes ethnies revisitéesModifier

Roland Fryer & Steven Levitt en 2004 ont tenté d'identifier les variables expliquant le fossé des scores au SAT (étant l'épreuve en fin de secondaire Américain, corrélée positivement aux scores de QI[37]) en analysant un échantillon de 20 000 enfants âgés de 5 et 6 ans. En contrôlant de nombreux facteurs socio-économiques, en tenant compte d'un grand nombre de variables de contrôle comme l'âge des parents, le nombre de livres à la maison, le poids à la naissance, la participation à la nutrition WIC (Special Supplemental Nutrition Program for Women, Infants, and Children), le nombre de fessées, le niveau de sécurité de la zone résidentielle, etc. Les auteurs ont ainsi montré que l'écart entre les enfants noirs et les enfants blancs en prenant en compte ces biais environnementaux se rééquilibrent, leur ethnie n'ayant pas d'impact causal sur le score au SAT[38].

Également, les scores au GCSE (étant l'épreuve en fin de secondaire Britannique, aussi corrélée positivement aux scores de QI[39]) relevés en 2009, 2010 et 2011, montrent que les élèves noirs réussissaient mieux à l'épreuve que les élèves blancs et asiatiques, et que les élèves blancs britanniques réussissaient mieux que les élèves blancs ibériques[40].

Enfin, plusieurs études tentent à prouver la causalité entre le travail fourni et les conditions d'éducation à l'école, ainsi que l'augmentation ou la baisse des scores de QI, causalité pouvant s'avérer véritable de par une augmentation des scores de QI de 2 à 10 points par année d'étude franchie, et une baisse de ces mêmes points par une mauvaise condition d'éducation ou un abandon des études, montrant que les différences moyens de QI entre les élèves de différentes ethnies proviendraient de leur éducation[41],[42],[43].

Culture et ré-équilibrationModifier

La culture, et plus précisément l'acculturation et l'influence de culture promouvant ou ne promouvant pas de grandes performances dans les aptitudes logiques (comme le dilemme entre confucianisme/bouddhisme chinois et la culture populaire américaine[précision nécessaire]) peuvent expliquer les différences de performance logique lors des tests de QI entre populations de différentes ethnies. En 1971, Mercer a classé les scores de QI pour les enfants mexicains et afro-américains selon le niveau d'acculturation et d'influence culturelle[44]. Entre les niveaux les plus élevés d'acculturation et d'influence culturelle, les enfants mexicains ont montré une différence d'environ 20 points (84,5 à 104,4) et les enfants afro-américains ont aussi montré une différence d'environ 20 points (82,7 à 99,5), les différences de QI moyen entre les populations tendant alors à se rééquilibrer lorsque les niveaux d'acculturation et d'influence culturelle augmentent[45].

Pour certains chercheurs, les tests de QI sont biaisés culturellement, de par des paternes pouvant être difficiles à résoudre à cause de perception logique ou de niveau de langue différents car influencés par la culture des personnes testés ; d'où l'invention de test de QI culture-fair. Joseph F. Fagan et Cynthia R. Holland ont alors voulu tester, en 2008, la fiabilité de ces tests (en étudiant la corrélation de ces tests aux succès scolaires) et les résultats sur les scores moyens des minorités. Ils ont alors trouvé que ces tests étaient bien corrélés positivement aux succès scolaires et qu'aucune différence significative de QI ne fut trouver entre les QI moyen des minorités étudiées, montrant que les différences de QI moyens entre les populations mesurées par les tests non-culture-fair proviendraient de leurs différences culturelles[46].

Contexte socio-économique et ré-équilibrationModifier

Le contexte socio-économique peut aussi expliquer les différences de performance logique lors des tests de QI entre populations d’ethnie différente. En 2015, Sophie von Stumm et Robert Plomin, ont tenté de mesurer l’influence du contexte socio-économique sur le QI, et ont montré une corrélation significative de celui-ci (de 40% en moyenne à 70%) avec une augmentation des différences de QI avec l'âge alors que les différences de contexte socio-économique ne changent pas entre les jumeaux-parfaits (supposés avoir le même ADN) testés (avec des différences de QI de 6 points à l'âge de 2 ans allant jusqu'à 17 points de différence à l'âge de 16 ans ; les enfants élevés dans des contextes socio-économiques hauts passant de 99 points de QI à 103 points de QI, contrairement aux enfants élevés dans des contextes socio-économiques bas passant de 93 points de QI à 87 points de QI)[47]. Une expérience similaire a été effectuée quelques années auparavant, en 1989, par Christiane Capron et Michel Duyme, et a montré approximativement les mêmes résultats, impliquant que les différences de QI moyens entre les populations proviendraient des différences de contexte socio-économique[48].

Effets sociologiques et ré-équilibrationModifier

Des effets sociologiques, comme la Menace du stéréotype, peuvent pareillement expliquer les différences de performance logique lors des tests de QI entre personnes d’ethnies différentes. L'effet de la menace du stéréotype étant le suivant : Quand vous devez passer un test d'intelligence où vous êtes dans une position de "menace" (on vous dit que le test que vous allez prendre mesure votre intelligence et prend en compte votre appartenance ethnique), vous allez immédiatement chercher tous les stéréotypes liés à l'intelligence supposée de votre ethnie, et si votre ethnie est considérée comme "moins intelligente", vous stresserez et ne vous arrêterez pas d'occuper votre esprit avec ce fait, en essayant de vous persuader que vous devez tout faire pour ne pas confirmer le stéréotype, ce qui vous fera commettre plus d'erreurs d'attention, en plus de vous faire prendre plus de temps pour répondre aux questions, vous conduisant à avoir réellement des résultats moins bons. Ce test a été réalisé sur des universitaires américains, blancs et noirs, par Claude Steele et Joshua Aranson, en 1995, et les résultats sont exactement ceux attendus par la théorie (lorsque les individus testés y étaient soumis, les noirs apportaient en moyenne moins de bons résultats que les blancs, et lorsque les individus testés n'y étaient pas soumis, les noirs et les blancs obtenaient alors en moyenne les mêmes résultats.)[49],[50] L'expérience a aussi été conduite entre blancs et mexicains (où le stéréotype négatif est supposé être assimilé par les mexicains) et blancs et asiatiques (où le stéréotype négatif est supposé être assimilé par les blancs) et montrent les mêmes résultats, impliquant que les différences de QI moyens entre les personnes de différentes ethnies proviendraient d'effet sociologique, comme la Menace du stéréotype[51]. La validité du concept de menace du stéréotype est cependant l'objet de discussion et pour certains chercheurs, les preuves avancées pouvant être très faibles voir non significatives et ce domaine de recherche pouvant faire l'objet de biais de publication[52].

Également d'autres effets socio-psychologiques, comme l'Effet Flynn, montrent une augmentation assez constante du QI dans le monde lors de périodes de temps courtes (de l'ordre de la dizaine d'année), où le QI moyen des noirs en Amérique est, par exemple, passé de 85 en 1995 à 91 en 2012. Des prédictions des futures scores de QI moyen par pays et par populations peuvent alors être effectuées, montrant alors que le QI moyen des noirs tendraient à augmenter jusqu'à atteindre ~95 au minimum à ~100 au maximum en 2060, alors que le QI moyen des blancs resteraient aux alentours de ~100 (atteignant ~103 au minimum à ~104 au maximum) lors de cette même année[53]. Ces augmentations se déroulant dans des périodes de temps courtes laissent alors peu de place à l'hypothèse de différences dues à un déterminisme biologique, les mutations génétiques avantageuses ne se diffusant pas à une population en une dizaine d'année[réf. nécessaire].

Entraînement cognitif et ré-équilibrationModifier

L'entraînement cognitif peut, de la même façon, expliquer les différences de performance logique lors des tests de QI entre personnes d’ethnies différentes. En 2016, Sarah Cassidy, Bryan Roche, Dylan Colbert, Ian Stewart et BIan M.Grey, ont montré qu'après un entraînement logique quotidien durant plusieurs mois, sur des adolescents, le QI moyen augmentait de 20 points (où le QI du plus bas individu testé ayant 84 passe alors à 106)[54]. D'autres études viennent renforcer ce fait, où des augmentations significatives de points de QI ont aussi été observé lors d’entraînement cognitif (prenant en compte, par ailleurs, d'autres effets pouvant biaiser la réelle efficacité des entraînements, comme l'Effet Placebo), montrant que les différences de QI moyens entre populations et personnes de différentes ethnies proviendraient d'une inégalité d'entraînement cognitif, et pourrait se rééquilibrer après entraînement[55].

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Race and intelligence » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) Earl Hunt (en) et Jerry Carlson, « Considerations relating to the study of group differences in intelligence », Perspect. Psychol. Sci. (en), vol. 2,‎ , p. 194-213 (DOI 10.1111/j.1745-6916.2007.00037.x).
  2. a b et c Goran Strkalj, The Status of the Race Concept in Contemporary Biological Anthropology: A Review, vol. 9, (lire en ligne)
  3. Claude Lévi-Strauss, Race et Histoire, France, Unesco,
  4. « Les « races » sont d’abord une construction sociale », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  5. « The decline of race in American physical anthropology », sur citeseerx.ist.psu.edu (consulté le 2 février 2018)
  6. Qian Wang, Goran Štrkalj et Li Sun, « On the Concept of Race in Chinese Biological Anthropology: Alive and Well », Current Anthropology, vol. 44, no 3,‎ , p. 403–403 (ISSN 0011-3204, DOI 10.1086/374899, lire en ligne)
  7. « https://www.sciencedaily.com/releases/2009/06/090605091157.htm », sur www.sciencedaily.com (consulté le 26 avril 2017)
  8. Graham Coop, Joseph K. Pickrell, John Novembre et Sridhar Kudaravalli, « The Role of Geography in Human Adaptation », PLOS Genetics, vol. 5, no 6,‎ , e1000500 (ISSN 1553-7404, PMID 19503611, PMCID PMC2685456, DOI 10.1371/journal.pgen.1000500, lire en ligne)
  9. « Among Many Peoples, Little Genomic Variety », sur www.washingtonpost.com (consulté le 26 avril 2017)
  10. a et b « Comment a évolué le concept de race? », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  11. (en) Marcus W. Feldman, Richard C. Lewontin et Mary-Claire King, « Race: A genetic melting-pot », Nature, vol. 424, no 6947,‎ , p. 374–374 (ISSN 0028-0836, DOI 10.1038/424374a, lire en ligne)
  12. (en) Bruce T. Lahn et Lanny Ebenstein, « Let's celebrate human genetic diversity », Nature, vol. 461, no 7265,‎ , p. 726–728 (ISSN 0028-0836, DOI 10.1038/461726a, lire en ligne)
  13. Neil Risch, Esteban Burchard, Elad Ziv et Hua Tang, « Categorization of humans in biomedical research: genes, race and disease », Genome Biology, vol. 3, no 7,‎ , comment2007.1–comment2007.12 (ISSN 1465-6906, PMID 12184798, lire en ligne)
  14. a et b Alan R. Templeton, « Biological Races in Humans », Studies in history and philosophy of biological and biomedical sciences, vol. 44, no 3,‎ , p. 262–271 (ISSN 1369-8486, PMID 23684745, PMCID PMC3737365, DOI 10.1016/j.shpsc.2013.04.010, lire en ligne)
  15. a et b D. J. Witherspoon, S. Wooding, A. R. Rogers et E. E. Marchani, « Genetic Similarities Within and Between Human Populations », Genetics, vol. 176, no 1,‎ , p. 351–359 (ISSN 0016-6731, PMID 17339205, PMCID PMC1893020, DOI 10.1534/genetics.106.067355, lire en ligne)
  16. (en) Noah A. Rosenberg, Saurabh Mahajan, Sohini Ramachandran et Chengfeng Zhao, « Clines, Clusters, and the Effect of Study Design on the Inference of Human Population Structure », PLOS Genetics, vol. 1, no 6,‎ , e70 (ISSN 1553-7404, DOI 10.1371/journal.pgen.0010070, lire en ligne) :

    « individuals can be partitioned into genetic clusters that match major geographic subdivisions of the globe, with some individuals from intermediate geographic locations having mixed membership in the clusters that correspond to neighboring regions. [...] small discontinuous jumps in genetic distance—across oceans, the Himalayas, and the Sahara—that provide the basis for the ability of STRUCTURE to identify clusters that correspond to geographic regions. »

  17. « Minorities and Genomics: Issues of Race », sur web.ornl.gov (consulté le 14 février 2018)
  18. « The Black-White Test Score Gap », sur www.nytimes.com (consulté le 9 mai 2017)
  19. a et b Heiner Rindermann, David Becker et Thomas R. Coyle, « Survey of Expert Opinion on Intelligence: Causes of International Differences in Cognitive Ability Tests », Frontiers in Psychology, vol. 7,‎ (ISSN 1664-1078, PMID 27047425, PMCID PMC4804158, DOI 10.3389/fpsyg.2016.00399, lire en ligne)
  20. « PsycNET - Option to Buy », sur psycnet.apa.org (consulté le 9 mai 2017)
  21. (en) Stephen Ceci et Wendy M. Williams, « Darwin 200: Should scientists study race and IQ? YES: The scientific truth must be pursued », Nature, vol. 457, no 7231,‎ , p. 788–789 (ISSN 0028-0836, DOI 10.1038/457788a, lire en ligne)
  22. « The Growing Correlation Between Race And SAT Scores: New Findings From California | Center for Studies in Higher Education (CSHE) », sur www.cshe.berkeley.edu (consulté le 24 avril 2017)
  23. (en-US) « Race gaps in SAT scores highlight inequality and hinder upward mobility | Brookings Institution », Brookings,‎ (lire en ligne)
  24. (en) Scott Jaschik, « SAT scores drop and racial gaps remain large », insidehighered,‎ (lire en ligne)
  25. a b et c Susan Dynarski, « Why Talented Black and Hispanic Students Can Go Undiscovered », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  26. Al Baker, « In One School, Students Are Divided by Gifted Label — and Race », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  27. (en) « Digest of Education Statistics, 2010 », sur nces.ed.gov (consulté le 18 juin 2017)
  28. a et b (en) Scarr, S., & Weinberg, R. A., « IQ test performance of black children adopted by White families. », American Psychologist,‎
  29. (en) « The intelligence of Korean children adopted in Belgium - ScienceDirect », sur www.sciencedirect.com (consulté le 9 mai 2017)
  30. Denise Fichcott et Jacques Vaugelade, « La scolarité des enfants adoptés », Empan, vol. no 63, no 3,‎ , p. 57–59 (ISSN 1152-3336, lire en ligne)
  31. (en) Ulric Neisser, « Intelligence: Knowns and Unknowns », American Psychological Association,‎ (lire en ligne)
  32. a b et c (en) « Intelligence: Knowns and unknowns. », American Psychologist, vol. 51, no 2,‎ (ISSN 1935-990X et 0003-066X, DOI 10.1037/0003-066X.51.2.77, lire en ligne).
  33. « Download Limit Exceeded », sur citeseerx.ist.psu.edu (consulté le 24 avril 2017)
  34. (en) Daniel Schacter, Daniel Gilbert et Daniel Wegner, Psychology, New York, Worth Publishing, (ISBN 0-7167-5215-8).
  35. Neisser et al. 1996 « The differential between the mean intelligence test scores of Blacks and Whites (about one standard deviation, although it may be diminishing) does not result from any obvious biases in test construction and administration, nor does it simply reflect differences in socio-economic status. Explanations based on factors of caste and culture may be appropriate, but so far have little direct empirical support. There is certainly no such support for a genetic interpretation. At present, no one knows what causes this differential. »
  36. (en) Drew Thomas, « Racial IQ Differences among Transracial Adoptees: Fact or Artifact? », Journal of Intelligence,‎ , p. 18 (lire en ligne)
  37. (en) Meredith C. Frey & Douglas K. Detterman, « Scholastic Assessment or g? The Relationship Between the Scholastic Assessment Test and General Cognitive Ability », Case Western Reserve University,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  38. (en) Roland G. Fryer Jr. & Steven D. Levit, « Understanding the black-white test score gap in the first two years of school », The Review of Economics and Statistics,‎ , p. 18 (lire en ligne)
  39. (en) Ian J. Deary & Steve Strand & Pauline Smith & Cres Fernandes, « Intelligence and educational achievement », ScienceDirect,‎ , p. 9 (lire en ligne)
  40. (en-US) « Blacks, Especially Igbos Prove More Intelligent Than Whites Including The Asian Outliers - NewsRescue.com », sur newsrescue.com (consulté le 2 février 2018)
  41. (en) « Increased educational level is related with higher IQ scores but lower g-variance: Evidence from the standardization of the WAIS-R for Italy », Intelligence, vol. 50,‎ , p. 68–74 (ISSN 0160-2896, DOI 10.1016/j.intell.2015.02.005, lire en ligne)
  42. (en) « Schooling in adolescence raises IQ scores », Research Department, Statistics Norway, 0033 Oslo, Norway & Department of Economics, University of Oslo, 0317 Oslo, Norway,‎ , p. 6 (lire en ligne)
  43. (en) Stephen J. Ceci &Wendy M. Williams, « Schooling, Intelligence, and Income », Cornell University,‎ , p. 8 (lire en ligne)
  44. (en) Mercer, Jane R., « Pluralistic Diagnosis in the Evaluation of Black and Chicano Children: A Procedure for Taking Sociocultural Variables into Account in Clinical Assessment », American Psychological Association Annual Convention,‎ (lire en ligne)
  45. (en) Ruben J. Echemendia, Cultural Diversity: A Special Issue of Applied Neuropsychology, Psychology Press, (ISBN 9781135066499, lire en ligne)
  46. (en) Joseph F. Fagan & Cynthia R. Holland, « Culture-fair prediction of academic achievement », ScienceDirect,‎ , p. 6 (lire en ligne)
  47. Sophie von Stumm et Robert Plomin, « Socioeconomic status and the growth of intelligence from infancy through adolescence », Intelligence, vol. 48,‎ , p. 30–36 (ISSN 0160-2896, PMID 26640306, PMCID PMC4641149, DOI 10.1016/j.intell.2014.10.002, lire en ligne)
  48. (en) Christiane Capron et Michel Duyme, « Assessment of effects of socio-economic status on IQ in a full cross-fostering study », Nature, vol. 340, no 6234,‎ , p. 552–554 (ISSN 1476-4687, DOI 10.1038/340552a0, lire en ligne)
  49. (en) Claude Steele & Joshua Aronson, « Stereotype Threat and the Intellectual Test Performance of Africans Americans », Journal of Personality and Social psychology,‎ , p. 15 (lire en ligne)
  50. Menace du stéréotype
  51. Brian Armenta, Stereotype Boost and Stereotype Threat Effects: The Moderating Role of Ethnic Identification, vol. 16, (lire en ligne)
  52. (en) Arthur Robert Jensen, The G Factor: The Science of Mental Ability, Praeger, (ISBN 9780275961039, lire en ligne)
  53. (en) « Black Americans Reduce the Racial IQ Gap: Evidence from Standardization Samples » (consulté le 2 février 2018)
  54. (en) « A relational frame skills training intervention to increase general intelligence and scholastic aptitude », Learning and Individual Differences, vol. 47,‎ , p. 222–235 (ISSN 1041-6080, DOI 10.1016/j.lindif.2016.03.001, lire en ligne)
  55. (en-US) « 2014-2015 Meta-Analyses on Working Memory Training for IQ and Working Memory », HRP Lab,‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier