Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Confalonieri.

Carlo Confalonieri
Biographie
Naissance
Seveso (Italie)
Ordination sacerdotale par le
card. Andrea Ferrari
Décès (à 93 ans)
Rome (Vatican)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Jean XXIII
Titre cardinalice Cardinal-évêque
de Palestrina
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le
pape Pie XII
Fonctions épiscopales Archevêque de L'Aquila (Italie)
Secrétaire de la Congrégation pour les séminaires et universités
Secrétaire, puis préfet de la Congrégation pour les évêques
Vice-doyen, puis doyen du Collège des cardinaux

Blason
« Regnum Tuum Domine » (Ps 144, 13)
« Ton Règne, Seigneur »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Carlo Confalonieri, né à Seveso (Italie) le et mort à Rome le , est un archevêque italien de L'Aquila qui occupa plusieurs postes clés au sein de la Curie romaine, noyau administratif de l'Église catholique ; créé cardinal en 1958 par Jean XXIII, il fut le doyen du Collège des cardinaux à partir de 1977.

BiographieModifier

Carlo Confalonieri naît dans la famille d'un ébéniste. Il entre à l'âge de onze ans au petit séminaire de Seveso, puis au séminaire archidiocésain de Monza en 1909. Il étudie ensuite au séminaire pontifical lombard de Rome et suit les cours de la Grégorienne, puis au séminaire pontifical romain, suivant les cours de l'université pontificale du Latran. Il est diplômé en philosophie, en théologie et en droit canonique[1]. En 1914, il interrompt ses études pour effectuer son service militaire au 8e régiment d'infanterie. Ordonné prêtre le par le cardinal Ferrari, il devient en 1921 secrétaire du nouvel archevêque de Milan, le cardinal Achille Ratti, et assiste en tant que tel au conclave de 1922 ayant suivi la mort de Benoît XV. Le cardinal Ratti ayant été élu pape sous le nom de Pie XI, Carlo Confalonieri est confirmé comme secrétaire particulier de ce pape pendant tout son pontificat (1922-1939). En 1935, il est nommé au rang honorifique de chanoine de la basilique vaticane.

Il est nommé archevêque de L’Aquila le 27 mars 1941 et consacré le 4 mai suivant par Pie XII lui-même en la chapelle Sixtine. Pendant l'occupation allemande, il négocie avec la Kommandantur locale la libération de nombre de prisonniers, puis fait pression auprès du Saint-Siège pour que les alliés épargnent L'Aquila de leurs bombardements, alors qu'elle avait déjà été éprouvée par ceux du 8 décembre 1943. Entre 1943 et 1944, il célèbre les jubilés de saint Bernardin de Sienne (Ve centenaire de la mort) et du couronnement de Célestin V (six-cent cinquantième anniversaire) ; le saint crucifix dit de saint Jean de Capistran est porté solennellement par la ville par le rite de réparation et de supplication. Le 22 avril 1945, il est porté en hommage jusqu'au couvent de San Giuliano pour marquer la fin des combats. Pour ses actions face a l'occupant allemand, il est nommé defensor civitatis par la municipalité. Carlo Confalonieri est nommé secrétaire de la Congrégation pour les Séminaires et les Universités (25 janvier 1950) et promu archevêque titulaire (ou in partibus) de Nicopolis al Nesto le 22 février 1950.

Créé cardinal avec le titre de cardinal-prêtre de Sainte-Agnès-hors-les-Murs (Santa Agnese fuori le mura) le 15 décembre 1958, il est nommé archiprêtre de la basilique Sainte-Marie-Majeure le 16 novembre 1959). Il est aussi secrétaire en 1961, puis préfet de la Congrégation Consistoriale à partir de 1966. Il participe aux sessions du concile Vatican II et il est considéré comme un cardinal modéré.

Élevé au rang de cardinal-évêque de Palestrina le 15 mars 1972, il démissionne de ses postes le 25 février 1973.

Nommé vice-doyen du Sacré-Collège des cardinaux le 7 janvier 1974, il est légat pontifical lors de l’ouverture de la Porte Sainte de l'archibasilique Saint-Jean de Latran le 24 décembre 1974. Enfin, il devient doyen du Sacré-Collège des cardinaux et cardinal-évêque d'Ostie, le 12 décembre 1977. Il ne participe pas au conclave qui élit Jean-Paul Ier, ayant dépassé les quatre-vingts ans (limite d'âge imposée par Paul VI), mais marque ouvertement sa faveur pour celui-ci avant l'élection et sa satisfaction après celle-ci. Il ne participe pas pour là même raison à celui qui élit Jean-Paul II quelques mois plus tard.

Jean-Paul II le nomme légat papal lors de l’ouverture de la Porte Sainte de la basilique libérienne le .

Il meurt le à Rome, âgé de 93 ans, après près de soixante ans de services auprès du Saint-Siège et de six papes. Le pape Jean-Paul II préside ses funérailles le 4 août à la basilique Saint-Pierre, puis une messe d'enterrement a lieu le 5 août à Seveso. Il est enterré dans la sépulture de ses parents au cimetière de Seveso.

Notes et référencesModifier