Constitution brésilienne de 1988

loi fondamentale du Brésil depuis 1988
Constitution brésilienne de 1988
Description de cette image, également commentée ci-après
Constitution brésilienne de 1988
Présentation
Pays Drapeau du Brésil Brésil
Langue(s) officielle(s) Portugais
Type Constitution
Adoption et entrée en vigueur
Adoption
Entrée en vigueur
Modifications Plus de 60 fois[1]

Lire en ligne

Gouvernement brésilien : (pt) version consolidée ;
OMPI : (en) consolidée en 2008, (es) consolidée en 2008, (fr) consolidée en 1998

La constitution brésilienne du [1] est la 7e constitution de l'État brésilien. Elle a été approuvée par l'Assemblée nationale constituante le 22 septembre de 1988 et promulguée le 5 octobre 1988. Elle a introduit un scrutin présidentiel direct à deux tours, avec un accroissement du poids du Congrès face à l’exécutif, une décentralisation, des droits fondamentaux, comme les droits sociaux et les libertés individuelles.

Elle consacre « l'Union indissoluble » des États fédérés, des municipalités et du district fédéral, ainsi que la laïcité de l'État (article 19).

Conçue dans le cadre du processus de démocratisation, qui a commencé avec la fin de la dictature militaire au Brésil (1964-1985), elle est connue sous le nom de «Constitution citoyenne»[2].  À la date de septembre 2020, elle a connu plus de 100 amendements[3].

Assemblée constituanteModifier

Le Congrès élu en 1986 reçoit du président José Sarney la tâche d'élaborer une nouvelle constitution. Le Congrès devient donc Assemblée constituante. Les travaux de l'Assemblée constituante brésilienne ont commencé le à l'issue de 21 ans de dictature militaire.

L'objectif premier est d'apporter une rupture par rapport à la Constitution de 1967, jugée arbitraire, et dans le cadre d'un processus de démocratisation, de rétablir l'inviolabilité des libertés et droits fondamentaux[4].

Contenu des InstitutionsModifier

Pouvoir exécutifModifier

Le Président de la République Fédérative du Brésil et le Vice-Président sont élus pour 4 années au suffrage universel direct à deux tours (les candidats à la présidence et à la vice-présidence se présentent sur une même liste). Le Président peut être destitué par le Congrès pour des cas de corruption, mais non pour des raisons politiques (le premier titulaire du poste, Fernando Collor de Mello le sera par les votes du et du après une enquête diligentée par le Congrès et la police fédérale). Les lois doivent recevoir sa sanction : le Président dispose d'un droit de veto sur les lois adoptées par le Congrès national, y compris pour les lois de finances, mais hors certains cas (nominations, référendum et plébiscites, accords internationaux...)

Pouvoir législatifModifier

Le Congrès national se compose de la Chambre des Députés et du Sénat fédéral et élus au suffrage universel direct ; la législature dure 4 ans pour les parlementaires. La Chambre des Députés est composée de 513 députés, le Sénat Fédéral de 3 sénateurs par État, plus 3 pour le District Fédéral de Brasilia, soit 81 sénateurs.

Pouvoir judiciaireModifier

L'ordre judiciaire comprend notamment : le Tribunal suprême fédéral, le tribunal supérieur de justice, les tribunaux fédéraux régionaux, les tribunaux du travail, les tribunaux électoraux, les tribunaux militaires et les tribunaux de justice de chaque État de la Fédération.

Le Tribunal suprême fédéral fait fonction de cour constitutionnelle, pour les relations entre les pouvoirs publics fédéraux, pour les relations fédérales et pour le contrôle abstrait des lois; et de cour suprême d'appel pour les questions constitutionnelles en affaires concrètes. Il est composé de 11 juges, nommés par le Président de la République, après accord du Sénat Fédéral. Ils exercent leurs fonctions jusqu'à leur 70e anniversaire.

Compétences et étendueModifier

La constitution du Brésil du est connue pour être l'une des plus longues du monde. Parmi tous les constitutions récentes, elle est la plus démocratique, la plus analytique et la plus détaillée, selon Clèmerson Merlin Clève[5]. De très nombreux principes y sont inscrits, des libertés individuelles aux droits de la propriété intellectuelle, de l'organisation des pouvoirs à la fiscalité. En particulier : les objectifs de l'État fédéral y sont inscrits (article 3) ainsi que les principes guidant ses relations internationales (article 4), les règles d'acquisition de la nationalité (droit du sol : article 12) et le droit de vote (vote obligatoire entre 18 et 70 ans, possible dès 16 ans).

  • Titre I : Principes fondamentaux
  • Titre II : Droits et garanties fondamentaux
  • Titre III : Organisation de l'État
  • Titre IV : Organisation des pouvoirs
  • Titre V : Défense de l'État et des institutions démocratiques
  • Titre VI : Fiscalité et budget
  • Titre VII : Ordre économique et financier
  • Titre VIII : Ordre social
  • Titre IX : Dispositions constitutionnelles générales

CritiqueModifier

 
Roberto Campos,l'une des rares voix qui s'est prononcée contre la Constitution de 1988 au moment de sa création

La Constitution fédérale de 1988 est critiquée dans sa doctrine pour être très étendue, prolixe et analytique. Cette caractéristique a obligé la Constitution à être modifiée plusieurs fois, dans des processus politiquement coûteux, pour s'adapter aux changements de la société[6],[7],[8],[9].

Une autre critique est que la Constitution fédérale de 1988 reproduit un modèle de capitalisme d'État, élargissant les monopoles d'État et la réglementation, qui permettait à l'État brésilien, en 2017, d'avoir des participations dans plus de 650 entreprises, impliquées dans un tiers du PIB national. Ce modèle a également créé des restrictions pour la performance des entreprises étrangères dans divers domaines avec des conséquences désastreuses pour la croissance du pays. De l'avis de certains chercheurs, ce modèle économique favorise le patrimonialisme et la corruption[10],[11],[12],[13],[14],[15],[16].

Depuis l'approbation de la Constitution fédérale de 1988, le taux d'homicides a augmenté de 124 % au Brésil et plus d'un million de personnes ont été assassinées. Alors que dans les années 80 il y avait 11,7 homicides pour 100 000 habitants, en 2010 le taux a atteint 26,2, soit une augmentation moyenne de 2,7% par an[17].

Une partie de la doctrine a blâmé la Constitution. Raúl Jungmann a critiqué le fait que la Constitution donne aux États la responsabilité de la sécurité publique, ne laissant à l'Union qu'un rôle résiduel. Cela aurait permis la croissance de factions telles que le Primeiro Comando da Capital et le Comando Vermelho. De l'avis d'Alexandre de Moraes, le Brésil confond le respect de la dignité de la personne humaine avec l'indulgence envers les chefs criminels. [18],[19],[20]

La Constitution est également responsable de laisser un système procédural lent. Le Brésil a le 30e système judiciaire le plus lent parmi 133 pays, selon la Banque mondiale. Cela a conduit le pouvoir judiciaire à utiliser les arrestations provisoires comme un aperçu de la peine. En 2015, plus de 40 % des prisonniers au Brésil étaient provisoires. [21],[22] Cela a conduit le pouvoir judiciaire à utiliser les prisons provisoires comme un aperçu de la peine[23],[24].

Une étude de la Banque mondiale a critiqué la Constitution fédérale de 1988 pour avoir étendu les privilèges des agents publics, exacerbant les inégalités de revenus au Brésil. La rémunération et la retraite sont disproportionnellement élevées selon les études. En 2015, le déficit du gouvernement fédéral avec la retraite d'environ 1 million d'employés du gouvernement était supérieur au total enregistré avec 33 millions de retraités privés. Pour la Banque mondiale, les agents publics sont parmi les cinquièmes les plus riches de la population brésilienne. Pour Roberto Brant, la Constitution fédérale a été capturée par des groupes d'agents publics en 1988. Le philosophe Fernando Schüler soutient que le Brésil est allé à contre-courant dans les années 1980: «Alors que le monde essayait d'ajuster l'État à la mondialisation et de moderniser la gestion publique, le Brésil a opté pour un État super-bureaucratique dans la Constitution de 1988. Nous offrons une stabilité rigide dans l'emploi des fonctionnaires, nous mêlons les carrières de l'État aux carrières communes de la fonction publique, nous avons créé la loi des appels d'offres, nous avons jeté les budgets et nous avons éliminé toute place pour la méritocratie dans le sphère publique ". Pour le juriste Modesto Carvalhosa, seule une nouvelle constitution «principiologique» mettrait fin aux privilèges de la Constitution de 1988[25],[26],[27],[28],[29],[30],[31].

La Constitution fédérale de 1988 est également critiquée pour avoir adopté l'un des plus larges forums spéciaux en raison de la prérogative de fonction dans le monde, les juristes comprennent que cette extension encourage la corruption. Un quart des actions avec un forum privilégié prend plus de dix ans pour être jugées. La Cour suprême fédérale prend 1 300 jours pour juger les actions pénales des personnes à compétence privilégiée. Entre 2001 et 2017, 200 actions liées au Forum privilégié ont expiré[32],[33],[34],[35],[36],[37].

L'exigence de transit inattaquable pour l'exécution de la peine est également critiquée. Pour le juge Sérgio Moro, l'attente du jugement définitif contribuera à l'impunité. Selon le ministre Teori Zavascki après avoir confirmé une seconde phrase, il n'était plus possible de parler du principe de non-culpabilité, car «les recours exceptionnels, pour les tribunaux de superposition, n'ont pas la capacité de contrôler les faits et les preuves». Aux Nations Unies, 193 des 194 pays ont une première ou une deuxième arrestation[38],[39],[40],[41].

Sur le plan électoral, la Constitution a adopté le vote obligatoire. Parmi les 15 plus grandes économies du monde, le Brésil est le seul pays où le vote est obligatoire. Un sondage de 2014 a montré que le vote obligatoire est rejeté par 61 % des Brésiliens. Certaines personnes endoctrinées se demandent s'il est démocratique de forcer les gens à voter[42],[43],[44],[45].

La Constitution a adopté le modèle social-démocrate d'organisation de l'État, tel que défini par le chroniqueur du journal O Estado de S. Paulo Luiz Sérgio Henriques. Pour le professeur et avocat Marco Aurélio Marrafon, président de l'Académie brésilienne de droit constitutionnel, la Constitution brésilienne de 1988 a organisé l'État selon le modèle de l'État providence, dans lequel elle entend réconcilier «la composante libérale de préservation des droits individuels et de limitation du pouvoir de l'État, avec intervention économique directe et promotion des politiques publiques, afin de redistribuer les ressources et réduire les inégalités sociales ». Pour financer l'État providence, il a fallu augmenter la charge fiscale, qui est passée de 23,4% du PIB en 1988 à 33,6% du PIB en 2005, et relier les recettes budgétaires. Ainsi, l'Union a atteint 9 % des dépenses obligatoires en 2017, réduisant la marge de manœuvre du gouvernement et affectant les investissements. Cette option politique est critiquée par certains endoctrinateurs. [46],[47],[48],[49],[50],[51],[52],[53],[54],[55]

Les doctrines critiquent un pouvoir prétendument excessif accordé au Barreau par la Constitution. Le philosophe et journaliste brésilien Hélio Schwartsman considère que la Constitution de 1988 accordait des «pouvoirs disproportionnés» aux avocats «tels que la nomination des juges, la rédaction de lois, la proposition d'actions directes d'inconstitutionnalité, la définition de qui peut et qui ne peut pas être avocat» . Roberto Campos, économiste, ancien sénateur et ministre du Plan du Brésil dans les premières années de la dictature militaire a souligné que "l'OAB a réussi l'exploit d'être mentionné trois fois" dans ce qu'il définit comme la "Constitution de Besteirol "1988. Selon lui, "c'est peut-être le seul cas au monde où un club professionnel a inscrit le texte constitutionnel "[56],[57].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Constitution / Loi générale de la République fédérale du Brésil du 5 octobre 1988 sur le site de l'OMPI (organisation mondiale de la propriété intellectuelle)
  2. (pt-BR) « 30 anos da Constituição Cidadã », sur Senado Federal (consulté le 20 mars 2021)
  3. (pt) Presidência da República - Casa Civil - Subchefia para Assuntos Jurídicos, « Emendas Constitucionais », sur www.planalto.gov.br (consulté le 20 mars 2021)
  4. (pt-BR) Diogo Cysne, « Constituição de 1988 - Direito », sur InfoEscola (consulté le 20 mars 2021)
  5. (pt-BR) Clèmerson Merlin Clève, « 25 anos da Constituição. Há o que comemorar? », Migalhas,‎ (lire en ligne, consulté le 23 février 2017)
  6. (pt-BR) « Erro político produziu Constituição difícil até para técnicos », sur Consultor Jurídico (consulté le 20 mars 2021)
  7. Entrevista: Luís Roberto Barroso — Parte 1
  8. marca inequívoca da CF de 88 é a da judicialização
  9. « Constituição Federal completa 20 anos envelhecida e remendada - 04/10/2008 - Poder - Folha de S.Paulo », sur m.folha.uol.com.br (consulté le 20 mars 2021)
  10. The Case of Brazil
  11. (pt-BR) « Críticas de Roberto Campos à Constituição ainda ecoam », sur Consultor Jurídico (consulté le 20 mars 2021)
  12. Privatizações: ainda é pouco
  13. Constituição de 1988 pára pesquisa mineral
  14. Governo quer ampliar abertura da economia e flexibilizar monopólios
  15. ANÁLISE - A questão é: haverá mais?
  16. Inchaço estatal
  17. País está em situação epidêmica, de acordo com a OMS, que limita em 10 o número de assassinatos por 100 mil habitantes; taxa do Brasil é de 26,2%
  18. (pt-BR) « Raul Jungmann: 'Prendemos muito, mas prendemos mal' », sur R7.com, (consulté le 20 mars 2021)
  19. Facções criminosas se alimentam das falhas do Estado, diz pesquisadora
  20. (pt-BR) « País deve acabar com a hipocrisia ao tratar questões penitenciárias, diz Moraes », sur ISTOÉ Independente, (consulté le 20 mars 2021)
  21. (pt-BR) « Por que a Justiça brasileira é tão lenta? », sur BBC News Brasil, (consulté le 20 mars 2021)
  22. Por que a Justiça brasileira é lenta?
  23. « Justiça, mesmo tardia - Gazeta de Alagoas - Evoluindo a informação », sur gazetaweb.globo.com (consulté le 20 mars 2021)
  24. (pt-BR) « CartaCapital - Jornalismo crítico e transparente. Notícias sobre política, economia e sociedade com olhar progressista », sur CartaCapital (consulté le 20 mars 2021)
  25. (pt-BR) « Assim não dá », sur VEJA (consulté le 20 mars 2021)
  26. Os privilégios salariais do servidor público
  27. (pt-BR) « Serviço público puxa desigualdade na Previdência », sur Valor Econômico (consulté le 20 mars 2021)
  28. (pt-BR) Secretaria Geral, « Para o Banco Mundial, Brasil precisa reduzir os privilégios de servidores | Asmetro-SN » (consulté le 20 mars 2021)
  29. "Pobre paga privilégios de servidores", diz ex-ministro da Previdência
  30. (pt-BR) « Fernando Schuler: Reforma administrativa ou do Estado? », sur Folha de S.Paulo, (consulté le 20 mars 2021)
  31. (pt) João Ruela Ribeiro, « "Os brasileiros estão a eliminar os políticos que sugam o Estado" », sur PÚBLICO (consulté le 20 mars 2021)
  32. Foro privilegiado no Brasil é mais amplo comparado a outros 20 países
  33. Para ministro Barroso, foro privilegiado 'é feito para não funcionar
  34. O privilégio do foro
  35. Casos de foro privilegiado se arrastam por até 18 anos
  36. STF leva 1,3 mil dias para julgar ações penais de pessoas com foro privilegiado
  37. O foro privilegiado em números
  38. Aguardar o trânsito em julgado contribui para a impunidade, diz Moro
  39. Prisão antes do trânsito em julgado: mudança de rumos no STF
  40. Na ONU, 193 dos 194 países têm prisão em 1ª ou 2ª instância
  41. 'Prisão em 2ª instância é moralizadora'
  42. Voto obrigatório no mundo
  43. Rejeição a voto obrigatório atinge 61% e alcança taxa recorde entre brasileiros
  44. Na democracia o voto é um direito, não uma obrigação
  45. Principal instrumento da democracia tem de ser facultativo
  46. A perspectiva social-democrata
  47. Esgotamento do Estado de Bem-Estar afeta concretização de direitos sociais
  48. Do poder constituinte lipoaspiracional
  49. Pesquisadores alertam para sistema tributário regressivo no Brasil; mais pobres são afetados
  50. União tem 93% de gastos obrigatórios
  51. "Quem vencer as eleições vai governar de mãos amarradas"
  52. "Constituição de 1988 é a causa do atraso do Brasil, diz descendente de D.PedroII"
  53. A Constituição de 1988 na visão de Roberto Campos
  54. Carta criou despesas sem fonte de recursos
  55. Uma visão crítica
  56. Negócios da OAB
  57. O pior corporativismo

Voir aussiModifier